Un billet sur mon chat

Assise à mon bureau, je regarde mon chat qui s’étale sur le bord de ma fenêtre. Il observe les oiseaux, les regarde voler, se demande sans doute comment les attraper. Moi, je me demande pourquoi je l’aime autant, mon tueur en série domestique.

En lui, je vois un compagnon, un ami, un enfant, presque. Mais mon enfant est un enfant terrible, un enfant roi, un enfant qui tue et qui détruit le monde autour de lui. Il fait partie du problème, et sa présence participe à l’extinction de masse.

Le chat est entré dans nos maisons pour chasser les souris, les rats, les nuisibles. Aujourd’hui, c’est un peu devenu lui, le nuisible. Dans une étude publiée dans Nature en 2013, des chercheurs ont révélé que les chats tuent entre 1.6 et 4 billions d’oiseaux par an, aux Etats-Unis. C’est l’une des espèces prédatrices invasives les plus nocives pour l’environnement, selon une revue de la littérature de 2017. Même si l’impact des chats domestiques est estimé inférieur à celui des chats sauvages et abandonnés, elle n’est pas négligeable.

Je n’avais honnêtement pas besoin d’étude pour me dire que mon chat avait des impacts sur l’environnement. Les morts, parfois c’est un cadeau : il nous laisse un lézard ou un oiseau blessé sur le pas de la porte, il a une fois même ramené un poisson. Parfois, c’est un jeu auquel il prend plaisir, il est cruel avec ses proies et les laisse sans les manger, il n’en a pas besoin puisqu’il est bien nourri.

Parlons-en, de sa nourriture. Le chat est un carnivore, il a besoin de viande.

J’ai écouté un podcast récemment, à propos de nos rapports avec les animaux (et leurs morts), dans lequel Charles Stépanoff, anthropologue à l’EHESS, parle de disjonctions dans nos rapports aux animaux : les animaux-matière, qu’on retrouve en pièces détachées dans nos supermarchés, et les animaux-enfants qu’on nourrit, élève, chérit. On a effacé les êtres vivants de nos assiettes, et aussi des gamelles de nos animaux domestiques, on mange du bœuf, pas un bœuf.

Il est difficile d’ignorer la contradiction, quand je regarde mon chat, le museau dans ses croquettes. Qu’a-t-il de plus que l’animal qui est mort pour le nourrir, lui, l’enfant roi ? Les croquettes sont en général faites avec les morceaux qu’on ne veut plus manger : les abats, têtes, ceux qu’on ne veut plus voir car ils nous rappellent qu’on mange un être qui a vécu. On peut le considérer comme un recyclage, une manière de ne pas gaspiller, mais dans un monde où il sera nécessaire de réduire nos consommations de viande, on peut se demander ce qu’il en adviendra, c’est un système qui ne tiendra peut-être pas la route. Je ne peux pas affirmer qu’on ira jusqu’à tuer des vaches dans l’unique but de nourrir nos compagnons, mais la question se pose.

C’est devenu un nuisible, qui s’est multiplié grâce aux populations humaines, dangereux pour les populations d’oiseaux, de reptiles, d’amphibiens et de petits mammifères environnants. Mais chasser les chats comme on peut chasser les rats est impensable. Si vous aimez l’animal, l’idée seule vous a peut-être révolté. Et c’est normal, moi aussi, j’aime mon chat. Je veux qu’il soit heureux, non je ne pourrais pas l’enfermer chez moi ou lui couper les griffes. C’est un chat libre qui va et vient, c’est un chasseur qui traque, bondit, tue. Je m’imagine encore moins poser des pièges pour réguler les populations sauvages, toujours hantée par les histoires de chatons noyés, c’est comme ça qu’on réglait les choses il n’y a pas si longtemps.

Pourquoi cet animal, je le protège et le nourris ? Qu’a-t-il de différent avec celui qui s’est retrouvé dans mon assiette ? Est-il plus petit ? Plus mignon ? Plus joli ?

Est-il plus égoïste de l’empêcher de vivre, ou de l’empêcher de nuire à la cause qui m’est chère ?

Je cherche encore les réponses. On vit dans nos contradictions, et celle aux griffes acérées et aux moustaches hérissées n’en est qu’une parmi d’autres, en prendre conscience est peut-être la moindre des choses.

Références et autre :

Podcast : Charles Stépanoff, Elsa Maury, “De la chasse à l’élevage : cette mort qu’on ne veut plus voir“, France culture, 2021

Article : Loss, S., Will, T. & Marra, P., “The impact of free-ranging domestic cats on wildlife of the United States“. Nat Commun 4, 2013

Loss, S., Will, T. & Marra, P., “Population impacts of free-ranging domestic cats on mainland vertebrates“, Frontiers on the Ecology and the Environnement, Vol 15, 2017

Overstreet K., “Barn cat colonies in America’s Dairyland empty the landscape“, Feral Atlas, 2021

Si vous avez un chat, vous pouvez participer à la collecte de données de la SFEPM pour mieux évaluer l’impact des chats domestiques sur l’environnement : https://www.chat-biodiversite.fr/participer-la-collecte-de-donnees.html

Image : CC-NC Suzanne Allioux


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Suzanne Allioux (7 août 2023). Un billet sur mon chat. Contrepoints. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ragh


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search