Les métamorphoses du monde

En quête de terres à découvrir ? Plus besoin de traverser les continents, il vous suffit de marcher quelques mètres. Le monde entier est redevenu inexploré.

Ce billet prend forme d’un partage de lecture d’un article de Baptiste Morizot : « Ce mal du pays sans exil – Les affects du mauvais temps qui vient », dans lequel je vous propose un récit de ma propre voix se situant actuellement dans le monde, et qui tente de s’enchevêtrer à la voix de l’auteur à travers de nouveaux tissages dans un monde en ruine.

Mon être en pattes-de-mouche

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours ressenti un certain vide qui habitait en moi. Je l’ai d’abord associé à une certaine forme de solitude car j’avais cette impression d’incommensurabilité du monde et d’impuissance d’agir dessus. Puis je me suis progressivement mis à l’associer à une sensation de vide existentiel lié à l’absurdité de l’existence. Une existence qui comme une vague disparaissait aussi vite qu’elle était apparue dans un océan perdu et infini. Ce n’est que depuis peu que ce sentiment grandissant en moi m’est apparu non pas comme un vide existentiel mais plutôt en grande partie comme un trouble. Un trouble par lequel je me sentais étranger à ce monde, du moins je le reconnaissais de moins en moins. Un monde qui se délitait en lambeaux et dont les métamorphoses environnementales telles que le changement climatique semblait me détisser de lui, et des êtres qui faisaient ce même monde. J’étais tombé dans une forme de rhétorique catastrophiste intérieure qui m’était insoutenable et dont la résignation me montait jusqu’aux cordes vocales, lorsque celles-ci n’étaient pas utilisées dans les innombrables tentatives de mobilisations, actions de terrain et sensibilisations sur d’autres manières d’habiter sur Terre. Des tentatives vaines, sûrement, peut-être, non, je ne sais pas trop.

Vivre dans un monde en ruine

Baptiste Morizot me propose alors de donner une « torsion affective » à l’idée de « vivre dans un monde abîmé ». Une formule quelque peu rude mais qui me permettrait de donner une forme à ce trouble abyssal d’habiter l’abîmé, de se diriger vers l’horizon de la vie, de la pensée et de nouvelles manières de vivre moins insoutenables. Prenons un exemple, j’ai eu pour habitude depuis mon enfance d’aller chaque année en Bretagne, et de voir au fil des années des marées vertes[1] toujours plus longues et toujours plus fréquentes. Derrière l’explication du phénomène biologique, j’étais touché affectivement puisque les plages que j’ai parcourues ne sont plus les mêmes, ne me sont plus reconnaissables et ne me sont parfois plus accessibles.

De cela naît le concept de « solastalgie » pour qualifier les états de stress et d’anxiété psychique ou existentiel d’un monde familier qui se délite devant moi avec un sentiment d’impuissance rattachée à cette perte. Ici, Baptiste Morizot propose de voir en ce concept « la condition vivante » contemporaine induite par des métamorphoses environnementales, qui finiront par être universelles au regard du changement climatique. Un monde familier qui se métamorphose sous mes yeux et devient étranger. Les échelles de temps s’inversent et au lieu de me voir comme un passager sur Terre, je vois, impuissant, le milieu qui m’entoure se perdre et emporter avec lui d’innombrables êtres que j’ai vus ou connus dans le temps même de mon existence. Pourtant ces êtres ont participé au fondement du milieu dans lequel je cohabite-avec. Ce tissage qui se défile [2] sous mes yeux et se renoue autrement au même moment – comme il peut – est aussi le reflet de notre condition contemporaine y compris la mienne, dans laquelle plus personne ne trouve ni son fil, ni son tissage.

Le temps en suspension

Le concept de « solastalgie » peut être associé au « temps du mythe », un concept issu des cosmologies animistes et totémistes désignant une forme de temporalité passagère, parallèle au « temps du monde » qui lui, est un temps stabilisé sur de longues périodes. Ce « temps du mythe » que je vis actuellement, peut arriver à tout instant et se manifeste dans un contexte de crises mondiales, lorsque les êtres prennent des formes, des comportements, des tissages qui nous échappent, nous surprennent, restent encore indistincts et qui pourtant nous agissent. On les appelle les êtres de la métamorphose. Cette situation métamorphique, comme la transformation des forêts par le réchauffement climatique, rend flous le statut et les relations soutenables qu’on peut entretenir avec ces êtres.

Renouer avec l’inexploré

Une lueur perdure en moi : en réalité enquêter sur cet affect offre la possibilité de recommencer le monde. Ce mal du pays sans exil, ces êtres de la métamorphose, me proposent de tisser avec « l’inexploré », c’est-à-dire avec ce monde changé et changeant, qu’on ne reconnaît plus. L’inexploré, ce ne sont pas des terres lointaines à fouler, il m’entoure, tout proche de moi, en moi. C’est le monde des tissages à fabriquer, pour comprendre et composer mieux avec. Des relations invisibles qui régissent le visible tel que le sol, ses habitants, les pollinisateurs, le jardin de ma grand-mère, formant des assemblages vivants uniques et variables, plus ou moins temporaires, et surtout loin d’un idéal nomologique.

Internet qui, je pensais, me déliait au monde, présente en réalité des puissances exploratoires fleurissantes. Je pense notamment aux blogs ou vidéos[3] qui apprennent à tester de nouvelles trames de relations avec les êtres en familiarisant à des concepts tels que l’éthologie. On peut alors proposer l’idée d’une trame entre monde naturel et le monde virtuel, dès lors que les savoirs sont réinvestis dans le monde réel. Cette continuité permet à terme de démocratiser l’affect exploratoire envers le vivant et de le connecter aux luttes, ce qui donne inévitablement une dimension politique voire « ethopolitique » aux relations écologiques tissées. Ceci implique inévitablement la création d’alliances – donc des relations devenues visibles – au vu des vulnérabilités (changement climatique notamment) à laquelle tous les êtres sont confrontés. Les êtres ne se diluent plus dans le paysage et demandent une « response-ability »[4] de leur statut d’actants et des enchevêtrements de leurs voix. Le changement climatique induit et continuera d’induire une métamorphose ontologique majeure, car les alliances vont se dénouer et se renouer… pour le meilleur et pour le pire.

Imploser le monde capitaliste

Cette dimension affective dont on parle depuis avant peut alors agir en moi envers le monde à l’unisson de la solastalgie et de l’inexploré. Cette dimension mobilisatrice intrinsèquement diplomatique du fait des interactions écologiques entre les êtres y compris moi, est une réponse à comment tisser avec les êtres de la métamorphose. Comment créer des alliances contre les usages capitalistes, extractivistes et toute une « ontologie naturaliste des Modernes » qui affaiblissent voire défilent les tissages. Car le réchauffement climatique, à travers un système-Terre réactile et complexe, requalifie les actants des alliances et impose de repenser les tissages à inventer entre êtres pour un monde plus habitable.

Bibliographie

Morizot, B. (2019), “Ce mal du pays sans exil. Les affects du mauvais temps qui vient”. Critique, n° 860-861, pp. 166-181. En ligne : https://www.cairn.info/revue-critique-2019-1-page-166.htm

Iconographie

Takahiro Fujita sur Flickr Licence CC BY-NC-ND 2.0


[1] Échouages massif d’algues vertes résultant de l’activité humaine, dû entre autres aux flux d’excès nitrates qui ruisselle vers le littoral. Le nitrate est composé d’azote, un élément nutritif permettant la croissance des algues vertes. Cette prolifération artificielle asphyxie la faune et la flore local, peut être dangereuses y compris pour l’humain. Car échouées sur les plages, elles relâchent des gaz toxiques en se décomposant sous les fortes chaleurs d’été en temps de crise climatique.

[2] A prendre dans les deux sens du terme.

[3] Pas plus tard qu’il y a quelques jours, je regardais une vidéo qui invitait à tisser une relation d’amitié avec les corbeaux dans un jardin et dans les commentaires sous cette vidéo je voyais une prairie fleurée de récits sur des tissages avec des êtres non-humains tous autant diversifiés les uns que les autres. Vidéo : Krari The Crow, How To Befriend A Crow, [en ligne], https://youtu.be/kBb4wuGjAwc (consulté le 30/04/2023).

[4] Ici je fais référence au concept introduit par Donna Haraway qui désigne la capacité où l’habilité à répondre à l’insistance des possibles, c’est à dire de notre cas, aux alliances inévitables que demandent les êtres. Référence : Haraway, D. J. (2016). Staying with the trouble: Making kin in the Chthulucene. Durham: Duke University Press.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
vincentnicolas (19 juin 2023). Les métamorphoses du monde. Contrepoints. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rag2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search