Rapport des sexes : le fondement du patriarcat ?

Dans une société patriarcale, le rapport des sexes est déséquilibré. D’où vient ce déséquilibre, présent à chaque époque, sur chaque continent ?

Dans un article précédent, j’évoquais la place des menstruations dans le rapport des sexes et dans la construction du féminin. Dans cet article, je voudrais explorer ce rapport de domination, dans la continuité de l’étude du tabou de la menstruation.

A partir de la lecture de l’article : Héritier F., « Le sang du guerrier et le sang des femmes », Les cahiers du GRIF, 29, 1984, pp. 7-21.

Deux pivots de la domination masculine

Dans les sociétés patriarcales comme la nôtre, Françoise Héritier postule qu’il y a deux pivots majeurs qui permettent cet assujettissement des femmes : le contrôle de la fécondité et la division sexuelle du travail.

En effet, dans les sociétés humaines, l’inceste est en général un tabou absolu – mauvais pour la communauté et les individus. Un groupe social (comme une famille) qui vivrait sans coopérer avec les autres groupes sociaux est voué a disparaître, car la reproduction au sein du groupe ne peut mener qu’à sa disparition, que ce soit par appauvrissement du matériel génétique ou par la perte des membres du groupe, puisque un frère et une sœur qui ont un ou des enfant(s) ensemble ne donneront qu’une descendance au lieu de deux.

La reproduction est donc liée à la coopération et les interactions entre les différents groupes sociaux. Or, ce sont les femmes qui ont le pouvoir de la fécondité, ce sont elles qui portent les enfants et leur donnent la vie. Les hommes doivent donc s’approprier les femmes, afin de s’approprier le contrôle de leur descendance, et échanger celles qui naissent dans leur groupe (inaccessibles car elles leur sont apparentées) avec celles des autres groupes, avec qui ils pourront avoir une descendance.

L’autre pilier de la domination des hommes sur les femmes serait la division sexuelle du travail. Les femmes portant les enfants et s’en occupant au début de leur vie, en les allaitant pour les nourrir par exemple, elles s’en retrouvent entravées dans leurs mouvements. Difficile en effet d’aller par exemple chasser ou pratiquer n’importe quelle activité demandant la mobilisation de leur physique si elles sont enceintes ou avec un enfant en bas-âge. De cette contrainte naît une division pratique du travail : les tâches sont réparties selon les aptitudes de chaque sexe. Il n’y a dans cette division aucune domination a priori.

C’est en faisant des tâches masculines les tâches les plus honorables et des tâches féminines les tâches plus dévalorisantes que la domination s’installe. De plus, la fécondité étant un domaine strictement et exclusivement réservé au femmes, les hommes se créent à leur tour un domaine de tâches et des prérogatives qui leur seront propres, et dont ils excluent totalement les femmes.

Dans son article, Françoise Héritier prend l’exemple du peuple Ona de Terre de Feu. Il s’agit d’un peuple de chasseur-collecteur, où la chasse est strictement réservé aux hommes. Seuls les hommes sont initiés au tir à l’arc. Les femmes ne peuvent se servir de l’objet sans l’apprentissage des techniques, le savoir-faire de la fabrication des flèches, etc. Le domaine de la chasse est donc réservé au hommes, et les femmes se chargent de la collecte. Cependant, la collecte n’est pas un domaine strictement féminin et il peut arriver que les hommes s’en chargent également, si la situation l’exige.

La part de la cueillette peut être largement majoritaire dans le régime alimentaire du groupe, mais cela importe assez peu : le prestige sera toujours l’apanage du chasseur, c’est-à-dire de l’homme, même si son résultat a un apport alimentaire négligeable ou faible pour la communauté.

Guerrier du peuple Ona de Terre de Feu pratiquant le tir à l’arc

Le ressort fondamental du rapport entre les sexes

Pour Françoise Héritier, ce ressort est lié à la symbolique du sang chez l’homme et la femme, dont elle tire le titre de son article, Le sang du guerrier et le sang des femmes.

Si l’homme est le guerrier, celui qui possède la force physique, il est donc celui qui peut risquer sa vie pour défendre son groupe ou sa communauté, il peut décider de faire couler son sang mais également de prendre la vie et faire couler le sang de ses ennemis. Cette décision lui appartient.

A l’inverse, la femme « voit » son sang couler hors de son corps, malgré elle, lors des menstruations. Elle donne la vie, parfois au péril de la sienne, sans nécessairement le vouloir ni pouvoir l’empêcher.

On retrouve donc là une opposition fondamentale dans la plupart des sociétés, notamment celles qui ont hérité de la pensée grecque et surtout de l’influence d’Aristote : il s’agit de l’opposition entre l’actif et le passif, associés traditionnellement au masculin et au féminin respectivement. L’homme est acteur et prend les décisions là où la femme est contrainte à la passivité et à subir les événements.

La division du travail est toujours d’actualité aujourd’hui, tout comme la séparation entre les tâches « honorables » et valorisées et les tâches « ingrates » ou dévalorisantes. La nécessité pour les hommes d’exclure les femmes de certains cercles afin d’en conserver l’exclusivité également.
De la même façon, le contrôle de la fécondité des femmes est toujours un des enjeux du rapport des sexes à notre époque.

Les menstruations en sont un bon exemple, puisqu’elles symbolisent le saignement passif de la femme, et donc son caractère passif, à l’inverse de l’homme. Ces mêmes menstruations sont ensuite utilisées et instrumentalisées (consciemment ou non) pour imposer aux femmes des pratiques inconfortables, douloureuses et dangereuses pour leur santé ou leur intégrité physique, mais aussi pour les placer dans des rapports conflictuels avec leur propre corps et leur statut de femme.

Bibliographie

Héritier F., « Le sang du guerrier et le sang des femmes », Les cahiers du GRIF, 29, 1984, pp. 7-21.

Crédit photographique

Photographie de Peleteria “El Zorro” Punta Arenas , G. M. Grossi, domaine public.



Citer ce billet
leadevelioglu (2020, 2 juin). Rapport des sexes : le fondement du patriarcat ? Contrepoints. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/radp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search