Anna L. Tsing : “S’unir dans un monde en ruine”

Entre crise écologique, économique et sociale, notre monde ne cesse de se transformer et il en devient indispensable de repenser nos modes de vies. Et si la solution résidait dans le fait de considérer les non-humains ? Tel est le pari d’Anna Lowenhaupt Tsing.

Plantes, virus, champignons, tous ces organismes nous entourent au quotidien et se maintiennent malgré les époques. Ce sont les seuls à savoir prospérer et même parfois s’adapter dans des environnements en déclin. Pourtant, peu sont ceux qui les considèrent vraiment.
Situés à la croisée des disciplines et des courants de pensée, entre sciences sociales, sciences naturelles, anthropologie économique, féminisme et j’en passe, les travaux d’Anna L. Tsing ouvrent les champs des possibles et demandent à changer radicalement nos perceptions du monde du vivant. Ainsi, selon elle, c’est en s’intéressant aux organismes qui nous entourent avec un regard nouveau que nous pourrons apprendre à vivre sur les ruines du capitalisme.

Un héritage féministe

Anna Lowenhaupt Tsing est une anthropologue américaine dont les domaines de recherche s’étendent principalement autour des questions environnementales et féministes. Que ce soit dans sa description du capitalisme, de l’anthropocène ou de manière générale dans l’approche qu’elle choisit pour ses travaux, Anna L. Tsing ne s’en cache pas (heureusement me direz-vous) : les théories féministes n’ont cessé de l’inspirer. 

Faisons une légère disgression pour tenter de définir ce que serait l’anthropocène. L’anthropocène, c’est une nouvelle époque géologique dans laquelle ce ne sont plus les évènements naturels qui sont à l’origine des dérèglements profonds et multiples de la planète mais les activités humaines. J’aurais encore beaucoup à dire sur l’utilisation du terme « Anthropocène » en lui-même pour décrire de tels phénomènes, mais là n’est pas l’objet de cet article. Pour aller plus loin en ce sens, je vous conseille fortement la lecture de l’article Anthropocène, Capitalocène, Plantationocène, Chthulucène de Donnah Harraway

Revenons sur l’héritage féministe d’Anna L. Tsing, elle décrit clairement une différence entre sciences masculinistes et sciences féministes. Les hommes ayant longtemps été les seuls à pouvoir pratiquer les sciences, ces dernières se sont alors construites en suivant certains aspects que le modèle patriarcal impose. Cette différence se traduit par exemple dans la posture héroïque et viriliste qu’adoptent certains scientifiques face à la question de l’anthropocène. Selon Anna L. Tsing, ces scientifiques ont tendance à voir l’anthropocène comme une idée globale et unifiée qu’il faudrait démanteler en y opposant une force unique, à l’image d’un héros qui combat les forces du mal. Cette position face à l’anthropocène anéantit tout espoir de collaboration, à l’inverse d’une position féministe qui regarde les agencements et processus particuliers qui se trouvent derrière tout cela. Anna L. Tsing parle donc « d’Anthropocène fragmentaire », désignant le fait que bien que ses effets s’étendent sur toute la planète, l’anthropocène est composé de fragments dans lesquels on retrouve des liens écologiques et sociaux spécifiques. Selon Anna L. Tsing c’est donc avec un regard plus spécifique que les sciences féministes permettent de voir au-delà des liens pré-établis et de finalement mieux comprendre les implications de processus tel que l’Anthropocène.  

La « troisième nature », ces organismes capables de prospérer dans les ruines du capitalisme.

Si l’Anthropocène décrit une ère où les activités humaines ont pris le dessus sur les phénomènes naturels en tant que principales forces de changement, alors ses effets et conséquences peuvent directement être mis en relation avec le capitalisme. En effet, ce régime a permis une restructuration industrielle brutale entrainant ainsi une mutation profonde des écosystèmes. C’est de ces mutations qu’est née ce qu’Anna L. Tsing appelle la « troisième nature », qui, de façon logique apparait après la première et la deuxième nature. Chacune désigne respectivement la nature qui existait avant le capitalisme et celle qui a été restructurée par ce dernier. La troisième nature décrit ainsi quant à elle une nature capable de vivre malgré le capitalisme, les organismes qui la composent ne se contentent pas de survivre aux transformations qu’imposent les humains mais bien de croître, fructifier : vivre tout simplement.

Anna L. Tsing s’est intéressée à de nombreux exemples de troisième nature, le plus connu est celui du champignon matsutake qu’elle appelle « champignon de la fin du monde » dans son livre éponyme Le champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme. Ce champignon pousse dans des lieux dévastés par l’activité humaine et ses capacités de résiliences semblent infinies. Toute une économie s’est déployée autour de cet organisme, illustrant parfaitement les collaborations qui peuvent se maintenir sur les ruines du capitalisme. Le matsutake est un merveilleux exemple de ce que peut permettre la troisième nature, cependant, Anna L. Tsing décrit d’autres sortes d’organismes qui peuvent avoir des effets désastreux sur les écosystèmes. En effet, des espèces invasives sont également nées de l’industrialisation comme l’illustre la liane merremia peltata. La déforestation l’a métamorphosée en une véritable peste détruisant tout ce qui se trouve sur son passage.

Ainsi, la troisième nature peut donner lieu à des choses merveilleuses comme abominables, mais elle existe de fait, et Anna L. Tsing nous dit qu’il devient alors nécessaire d’y prêter attention : « nous en avons besoin autant qu’il nous faut nous en protéger ». 

À la croisée des savoirs entre humains et non-humains

« Vivre en situation de précarité c’est […] surtout, accepter le fait que nous avons besoin des autres. »Tels sont les mots d’Anna L. Tsing. La collaboration serait le maître mot et cette collaboration avec les non-humains commence par le fait d’apprendre à les connaître. 

Pour ce faire il serait nécessaire de mettre fin à la fragmentation des savoirs. Selon Anna L. Tsing, si pendant longtemps nous n’avons pas ou peu prêté attention à ces écologies issues de la perturbation, c’est en partie dû au cloisonnement des disciplines, notamment entre sciences sociales et sciences naturelles. Il semblait impensable de considérer les plantes ou les champignons comme des êtres sociaux et donc tout aussi impensable d’intégrer les non-humains dans les questions sociétales. C’est ce à quoi Anna L. Tsing aimerait remédier, toujours dans un esprit de collaboration, elle considère que les différentes disciplines doivent également coopérer pour dépasser la fragmentation des savoirs et permettre un véritable échange avec les non-humains. Elle s’intéresse alors par exemple à mettre en place une écologie historique, selon elle la biologie a trop souvent délaissé l’histoire des espèces. Comme si ces dernières étaient des entités figées se réplicant inlassablement. Ce que défend donc Anna L. Tsing c’est une biologie qui considère les implications historiques de l’évolution des non-humains, comme pour celle des humains. 

« Tant que nous pensons que seuls les humains ont une histoire et que les non-humains sont juste des choses passives, on ne s’en sortira pas. »

En ce sens, avec plusieurs collègues, Anna L. Tsing a mis en place un projet de recherche collaboratif nommé : Feral atlas The More-than-Human Anthropocene. Le Feral Atlas est une plateforme multimédia qui a pour but d’explorer les écologies dites férales (terme synonyme de troisième nature) et ce par toutes personnes ayant une expérience directe de ces perturbations environnementales : chercheur·euses, activistes, artistes, designer·euses etc. Cette plateforme a pour ambition de « construire une méthode pluridisciplinaire pour aborder l’Anthropocène autrement » au travers de divers exemples de mécanismes de survie collective.

Conclusion

« Vivre sur les ruines du capitalisme c’est possible », Anna L. Tsing est arrivée à cette conclusion après avoir longuement étudié les écologies issues de la perturbation. Le pari de cette anthropologue est donc d’inciter chacun·e d’entre nous à regarder plus spécifiquement ce qui nous entoure afin de potentiellement y trouver des allié·es de choix pour subsister sur notre planète abîmée. Il s’agirait alors de transformer les anciens décors en personnages à part entière et les anciennes cibles en compagnons provisoires.


Bibliographie

A. L. Tsing, 2017, Le champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme, La Découverte, Paris.

A. L. Tsing, J. Deger, A. Saxena, F. Zhou, Feral Atlas. The More-Than-Human Anthropocene, (URL : https://feralatlas.org), consulté le 07/03/2023.

C. Gilabert, 2008, « Anna L. Tsing : ‘S’unir dans un monde en ruine’ », Socialter, 53, 11-17.

D. Haraway, 2016, « Anthropocène, Capitalocène, Plantationocène, Chthulucène. Faire des parents », Multitudes, 65, 75-81.



Citer ce billet
Emma Tapin (2023, 20 juillet). Anna L. Tsing : “S’unir dans un monde en ruine” Contrepoints. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ragc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search