Le tabou des menstruations

Comment le tabou autour des règles dans les sociétés patriarcales modifie-t-il le rapport des femmes à leur corps ? Et quelles en sont les conséquences ?

Cup menstruelle en train d'être vidée du sang des règles.

Cette image montre une coupe menstruelle en train d’être vidée de son sang.

Montrer ainsi les menstruations peut être choquant. Mais pourquoi ?

En polynésien, le mot « tabou » signifie « menstruation ». Selon moi, il s’agit d’une illustration de la proximité de ces deux notions, et j’ai voulu dans cet article parler des conséquences de ce tabou sur l’idée de féminin.

Histoire et tour du monde des menstruations

Dans son article Le sang menstruel, Marie-Claire Célérier (2005) décrit l’histoire du traitements des menstruations dans différentes sociétés patriarcales. Elle nous parle également des mythes et des légendes autour du sang menstruel.

Tout d’abord, on a découvert très tôt, dans l’Antiquité, la périodicité des menstruations et donc fait des hypothèses sur leur lien avec la lune et les marées. Aristote a ainsi défini la lune comme un astre féminin, mais aussi un astre humide, à l’inverse du soleil. Dans la médecine hippocratique, fondée sur la théorie des humeurs et des éléments, les femmes sont donc associées au caractère humide et à la lune, tandis que les hommes sont associés au caractère sec, et donc au soleil. Encore aujourd’hui, il existe dans nos sociétés occidentales des croyances sur l’influence de la lune sur les naissances.

Étudier le cycle féminin est une nécessité pour réussir à le contrôler afin de contrôler la fertilité des femmes. L’infertilité d’un couple étant par nature imputée à la femme, il faut réussir à « soigner » le corps des femmes, déficient et inférieur par nature dans l’histoire de la médecine des femmes. Cette importance du contrôle du cycle et de la fertilité génère des angoisses féminines universelles : l’angoisse du retard ou de l’absence de menstruation lorsqu’on ne souhaite pas d’enfant, l’angoisse de l’arrivée des règles lorsqu’au contraire on essaye de tomber enceinte, mais également l’angoisse de la grossesse et de l’accouchement, moments de changements du corps et de douleurs.

De plus, dans un grand nombre de sociétés différentes, passées ou présentes, le sang des règles est source d’angoisse pour des raisons plus nombreuses encore. On y ajoute la superstition sur le pouvoir de contamination et de destruction de ce sang jugé impur. Avoir des relations sexuelles avec une femme pendant cette période peut valoir diverses punitions allant jusqu’à la peine de mort par exemple, et l’éloignement des femmes des sources d’eau, de nourriture, mais aussi des lieux de culte, des enfants, du foyer en général, du sacré, est souvent de rigueur.

Adolescence, apparition des menstruation : la honte d’être une femme

Ici, je m’appuie sur l’article d’Aurélia Mardon “Honte et dégoût dans la fabrication du féminin(2011), qui se base sur des témoignages de jeunes filles et leurs mères sur l’arrivée des premières menstruations chez les adolescentes et les conséquences pour elles, leurs mères et le reste de leur foyer et de leur entourage. Ce que veut montrer Aurélia Mardon, c’est que le tabou autour des menstruations et l’idée d’impureté qui y est associée ont une influence non seulement sur la façon dont les jeunes femmes vivent leurs premières menstruations à l’adolescence, mais aussi sur leur représentation de l’idée du féminin et le fait d’être une femme.

Jusqu’au XXème siècle, la virginité des jeunes filles était totalement sacralisée par l’Église et pour cette raison on ne parlait jamais de menstruation, de puberté ou de sexualité aux jeunes filles. Il n’y avait pas de place pour ces sujets dans l’environnement familial. Après mai 68, la libération sexuelle des années 70 et l’émergence de nouvelles formes de pédagogie, on commence à inciter les mères à avoir ces discussions avec leurs filles, et l’éducation sexuelle fait son apparition dans les écoles françaises en 1973.

Cependant, on apprend aux filles qu’elles deviennent à ce moment-là des femmes, l’arrivée de la fertilité étant associée à la féminité, et c’est donc la fertilité et la capacité à être mère qui fait d’elle des femmes, c’est là leur rôle dans la société. A cette sensation de fierté du passage à l’âge adulte s’oppose la honte et le dégoût de ce sang impur et sale, qu’il faut absolument cacher. Les potentielles tâches sont sources de honte, on s’inquiète de l’odeur, les différentes protections doivent être cachées, aucune trace de doit subsister. Dans les différents documents publiés pour les filles, on peut lire le champ lexical du déchet, de la souillure pour désigner les menstruations, qui fait de la femme un être naturellement souillé, et on insiste grandement sur l’importance de l’hygiène pendant les règles, véhiculant l’idée de devoir se débarrasser de cette souillure.

Cette vidéo regroupe le témoignage de deux femmes sur leur première règles, le rapport qu’elles ont avec leur menstruations et comment se rapport a évolué depuis leur adolescence.

Conclusion

Les mythes et légendes antiques ne sont donc finalement pas si éloignés de ce que peuvent vivre les filles et les femmes aujourd’hui à propos de leurs menstruations et plus généralement leur statut de femme. L’impureté du sang, l’injonction à cacher à tout prix l’idée même des menstruations (jusqu’à très récemment, on ne trouvait aucune publicité pour protection hygiénique montrant l’absorption d’un liquide qui aurait l’apparence du sang, par exemple), la nécessité d’une hygiène irréprochable pendant cette période « impure », la honte d’être une femme et l’association de la féminité et de la fertilité comme deux idées intrinsèquement liées sont toujours très présentes dans notre société, même si leurs manifestations diffèrent et sont plus invisibilisées.

Bibliographie

Célérier M.-C., « Le sang menstruel », Champ psychosomatique, 4, 44, 2005, pp. 25-37.

Mardon A., « Honte et dégoût dans la fabrication du féminin », Ethnologie française, 41, 1, 2011, pp. 33-40.

Crédit photographique

Originellement postée sur Flickr par gaelx. Licence cc-by-sa-2.0.
https://flickr.com/photos/7574080@N08/265819340


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.