La nouvelle histoire de sciences

Crédit photo : Clarisse Meyer

Peut-on penser l’histoire des sciences comme une suite continue de victoires du « vrai » sur le « faux » ? Depuis le XXe siècle, des historiens s’attachent à remettre en question cette vision stéréotypée du monde de la recherche.

L’histoire des sciences fut pendant longtemps une discipline alimentée par les savants eux-mêmes, qui cherchaient à légitimer leur travail en se plaçant comme les héritiers directs d’une tradition ancestrale. Elle fut ainsi construite comme un long récit, linéaire, parsemé de génies isolés, renversant à eux seuls la conception du monde. Malgré le fait que cette manière d’appréhender l’histoire des sciences fut depuis fortement remise en question, notre imaginaire collectif en est encore emprunt. Depuis que je suis minot, on me conte l’histoire d’un Archimède courant nu dans les rues de sa ville, criant « Eurêka ! » à tout va, ou d’un Newton comprenant les principes de la gravité en se prenant une pomme sur le coin du crâne.

Reconstitution personnelle de ce fameux épisode historique.

Ces anecdotes témoignent de la manière caricaturale avec laquelle fut longtemps traitée cette histoire : à travers ce billet, j’entends vous montrer qu’il existe une autre histoire des sciences, humaine, parcellaire, où l’issue des controverses ne se justifie pas seulement par un triomphe de la « vérité ».

Généalogie de la révolution historiographique

En 1938, dans son Science, technologie et société au XVIIe en Angleterre, Robert K. Merton pose les bases de ce qu’on appellera plus tard l’épistémologie externaliste, c’est-à-dire l’idée que les facteurs socio-culturels – dits « externes » – ont une influence certaine sur la construction générale de la connaissance. Jusque-là, les analyses historiques se limitaient à la manière dont les différentes lois ont été justifié, ce qui participait à cette vision de la science comme une accumulation linéaire de progrès successifs, ou comme une suite de controverses à l’issue desquelles la vérité l’emporte systématiquement. Ici, l’auteur entend observer l’émergence des différentes théories à travers un prisme historique et sociologique : le facteur « vérité scientifique » n’est plus au centre de l’échiquier. En d’autres termes, Merton s’attache à décrire le contexte de découverte – jusque-là réduit à des histoires enfantines – plutôt que le contexte de justification – jusque-là privilégié dans l’historiographie.

En 1957 paraît Du monde clos à l’univers infini d’Alexandre Koyré. À travers le concept de Révolution scientifique, il montre que l’histoire des sciences est discontinue, dans la mesure où l’on considère que cette rupture a mené à une réorganisation générale de la science autour de principes nouveaux.

En 1962, dans La structure des révolutions scientifiques, Thomas Kuhn met en lumière les contradictions internes qu’impliquent une image de la science comme processus d’accumulation. Tout d’abord, elle ne fait pas état de la pratique réelle : l’activité scientifique ne consisterait qu’en une recherche d’éléments que l’on pourrait ajouter à l’ensemble de connaissances, et donc le travail de l’historien des sciences serait uniquement de définir la paternité des différentes théories, tout en décrivant les erreurs, croyances, et superstitions ayant ralenti cette dynamique globale. Mais comment distinguer « croyances » et « connaissances véritables » ? En y regardant bien, ces « croyances » se sont construites de manières analogues à nos connaissances actuelles. Peut-on appeler « science » ces systèmes dépassés ? Le refuser impliquerait de ne considérer comme scientifique que ce qui relève du consensus actuel, mais n’est-il pas naïf de croire que toutes nos connaissances récentes sont absolues ? Si, toutefois, on considère ces consensus passés comme faisant partis de la « science », alors il faut accepter que cette dernière compte des ensembles fondamentalement incompatibles.

Toutefois, ne tombons pas dans notre propre piège : il serait ironique de considérer Merton, Koyré, et Kuhn comme des génies isolés ayant renverser à eux seuls l’historiographie scientifique. Ces auteurs se placent dans des courants et contextes historiques particuliers, et ne pourraient être considérer comme seuls porteurs de cette révolution.

La controverse de Pasteur

A travers cette étude de cas, j’entends vous montrer que la perspective externaliste permet de regarder le passé sous un nouvel angle. L’historiographie traditionnelle nous conte une grande controverse qui eut lieu au XIXe siècle, entre deux éminents savants : Félix Pouchet et Louis Pasteur.

Pouchet défendait la notion aristotélicienne de génération spontanée, c’est-à-dire l’idée que la vie peut apparaître de manière spontanée, à partir de matière inanimée. Cette conception, qui peut paraître absurde aujourd’hui, a pourtant fait consensus pendant de nombreux siècles. N’avez-vous jamais vu d’asticots, ou de la moisissure « apparaître » dans du fromage ? La génération spontanée relevait en fait, pour l’époque, du sens commun. Pasteur émit l’hypothèse que, malgré ces observations, les êtres vivants préexistaient avant que l’on puisse les observer – sous forme de germes ou d’œufs, par exemple. Ainsi, il établit que dans un milieu stérilisé et isolé, la vie ne peut pas apparaître de manière spontanée : c’est la théorie microbienne, qui sera ensuite à l’origine des pratiques d’hygiène préventive. Il réussit, après une expérience historique, à imposer sa conception des choses.

L’historiographie traditionnelle retient ainsi un gentil savant qui se bat pour la vérité (Pasteur), un méchant obscurantiste qui refuse de reconnaître qu’il a tord (Pouchet), d’haletantes péripéties qui s’illustrent dans les nombreuses expériences de Pasteur, jusqu’à ce que triomphe le vrai sur le faux. Un joli conte de fée, en somme. Mais est-ce historiquement rigoureux ?

Des auteurs comme Bruno Latour sont revenus sur cette controverse, en prenant une perspective externaliste. Ils établirent que l’issue de cette controverse ne relève pas tant d’un triomphe de la vérité que d’habiles entourloupes politiques : avant même cette fameuse expérience historique, Pouchet était mort aux yeux du monde académique. Pasteur a réussi, à travers ses discours, à se mettre dans la poche l’Église et l’Académie parisienne, faisant passer Pouchet pour un athée, et se plaçant comme l’illustre défenseur de la méthode expérimentale.

Conclusion

Au cours du XXe siècle, une nouvelle manière d’appréhender l’histoire des sciences à émerger. Elle a permit de mettre en lumière l’importance du contexte dans la généalogie des théories scientifiques. Cela mène aussi à des questionnements profonds sur la pratique scientifique : peut-on encore prétendre construire une connaissance scientifique objective ?

Bibliographie

Koyré, Alexandre, 2011. Du monde clos à l’univers infini. Collection Tel, 129. Paris: Gallimard.

Kuhn, Thomas S., 1996. The Structure of Scientific Revolutions. 3rd ed. Chicago, IL: University of Chicago Press.

Latour, Bruno, 1989. Pasteur et Pouchet : hétérogenèse de l’histoire des sciences. Eléments d’histoire des sciences, pp. 423–445.

Merton, Robert King, 2001. Science, Technology & Society in Seventeenth-Century England. lst Howard Fertig pbk. ed. New York: Howard Fertig.

Pestre, Dominique, and Stéphane van Damme, eds, 2015. Histoire Des Sciences et Des Savoirs. Paris: Éditions du Seuil.

Crédits images

  • Portrait d’Isaac Newton âgé de 46 ans, Godfrey Kneller (1689) . Domaine public.
  • Extrait de l’Harmonia Macroscomica d’Andreas Cellarius, 1660/61. Figure montrant les signes du zodiaque et le système solaire avec la Terre en son centre, selon le système de Ptolémée. Domaine public.
  • Système héliocentrique simplifié de Copernic extrait de De revolutionibus. Domaine public.
  • ” Book case of old books.”, Photo by Clarisse Meyer on Unsplash, 2016. Licence : utilisation libre. https://unsplash.com/license

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.