Les deux pôles de la Bioéthique

Les termes « bioéthique » et « interdisciplinarité » sont indissociables. Même si, certains parlent d’une « naissance bilocalisée » de la bioéthique (laquelle aurait eu lieu à la fois dans l’état du Wisconsin et à Georgetown, en 1970 et 1971), conduisant à l’apparition de significations différentes du terme, on doit reconnaître que, dès l’origine, l’interdisciplinarité est un point commun entre les deux tendances. Quatre décennies après, malgré l’absence persistante d’une définition univoque de la bioéthique, il existe toujours un certain consensus quant à considérer l’interdisciplinarité comme un élément déterminant de sa méthode. On n’en fait pas moins l’impasse sur ce qu’elle implique exactement. Plusieurs questions demeurent ouvertes : que faut-il entendre par « interdisciplinarité » en bioéthique ? Comment cette dernière est-elle mise en pratique ? Quelles difficultés et limites rencontre-t-elle ?

Présentation et historique de la naissance de la bioéthique – Contexte d’apparition

La bioéthique est apparue aux États-Unis, pendant les années 1970 dans un contexte marqué par une double révolution : une révolution culturelle et une révolution technologique. C’est l’époque des mouvements des droits civiques, des mouvements féministes et antimilitaristes. Les formes d’autorité (religieuse et politique) sont fortement contestées. Les décisions doivent être plus démocratiques, elles ne peuvent pas être restreintes à une corporation de spécialistes, tout le monde doit y participer. Parallèlement, on assiste à des avancées techniques et scientifiques sans précédent. Si, d’une part, elles sont perçues avec enthousiasme, elles suscitent, d’autre part, des craintes quant aux abus possibles auxquels elles pourraient donner lieu.

« Cette double révolution entraîne l’exigence d’une réflexion et d’une approche éthique. Eu égard au développement technique et scientifique, l’alliance entre la biologie et l’éthique s’avère nécessaire à la survie de l’homme et à l’amélioration de la qualité de la vie. C’est ainsi que Potter affirme : « Nous devons développer une science de la survie, et elle doit commencer par un nouveau type d’éthique — la bioéthique. La nouvelle éthique peut être appelée une éthique interdisciplinaire, en définissant l’interdisciplinarité d’une façon nouvelle afin d’inclure aussi bien les sciences que les humaines. »1

Pour Potter, l’interdisciplinarité est un critère indispensable pour l’éthique nouvelle (ou la bioéthique), Pour les membres du Kennedy Institute, un lien étroit entre l’éthique et la science est impossible. La bioéthique fait partie d’une discipline ancienne (l’éthique) ; elle appartient au champ de l’éthique appliquée, une branche de l’éthique alors très en vogue chez les philosophes moraux anglo-saxons. Contrairement au désir de Potter, le terme « bioéthique » est rapidement restreint au seul secteur médical.

Selon cette approche, l’interdisciplinarité doit consister en l’application d’arguments philosophiques et de principes éthiques précis aux problèmes produits par l’intervention humaine dans le domaine médical. Si l’interdisciplinarité est le point commun entre les deux perspectives sur la bioéthique, force est de constater que sa signification est différente. Pour Potter, l’interdisciplinarité consiste en une sorte de « fusion » entre la biologie et l’éthique. Pour le Kennedy Institute, en revanche, il s’agit d’« appliquer » l’éthique à la résolution des dilemmes que l’on rencontre dans la pratique de la médecine ou d’examiner cette pratique à la lumière de valeurs et de principes déjà bien établis. Ce rappel historique suggère donc deux éléments importants quant à l’interdisciplinarité en bioéthique. L’interdisciplinarité dépend ce qu’on considère être l’activité de la bioéthique et, parallèlement, la bioéthique acquiert sa signification en relation à la façon dont l’interdisciplinarité est mise en pratique. Il importe désormais de s’intéresser aux activités de la bioéthique et aux pratiques de l’interdisciplinarité de la bioéthique.

Aspects théoriques de la bioéthique

La bioéthique théorique est chronologiquement la première « activité » de la bioéthique. Elle découle directement de la conception du Kennedy Institute décrite plus haut. Elle consiste donc en l’application de théories philosophiques et de principes éthiques aux questions qui posent problème dans le domaine médical ou à l’examen de ces pratiques à la lumière de valeurs et de principes. Du point de vue d’une théorie éthique déontologique, on peut, par exemple, considérer l’euthanasie comme un acte mauvais en soi, parce qu’elle viole la règle de l’interdiction de tuer un être humain ; ou, inversement, du point de vue d’une théorie éthique conséquentialiste, l’euthanasie peut être justifiée en certaines circonstances, en raison, par exemple, du respect de l’autonomie d’un patient qui voudrait mourir.

Cette activité théorique de la bioéthique est très attentive à la cohérence de l’argumentation rationnelle et à la clarification conceptuelle des termes employés. Si l’on considère la question de l’euthanasie, on peut, par exemple, se demander pourquoi il est interdit de mettre fin à la vie d’un être humain ou encore, si d’un point de vue moral, il existe des différences entre laisser mourir (en interrompant les traitements de soutien vital, comme le respirateur, l’alimentation et l’hydratation et l’alimentation artificielles, etc.) et faire mourir (au moyen d’une injection). Si on considère que la mise à mort d’un être humain au moyen de l’euthanasie est un acte mauvais, car la vie humaine a une valeur suprême, il est nécessaire de se demander à quelle sorte de vie humaine on fait référence (à la vie humaine biologique ou à la vie humaine personnelle ?).

Il faut encore expliciter les raisons pour lesquelles on croit qu’une vie humaine a une valeur (parce que la vie biologique est la condition pour atteindre des biens supérieurs, par exemple, et expliciter par la suite ce en quoi consistent ces biens – le plaisir, l’amour, etc.). Le lieu privilégié d’une telle activité de la bioéthique est l’université ou la recherche académique. La discussion peut durer longtemps sans que l’on aboutisse à une conclusion. Cette activité de la bioéthique est celle qui correspond le mieux à la formation et à la méthodologie philosophiques évoquées plus haut.

Aspects pratiques de la bioéthique

La pratique de l’interdisciplinarité peut ici être identifiée à un « processus intellectuel des expériences disciplinaires distinctes.2 » L’interdisciplinarité correspond à un mouvement d’intériorisation des notions, de concepts, de savoirs et de savoir-faire empruntés à l’autre. « n’est pas la négation des premières orientations disciplinaires, mais plutôt le contexte et le moyen de les infléchir et de les enrichir au contact des autres expériences.

Cette activité de la bioéthique (et donc cette pratique de l’interdisciplinarité) est toutefois problématique à l’égard de la pratique médical pour deux raisons. La première a trait à son applicabilité. Certaines théories ou distinctions sémantiques peuvent apparaître incompréhensibles, impraticables, voire immorales aux yeux des patients, des familles et des médecins.

Tandis que le deuxième terme fait référence aux êtres (humains et non-humains) possédant certaines qualités, telles que la conscience de soi (et du monde), la capacité relationnelle, la rationalité, etc. Sur la base de cette distinction, on peut, par exemple, théoriquement considérer que les patients en état végétatif, bien qu’ils restent des êtres humains, ne sont plus des personnes, puisqu’ils ont irréversiblement perdu la capacité de conscience. Malgré cela, une fois que l’on considère qu’un être humain n’est plus une personne, la question « que faire de lui ? » persiste et cela n’aide pas la pratique médicale. La deuxième raison pour laquelle cette activité de la bioéthique est problématique à l’égard de la pratique médicale a trait à son caractère abstrait. La réflexion bioéthique, en se hissant au niveau des principes, est obligée de faire abstraction des éléments contextuels : histoire du patient, relation avec l’équipe médicale, contexte social, économique, politique et juridique dans lequel le problème se pose. Ces éléments sont pourtant fondamentaux pour la prise de décision en contexte médical.

Conclusion

Si la pratique de l’interdisciplinarité en bioéthique suscite le doute, de sorte que l’on pourrait considérer l’interdisciplinarité dans ce domaine comme un idéal, l’appel à l’interdisciplinarité a une double fonction qui se révèle extrêmement importante. Il permet tout d’abord de ne pas donner aux seuls experts d’une discipline la possibilité de répondre à des questions qui sont d’intérêt collectif. En clair, l’interdisciplinarité sert aussi à rappeler que l’éthique est l’affaire de tous.

Bibliographie

DURAND Guy, Introduction générale à la bioéthique : histoire, concepts et outils, Fides-Cerf, Laval, 1999.

POTTER Van Rensselaer, « Bioethics: The Science of Survival », Perspectives in Biology and Medicine, 1970, no 14, pp. 127-153.

  1. Van Rensselaer POTTER, « Bioethics: The Science of Survival », Perspectives in Biology and Medicine, 1970, no 14, pp. 127-153 Repris dans : Van Rensselaer POTTER, Bioethics: Bridge to the Future, New Jersey, Prentice-Hall, 1971, p. 1-29. []
  2. DURAND Guy, Introduction générale à la bioéthique : histoire, concepts et outils, Fides-Cerf, Laval, 1999, p. 415. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search