Le corps vu à travers l’imagerie médicale

Cet article s’inscrit dans le champ de recherches qui mettent en centre la relation homme-technique. Ce qui va m’intéresser plus particulièrement c’est l’état flou dans lequel se trouve le corps d’une personne après la rémission d’un cancer et qui doit se faire contrôler régulièrement via les imageries.

Corps sous influence de la société

Je rappelle avant d’entrer dans le vif du sujet que ce bref article a comme seule ambition de suggérer et pas d’établir sous forme de système définitif, des explications. Je veux aussi dire qu’il y a une intention dans cet article de nouer le corps physiologique avec le corps social. De comprendre leur relation. Et aussi de dégager le rôle de la médecine technoscientifique dans la représentation contemporaine du corps.

Pour définition de la représentation je vais retenir celle de Denise Jodelet : « Les représentations sociales constituent une forme de connaissance socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourante à la construction d’une réalité commune à un ensemble social. » A partir de cette définition nous pouvons avancer que cette forme de connaissance est ce qui dirige notre attitude dans la vie quotidienne, dans le réel.

Une perspective historique sur la représentation du corps dans l’art

Un survol historique s’impose, à travers lequel on peut saisir l’évolution de la conception du corps. Au début du Moyen-Age les corps étaient transcrits simplement comme des silhouettes, démesurés, sans chair, sans os, sans muscles. C’est avec Leon Battista Alberti (dont les travaux ont influencé Leonard De Vinci) au XVème siècle que le corps prend de la masse, du relief et du mouvement (avec des corps qui s’éloignent, ou qui viennent vers nous…) dans les peintures. Donc c’est à partir de ce moment que le corps occupe un espace dans les peintures.

Avec Vésale, un siècle plus tard au XVIème le corps perd son esthétique parfaite puisque dans son livre « De humani corporis fabrica » on voit l’intérieur du corps comme jamais auparavant. Dans ces représentations visuelles, qui restent des dessins faits par les artistes, on voit le corps comme une ensemble d’organes qui fonctionnent mécaniquement.

Le corps et ses versants

Georges Vigarello, historien français, spécialiste des pratiques corporelles et des représentations du corps nous explique qu’il y a trois grands versants du corps. Le premier est celui du principe d’efficacité qu’on peut rapprocher de la représentation au début Moyen-Age, je dirais que celui-ci, de par son caractère plus physique, plus palpable, a existé même avant l’apparition de dessin. Pour lui deuxième versant est « […] celui du principe de propriété : possession par le corps d’un espace et d’un territoire totalement privé, appropriation de l’être le plus intime de soi sur un resserrement biologisé. C’est ici que peuvent être pensées les représentations des frontières corporelles ». Je pense que ce versant a commencé à bien prendre forme dans la conscience des individus vers la fin du Moyen Age avec l’avènement des peintures qui représentaient le corps dans des formes plus réelles, avec des couleurs qui lui faisaient plus justice. En ce qui concerne le troisième versant, celui de l’identité, il est la « manifestation par le corps d’une intériorité ou d’une appartenance désignant le sujet ». A mon avis le fait de voir l’intérieur du corps à travers les planches de Vésale a grandement contribué au fait que le public puisse se représenter son intériorité en tant qu’individu. Pour pousser un peu plus loin ma réflexion, je pense que nous avons progressivement acquis les trois versants. (J’ouvre une parenthèse pour dire que j’ajouterai volontairement un quatrième versant qui lui il a existé depuis le début, l’érogène du corps, mais je ne parlerai pas plus de cela ici.)

Je me suis éloignée un peu du début de cet article mais j’y reviens. Avec l’avènement des rayons x ce n’est plus le corps mais quelque chose qui vient de l’extérieur (un cliché : négatif d’une photographie) qui nous montre la vérité du corps. J’ai pris l’exemple des patients après rémission d’un cancer parce que je pense que c’est dans les témoignages de ces patients que le lien avec les imageries médicales semble le plus flagrant. Jean-Philippe Pierron dit la chose suivante : « […] sous l’effet de la biologisation du geste soignant, de la médecine prédictive et de l’imagerie médicale, on peut être biologiquement malade et médicalement en bonne santé ». C’est-à-dire que ce ne sont plus les signes envoyés par notre propre corps qui nous disent si l’on est malade.

Je retranscris ici quelques récits tirés d’internet trouvés dans des sites comme cancer.be ou fondation-arc.gov. Voici le témoignage de Sophie :

« Et puis vient le dernier bloc, le dernier jour de traitement. On n’en parle pas assez mais c’est un moment difficile. Quand je sors de l’hôpital, je me sens paumée. Et maintenant ? Oui j’ai toujours un suivi médical mais tous les trois ou quatre mois. Entre-temps plus personne ne se demande ce qu’il se passe, si ça va. Je ressens aussi l’angoisse que le cancer revienne. »

ou encore d’Amy :

« J’ai été très bien soignée et dix ans après je vais bien. Bien sûr, à chaque contrôle annuel l’angoisse de la récidive est là, et les résultats rassurants sont un soulagement immense. »

La représentation par l’imagerie médicale

Mon propos est que c’est maintenant l’imagerie médicale qui nous informe sur l’efficacité de notre corps, qu’elle efface un peu les frontières du corps puisqu’il y a un échappement vers l’extérieur du corps, pour reprendre le concept forgé par le docteur P-S Lagarde (1996) et que cela rend flou les limites entre intériorité et extériorité. Ainsi l’imagerie médicale modifie les trois versants du corps et contribue à l’établissement d’un monde de la représentation corporelle conçue à travers elle.

Références

Bouvrande, I. « Peindre le corps à la Renaissance : l’art de colorer chez Alberti », Corps, vol. 3, no. 2, 2007, pp. 73-78. En ligne : https://www.cairn.info/revue-corps-dilecta-2007-2-page-73.htm

Lagarde, P-S. « Le paranoïaque selon une perspective uxorienne. La paranoïa entre psychanalyse et phénoménologie », Psychiatrie Française, no. 4.96, pp. 96-107.

Pierron, J. (2007). Une nouvelle figure du patient ? Les transformations contemporaines de la relation de soins. Sciences sociales et santé, vol. 25(2), 43-66. En ligne : https://www.cairn.info/revue-sciences-sociales-et-sante-2007-2-page-43.htm

Vigarello, G. (2003). “Histoire et modèles du corps”. Hypothèses, 6(1), 79-85. En ligne : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2003-1-page-79.htm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.