Quel regard porter sur le monde ?

Savais-tu que les poissons-clown prennent la décision la plus importante de leur vie alors qu’ils ne sont âgés que d’une quinzaine de jours ? Ce petit poisson peut vivre plus de 10 ans, mais au tout début de son existence, il doit trouver une anémone qu’il ne quittera plus pendant tout le reste de sa vie. C’est comme si tu devais choisir la maison dans laquelle tu vivras toute ta vie à l’âge de… 4 mois !

Nous, les êtres humains, avons une certaine manière de percevoir le monde. Cette perception dépend de nos sens : tactile, visuel, auditif, olfactif, gustatif, etc… Elle dépend aussi du lieu où on habite (sur terre, dans des villes, sous des climats où l’on peut vivre…), mais aussi de la société et de la culture dans lesquelles on a grandi.

Pourquoi c’est important de savoir comment on voit le monde ?

Notre point de vue personnel sur le monde n’est pas évident à saisir. Il faut prendre du recul sur soi-même, discuter avec d’autres personnes, apprendre, voyager, expérimenter… pour découvrir ses particularités et voir les différences avec ceux des autres. Il est important de prendre du temps pour connaître notre propre vision du monde, car elle influence aussi notre manière de vivre et d’agir sur le monde !

Par exemple, une femme qui habite à Paris depuis sa naissance n’aura pas la même façon de se représenter une forêt, comparée à un homme qui a grandi dans la campagne en Russie. Nous pouvons imaginez que la femme pense que la forêt est avant tout un lieu agréable où elle peut se promener le weekend. Pour elle, c’est un lieu marginal, alors elle n’y porte pas beaucoup d’attention. Pour l’homme au contraire, il s’agit peut-être d’un lieu essentiel qui lui fournit de la nourriture et du bois pour se réchauffer, et donc il tient à la préservation de cette forêt.

Et les animaux et plantes ?

Il existe donc différentes manières de voir le monde entre êtres humains, mais il y a encore plus de diversité si on prend en compte les autres êtres vivants ! Certains insectes peuvent voir les fleurs avec plus de couleurs que nous, car ils sont capables de percevoir les ondes lumineuses ultraviolettes. Des espèces de poissons vivent à plus de 4 km sous la surface des océans sans jamais voir la lumière du soleil. Nous appelons cet environnement les abysses, et comme il est très difficilement accessible pour l’être humain, nous en savons très peu de choses.

La science a aussi sa manière de penser le monde

Ces différentes manières de voir l’espace, le temps, les environnements… peuvent faire des anecdotes amusantes comme dans le cas du poisson-clown, des fleurs ou des poissons abyssaux. Cependant, pour les chercheurs et chercheuses en sciences, ces différentes visions du monde sont à prendre très au sérieux ! En effet, le but de la recherche est de comprendre le monde tel qu’il est, de la manière la plus juste possible. Or, si nous ne prenons pas en compte les différents points de vue sur le monde, nous n’avons accès qu’à une partie de celui-ci (ce n’est pas parce que nous sommes incapable de voir les ondes ultraviolettes qu’elles n’existent pas).

De plus, si nous n’essayons pas régulièrement de changer de point de vue, nous nous enfermons dans des idées que nous ne remettons pas en cause, et qui peuvent nous conduire à des erreurs. Nous appelons cela des biais, et tout le monde en possède : toi, tes parents, et même les plus grands scientifiques de l’histoire ! Se rendre compte de ses biais et les remettre en question est l’une des manière d’avancer en sciences.

Penser le vivant autrement : le problème de la crise écologique

Aujourd’hui, de plus en plus de scientifiques sont convaincus que la science ne peut pas être objective, c’est-à-dire qu’elle est toujours influencée par notre manière de penser le monde. Chaque personne ne peut comprendre qu’une petite partie de la réalité, mais si nous multiplions des visions diverses et variées, alors nous pouvons former un savoir commun riche et crédible.

Crédit photographique : https://www.viral3d.com/V3D/this_is_truth/v1/

Remettre en question sa vision du monde, c’est ce que fait Virginie Courtier-Orgogozo, une chercheuse en biologie. Elle étudie l’évolution des espèces vivantes, la génétique, et comment les êtres humains peuvent transformer les autres êtres vivants manipulant leurs gènes. Au début de l’année 2023, elle est entrée au Collège de France (à ne pas confondre avec les collèges que l’on trouve un peu partout en France). Elle y donne un cours en biodiversité et écosystèmes qu’elle a nommé Penser le vivant autrement.

Dans la leçon qui introduit son cours, Virginie Courtier-Orgogozo parle de l’importance de la crise écologique actuelle. Cette crise, avec le changement climatique, la disparition des espèces ou encore les conséquences de la pollution, est aujourd’hui reconnue comme un enjeu majeur pour l’avenir de l’humanité. Mais le problème est si compliqué et peu maîtrisé qu’il est difficile d’apporter des solutions concrètes et efficaces, surtout que c’est un sujet qui peut créer de l’angoisse ou des tensions chez certaines personnes. Courtier-Orgogozo est bien consciente de cette difficulté, et elle souhaite partager une réponse qu’elle a pu trouver grâce à ses recherches.

Préserver le vivant en changeant nos regards

La biologiste, et d’autres chercheurs et chercheuses avant elle, a réalisé que les humains ont inévitablement un regard biaisé sur le monde vivant. Ce biais est d’abord créé à cause de nos sens qui sont limités (comme nous l’avons vu plus haut). Nous avons aussi tendance à représenter et étudier la nature en préférant ce qui a notre taille ou qui est dans notre environnement. Par exemple, nous connaissons beaucoup mieux la vie des mammifères que celle des bactéries. Ces dernières ont pourtant beaucoup plus d’espèces et elles ont une biomasse (c’est-à-dire poids total de tous les êtres vivants) plus importante. Enfin, nous avons des biais sociétaux : inconsciemment, nous avons tendance à voir le monde en fonction de notre culture et de notre société. Une grande part de l’humanité considère les autres êtres comme des « machines », des tas de matière sans esprit, car on peut les manipuler, exploiter, transformer et consommer (comme pour faire de la viande et des cultures), sans que cette idée soit remise en question.

Courtier-Orgogozo explique que cette vision biaisée serait en grande partie responsable de l’effondrement de la biodiversité, et qu’il serait temps d’en prendre conscience et de la changer si nous souhaitons inverser la situation.

On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré

Albert Einstein
Crédits : Représentation graphique de One Health par Jeanloujustine

Elle propose de prendre conscience de nos biais, et pour résoudre le problème de la crise écologique, de mettre en commun les différentes perspectives pour trouver les meilleures solutions. Elle évoque notamment l’initiative One Health (Une Santé), un mouvement créé au début des années 2000 qui montre que humains, animaux et écosystèmes sont liés, que le bien-être de l’un dépend du bien-être des autres, et qu’il faudrait donc voir le monde vivant dans toute sa richesse.

Virginie Courtier-Orgogozo, Penser le vivant autrement, 10 février 2023, https://youtu.be/nxPiCuYFXRc

 



Citer ce billet
Éloïse Iafolla (2023, 24 juillet). Quel regard porter sur le monde ? Contrepoints. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ragd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search