Vers une humanisation de la médecine grâce à l’IA ?

On entend beaucoup parler de textes, d’images, voire de morceaux de musiques générés par l’intelligence artificielle. On entend en revanche moins parler de son application dans le domaine de la médecine, qui semble pourtant être sur le point de vivre une révolution.

Le sujet de l’IA en médecine est extrêmement vaste et je ne peux évidemment pas le couvrir en quelques mots ; dans ce billet je vais m’intéresser particulièrement aux apports (positifs et négatifs) de cette technologie à la discipline et à son impact potentiel sur la profession. Je n’aborderai donc pas les sujets passionnants que sont l’histoire de l’intelligence artificielle en médecine, ni son fonctionnement. Je vous invite à lire les articles hyperliés qui se sont intéressés à ces questions !

L’intelligence artificielle, le miracle de la médecine moderne ?

L’intelligence artificielle est utilisée depuis plusieurs années dans le domaine de la médecine et elle permet (et permettra) de faire des choses que nous ne pouvions même pas imaginer il y a encore quelques années. C’est particulièrement vrai en cancérologie : afin de traiter une tumeur, les médecins doivent l’irradier, ce qui n’est évidemment pas anodin, et avant de l’irradier, il faut la localiser. Le professeur Jean-Emmanuel Bibault explique dans un podcast sur France Culture que cette tâche réalisée par l’humain sur des scanners peut prendre une demi-journée, alors que les algorithmes de “deep learning” (ou apprentissage profond) utilisés ici n’ont besoin que de deux à trois minutes. En plus d’être rapides, ils sont plus efficaces et certaines machines peuvent même s’adapter aux mouvements des patients, ce qui représente une véritable prouesse.  

Un autre pan de la cancérologie est susceptible d’être révolutionné grâce à l’intelligence artificielle dans le futur, celui des “cancer de primitifs inconnus”. Ces cancers insidieux sont très difficiles à traiter, car souvent diagnostiqués à un stade avancé et leur foyer primitif étant difficile à trouver, on ne peut pas facilement adapter les traitements. L’oncologue et biologiste Sarah Watson en a fait son cheval de bataille et travaille sur le sujet à l’institut Curie. L’intelligence artificielle pourrait jouer un rôle déterminant. Elle développe avec son équipe un algorithme de deep learning qui est capable d’associer à une tumeur son foyer primitif. Leur travail porte d’ailleurs déjà ses fruits, puisque sur onze patients tout juste diagnostiqués, huit ont pu bénéficier d’un meilleur traitement après que le foyer primitif de leur cancer eut été identifié avec succès par l’algorithme.

Un autre rêve qui semblait jusqu’à aujourd’hui  appartenir davantage au monde de la science-fiction qu’au nôtre est celui de voir des machines réaliser des opérations en autonomie. Des robots extrêmement performants existent déjà en chirurgie, mais ils sont encore pilotés par des humains. Ce qui leur manque pour devenir autonomes c’est une intelligence artificielle capable de voir et d’interpréter des vidéos tout en pilotant le robot. Des travaux sur le sujet sont en cours, notamment à Stanford et peut-être que dans une dizaine ou une vingtaine d’années, vous ne serez pas opérés par un chirurgien humain mais laissés entre les mains d’une machine. Cela peut effrayer, mais cela aurait plusieurs avantages. Contrairement à l’humain qui peut être sujet au stress, à la fatigue ou être affecté moralement pour une raison personnelle, la machine se contentera d’effectuer son travail sans perturbation. De plus, cela limiterait les risques de contamination lors des opérations. 

Il existe bien sûr encore d’autres applications de l’intelligence artificielle en médecine, mais ces quelques exemples nous permettent de mesurer la révolution que cela représente. Cependant, si on regarde notre histoire, on s’aperçoit que toute révolution fait des victimes.

Les limites du miracle

Si on s’arrête à ces avancées et aux perspectives qu’elles nous permettent d’entrevoir, on peut effectivement se dire que l’intelligence artificielle est un remède miracle qui va permettre à la médecine d’entrer dans une nouvelle ère. Pourtant cette  technologie reste imparfaite, et avec ces avancées viennent beaucoup de questions.

Aussi incroyables et performants soient-ils, les algorithmes restent incapables de traiter une masse infinie de données et de saisir certains aspects des patients. Ils ne sont pas que des nombres, des données médicales ou un diagnostic à poser. Ils sont autant d’être distincts, avec leurs émotions et leur parcours. Cette dimension émotionnelle reste inaccessible à la machine, et peut-être que le futur rôle des médecins se joue ici, j’y reviendrai. 

Outre les limites techniques de l’intelligence artificielle, de nombreuses questions éthiques et légales devront trouver une réponse avant que notre quotidien ne soit bouleversé. Si l’algorithme se trompe dans un diagnostic ou rate une opération, qui est responsable ? Si un diagnostic différent est posé par un médecin et une IA, lequel doit-on croire ? Si l’IA prend effectivement une grande place dans la médecine de demain, comment l’intégrer à la formation des futurs médecins ? Et s’ils se reposent trop sur cette nouvelle technologie comment éviter la perte de connaissances, en particulier des savoirs tacites au fil du temps ? Je n’ai bien sûr pas les réponses à ces questions, mais elles seront certainement au coeur des débats sociaux et politiques dans quelques années, alors gardons les dans un coin de nos têtes !


Enfin, j’aimerais me pencher brièvement sur la question qui m’a donné envie de traiter ce sujet : quid de la place de l’IA dans la relation avec les patients ?

Les médecins d’aujourd’hui et surtout de demain sont bien sûr au coeur de ces questions ; la plus importante pour eux étant sans doute celle de leur place dans cette future médecine. Si des robots peuvent nous diagnostiquer ou nous opérer de façon autonome, à quoi bon encore avoir des médecins humains ? Pour Didier Sicard (médecin et ancien président du Comité consultatif national d’éthique), “L’IA devrait être un outil merveilleux et non pas le maître dévoyé de notre intelligence” (Sicard, 2020). Il ne faudra pas se reposer sur l’IA, mais s’en servir. Pour Jean-Emmanuel Bibault, ce changement de paradigme pourrait même être l’occasion d’humaniser la profession en permettant aux médecins de consacrer plus de temps au suivi et à l’accompagnement de leurs patients. J’aime personnellement beaucoup cette idée.

Peut être que paradoxalement, la machine que certains craignent nous permettra de nous retrouver, de retisser les liens fragilisés avec nos médecins. À une époque où tout s’accélère, où les relations se numérisent de plus en plus, ou le temps pour l’échange est limité, nous avons besoin de ralentir. Le nouvel outil qu’est l’intelligence artificielle, utilisé de la bonne façon, rendra peut être ce petit miracle possible.

Référence bibliographique

Articles

Belot L, Sarah Watson, en mission contre des cancers incurables, Le Monde, 2023.

Callier P, Sandel O, “De l’intelligence artificielle à son application en médecine”, Actualités Pharmaceutiques, 60, Issue 611, 2021, 18-20.

Mathieu-Fritz A, “L’intelligence artificielle en médecine : des promesses aux usages… en passant par la conception: Commentaire”, Sciences sociales et santé, 2021, 39, 71-78. 

Sicard D, Chapitre VI. “Les problèmes éthiques posés par l’usage de l’intelligence artificielle en médecine”, L’éthique médicale et la bioéthique, 2020, 101-106, Paris, PUF.

Sun R, Deutsch E, Fournier L, “Intelligence artificielle et imagerie médicale”, Bulletin du Cancer, 109, Issue 1, 2022, 83-88.

Sites internets :

https://curie.fr/actualite/publication/linstitut-curie-developpe-un-outil-dintelligence-artificielle-pour

https://www.ibm.com/fr-fr/topics/artificial-intelligence-medicine

https://www.inserm.fr/dossier/intelligence-artificielle-et-sante/

Podcast :

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/le-13-14/le-13-14-du-mardi-17-janvier-2023-2160832

Illustration : 

mauritius images / Science Photo Library Sergii Iaremenko



Citer ce billet
Benoît Eppinger (2023, 23 octobre). Vers une humanisation de la médecine grâce à l’IA ? Contrepoints. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rah3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search