Notre corps en rapport au monde, un outil de savoirs ?

Quel rôle joue le corps dans l’acquisition des savoirs ? Comprendre les enjeux de notre corporalité est crucial pour penser notre rapport aux savoirs, et pour l’épistémologie en général.

La question de la phénoménologie

Au cours de mes recherches sur les liens entre rationalité et émotions, je suis entré en contact avec une discipline dont je n’avais pas entendu parler auparavant : la phénoménologie. Ce terme désigne un concept élaboré par Husserl, puis explicité et exploré par Merleau-Ponty. Malheureusement, je n’ai pas eu la sensation de réellement comprendre ces notions en lisant son ouvrage Phénoménologie de la perception. En le feuilletant j’ai néanmoins cru comprendre que la division usuelle entre le corps, la perception et la pensée n’était pas aussi évidente qu’il n’y paraît. En effet, dans notre monde occidental, la pensée hérité des Grecs tend à séparer le corps et l’âme, et à considérer le corps comme une pesanteur mortifère pour le développement de la pensée. J’ai donc décidé de me replonger dans un ouvrage que j’avais acquis au cours de ma licence, Éloge du Carburateur, essai sur le sens et la valeur du travail de Matthew Crawford, un philosophe qui explore notre rapport au monde matériel, et la façon dont ce rapport façonne notre pensée. Ces différents auteurs montrent qu’il existe d’autres approches possibles de notre rapport au corps, au monde, et que cela rend possible d’autres manières de connaître, d’autres formes de connaissances.

Pour en apprendre un peu plus sur la phénoménologie : Présentation par Michel Bitbol
Un exemple concret d’une autre approche de la connaissance

Matthew Crawford, Éloge du carburateur, p. 193

« À la base de la notion de connaissance tacite, il y a l’idée que nous en savons plus que nous ne sommes capables de l’exprimer, et certainement plus que nous ne sommes à même de le spécifier par une formulation rigoureuse. Les jugements intuitifs portés sur les systèmes complexes, en particulier les jugements formulés par des praticiens experts, comme les pompiers chevronnés, sont souvent plus riches que les vérités susceptibles d’être capturées par des algorithmes. »

Dans son ouvrage, Matthew Crawford donne l’exemple d’une forme de connaissance différente, celle du savoir tacite du pompier. Dans une situation donnée, ce dernier sera capable de prendre une décision éclairée, alors même qu’il lui manque des éléments. Crawford explique que, du fait de son expérience, il est capable de reconnaître des patterns qui l’informent sur la situation. Ainsi, sans forcément en avoir conscience, il prend une décision rationnelle au vu de ses expériences passées, et fait en quelque sorte confiance à son intuition. Ici, l’intuition se comprend comme un raisonnement cognitif, plus ou moins conscient et intégré, qui agence des expériences de rapport au monde pour agir au mieux.

Les savoirs tacites

Ces lectures dans le contexte de mon cursus d’épistémologie m’ont amené à faire un parallèle entre les savoirs tacites, qui se transmettent essentiellement par nos perceptions et nos interactions sociales, et la façon dont la science élabore un savoir. En effet notre perception est empreinte de subjectivité, ainsi avant même l’intellectualisation de nos ressentis, l’information sur l’extérieur qui nous parvient peut s’avérer déformée. Cependant, il semble impossible de recevoir des informations sur le monde autrement que par nos sens et donc cette subjectivité fait partie de notre rapport au réel. De plus, nous recoupons ces informations sensorielles les unes par rapport aux autres de manière à parvenir à une intersubjectivité, un croisement entre des subjectivités différentes. Ainsi, bien que toutes les informations dont nous disposons peuvent être qualifiées de biaisées, il est possible de parvenir à ce qu’on pourrait appeler une forme d’objectivité, en exploitant les concordances de ces informations.

Est-il possible d’avoir une approche objective et rationnelle du monde ?

C’est ici que je fais le lien avec la façon dont la science tente d’élaborer de nouvelles connaissances. En effet, toute science empirique sera confronté au même problème des données (informations) qui sont nécessairement prélevées de manière subjective. Que ça soit par un outil, ou encore le choix d’échantillons, etc, il est toujours problématique de tirer des conclusions d’un seul jeu de données, d’une seule méthode. Ainsi les chercheurs ont généralement recours à une diversité plus ou moins grande de sources et de méthodes pour analyser un sujet. À nouveau, la concordance entre plusieurs résultats subjectifs issus de méthodes ou sources différentes semble être ce qui autorise à accorder un statut d’objectivité aux conclusions des scientifiques.

L’homme de Vitruve, Léonard de Vinci. Rationalisation des proportions du corps

L’étude de la phénoménologie permet de penser le rapport à nos perceptions, et la construction du réel qui en découle. On pourrait l’envisager comme un outil supplémentaire aux chercheurs, qui renforce l’objectivité. En effet, il est rare pour les scientifiques d’avoir cette approche de leur perception du réel qui présente un apport empirique. La philosophie peut apporter cette idée que la perception du réel, une fois mise en doute et réévaluée depuis cette position, peut être une source de connaissance.

Conclusion

Je souhaite continuer de creuser ces questions, sur les différentes épistémologies qui fondent les disciplines scientifiques et sur les autres formes de savoir qui peuvent émerger par un autre rapport au corps, notamment de notre perception. Le problème de la matérialité des savoirs, et en même temps de la difficulté d’envisager la connaissance en tant que chose qui se manipule, pour la transmettre et la posséder. On peut s’interroger si finalement la connaissance ne serait pas la conscience de quelque chose, plutôt qu’une chose en soi. Ainsi, elle est envisageable comme un phénomène, une interaction, et on imagine les problèmes que cela soulève.

Voici l’état de mes réflexions en cours, qui sont bien sûr limitées car celles d’un étudiant encore en formation (suspendue pour cause de fin du monde #coronavirus). Cette publication me permet de rendre compte de mes avancées et de ce qu’il me reste à faire pour mieux comprendre notre rapport au corps et la place de la rationalité dans ce dernier.

Bibliographie

M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Gallimard, Paris, 1945.

M. B. Crawford, Éloge du Carburateur, essai sur le sens et la valeur du travail, La Découverte, Paris, 2016.

M. Polanyi, The tacit dimension, Gloucester, Mass, Peter Smith, 1983.

R. Catinaud, « Sur la distinction entre les connaissances explicites et les connaissances tacites », Philosophia Scientiæ [En ligne], 19-2 | 2015, mis en ligne le 09 juin 2015, consulté le 07 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1103


Basile Souchet

Je suis étudiant en master d’épistémologie à Strasbourg, j’ai fait une licence pluridisciplinaire Industries Culturelles, Art et Société. Je trouve fascinant d’aborder une thématique avec les approches de différents domaines, en les confrontant on obtient une richesse et un meilleure capacité de remise en question.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search