L’inquiétante vitrine du projet Exo-biote

Mais que suis-je en train de regarder ? Je vois des tentacules, des spirales reliées à un système harmonieux et dérangeant à la fois. On pourrait prendre ces objets pour des robots mais regardez plus attentivement… ils semblent respirer !

Exo-Biote, Jonathan Pêpe, Installation pneumatique et lumineuse, Le Fresnoy, 2015

Quand l’art contemporain rencontre les sciences

Les sciences et l’art ont longtemps été considérés comme contradictoires. En effet, l’un se réfère au réel et à la raison tandis que l’autre s’intéresse à l’imaginaire, l’insensé. Cependant cette distinction ne manque pas d’ambiguïté car ces deux disciplines sont néanmoins animées par une quête commune : aller au-delà des frontières de notre connaissance, rendre visible l’invisible. De plus en plus de projets collaboratifs célèbrent cette union et concourent à brouiller la dichotomie sciences/art et par extension l’idée, l’illusion même, qu’une discipline puisse être réellement pure. La rationalisation, la segmentation du monde en plusieurs disciplines distinctes héritée de la modernité laisse place désormais à la transversalité, au croisement des champs de connaissance donnant naissances à des objets hybrides. Les progrès scientifiques soulèvent des questionnements, génèrent des débats dont s’emparent maintenant les artistes, et leurs procurent de plus des outils et clés pour mener à bien leur propre interprétation du monde (Ackermann, 2017).

Le projet Exo-Biote crée par Jonathan Pêpe en collaboration avec le Fresnoy-Studio national des arts contemporains, l’équipe DeFrost, l’Université de Lille, le CNRS, l’INRIA, le SCV et Neuflize OBC s’inscrit dans cette perspective. Il allie donc des artistes et des scientifiques, des individus aux cultures et formations différentes. Cette entreprise n’a évidemment été possible qu’après un réel effort de vulgarisation du langage de chaque camp travaillant ensemble à la production d’une nouvelle forme de savoir (Inria, 2015).

 « Travailler avec des scientifiques amène à toucher la pointe de son ignorance. Il faut accepter que le projet nous dépasse et que l’on ne puisse pas tout contrôler, être à l’écoute afin de s’adapter au mieux. Ce dialogue est riche car il vient solliciter les intuitions artistiques des scientifiques autant que les intuitions scientifiques des artistes. »

« Cela nous permet d’entrer dans une dynamique de production de pensées pluridisciplinaire »

Jonathan Pêpe

La soft-robotique, un exploit esthétique et technique

L’esthétique scientifique est clairement dotée de qualités artistiques comme vous pourrez le voir dans les autres billets de cette thématique art et science. Ici, je vais aborder une technologie émergente appelée la soft robotique ou robotique déformable utilisée au cours de cette exposition. Il s’agit d’un nouveau domaine de recherche chargé de concevoir des robots souples pour palier à certains inconvénients rencontrés chez les robots, présents dans le secteur industriel, qui sont certes “intelligents” mais qui par leur rigidité, sont systématiquement dans des cages à l’écart des travailleurs. La soft robotique permettrait de concevoir des robots avec une attitude sécuritaire, permettant une meilleure interaction avec les humains, et serait, ainsi, prometteuse dans des domaines tels que la technique médicale ou encore plus généralement dans le secteur des soins (Raak, 2019).

Le projet Exo-biote est l’occasion de mettre en avant cet exploit technique mais également et surtout son aspect esthétique et émotionnel par la création d’une vitrine composée d’éléments pneumatiques et lumineux (Pêpe, 2014). Les chercheurs et artistes tentent de présenter, par ce dispositif, la typologie particulière de formes et de mouvements des robots souples (Sant, 2015).

Une exposition de marchandises ?

En observant les objets hybrides comme vous pouvez le voir sur ce teaser, on a l’impression d’être devant des organes vivants reliés à un même corps dont on pourrait connaitre l’humeur par le battement de ses organes. En effet, ceux-ci se gonflent d’air et simulent un souffle, une respiration que l’auteur décrit comme une « chorégraphie spasmodique ». Ces mouvements amènent le visiteur à imaginer l’utilité de ce dispositif (Pêpe, 2015). Dans notre monde où la société de consommation est omniprésente, envahissant le quotidien de chacun, cette exposition à l’air de présenter des marchandises pouvant être d’hypothétiques prothèses ou organes produits en masse et prêts à l’emploi. De là, émerge toute une réflexion sur les possibilités de ce type d’avancée scientifique et technologique (Sant, 2015).

L’artiste s’est donc approprié des outils scientifiques pour démocratiser les découvertes de ce domaine en leur donnant un nouveau visage, une nouvelle interprétation. Il pousse ainsi le public à réfléchir grâce à ce support de connaissance inhabituel. L’émotion que procure l’art est donc un réel atout pour intéresser des individus sur les bienfaits ou dangers de certaines avancées dans la société (Ackermann, 2017).

Un devenir organique pour la machine

L’utilisation de la soft robotique dans cette exposition nous amène également à une autre problématique : la distinction entre êtres vivants et robots. Cette dichotomie est ici complexe car ce type de robotique suit le principe de la biomimétique (Marshall, 2018). En effet, les scientifiques s’inspirent de la fonction d’un mécanisme biologique pour créer son homologue artificiel (Pêpe, 2017). La rigidité de la robotique standard, qui peut être brisée, est donc assimilée à un état lié à la mort, à la rigidité cadavérique tandis que la robotique souple qui présente des points communs avec les êtres organiques a une meilleure capacité d’adaptation à son environnement. La souplesse est d’ailleurs un caractère plus qu’avantageux dans le règne animal qui permet à la pieuvre, par exemple, de manipuler des objets, de se déplacer ou encore de changer de forme (Sant, 2015).

L’exposition Exo-Biote permet donc d’appréhender les nouveaux rapports entretenus par l’homme et la machine. L’auteur fait donc ici une hypothèse, il suppose qu’une relation de plus en plus intime va se créer entre l’être humain et la machine, l’ordinateur, au fil des progrès technologiques. Une évolution qui va entrainer une hybridation de plus en plus importante jusqu’à transformer la structure des machines vers une forme organique, vivante et souple (Pêpe, 2015).

Bibliographie

Ackermann J., 2017, Art et science en symbiose, https://www.beauxarts.com/grand-format/art-et-science-en-symbiose/, consulté le 27/05/2019.

Marshall B., 2018, Conception d’un robot mou grâce à la biomimétique, https://www.rs-online.com/designspark/soft-robot-design-with-biomimetics-fr, 27/05/2019.

Pêpe J., 2014, Exo-biote, https://jonathan-pepe.com/Exo-biote-variation-0 consulté le 24/03/2019.

Pêpe J., 2015, « Exo-biote », Panorama 17, https://www.lefresnoy.net/panorama17/artwork/573/exo-biote/jonathan-pepe#artwork, consulté le 24/03/2019.

Pêpe J., 2017, Exo-Biote Project Soft Robotics, https://crossborderlivinglabs.eu/fr/exo-biote-project-soft-robotics/, consulté le 24/03/2019.

Raak M., 2019, Soft robotique, la science des « robots souples », https://www.igus.fr/info/robotics-soft-robotics, Consulté le 28/05/2019

Sant G., 2015, Exo-Biote : l’exposition de robots souples, http://alltrends.over-blog.net/2015/09/exo-biote-l-exposition-de-robots-souples.html, consulté le 24/03/2019.

Site Inria, 2015, Projet artistique Exo-biote : une devenir organique pour les robots ?, https://www.inria.fr/centre/lille/actualites/projet-artistique-exo-biote-un-devenir-organique-pour-les-robots, consulté le 24/03/2019.

Crédit pour l’image : Pêpe J., 2017, Exo-Biote Project Soft Robotics, https://crossborderlivinglabs.eu/fr/exo-biote-project-soft-robotics/, consulté le 24/03/2019.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.