Un don d’instruments scientifiques pour établir le commerce du thé

Les récits d’expéditions navales n’ont jamais cessé de fasciner. L’histoire d’un voyage maritime vers des contrées lointaines a tout pour emporter notre imagination. Or les expéditions ont non seulement marqué l’imaginaire collectif à travers les romans ou récits de voyage, mais présentent aussi un attrait pour les historiens.

Une histoire connectée des objets de savoir

Dans l’article « L’inventaire de l’astronome. Le commerce d’instruments scientifiques au XVIIIe siècle », Simon Schaffer, professeur d’histoire des sciences à l’Université de Cambridge, retrace en parallèle l’histoire des missions maritimes britanniques au Pacifique Nord et en Empire de Chine à la fin du XVIIIe siècle. Sa manière d’aborder l’histoire des sciences offre une place importante aux objets de savoirs qui jouaient un rôle clé lors de ces voyages : les inventaires d’astronomie et les instruments de mesure scientifiques à bord des navires.
L’appréhension et l’usage des instruments peuvent alors être très différents selon la culture à travers laquelle a lieu le rapport à l’objet. Cette variété des rapports de différents acteurs aux objets scientifiques peut révéler les relations d’ordre social, politique et économique qui furent établies entre des cultures aussi éloignées que celle de la Grande-Bretagne et de l’Empire du Milieu. C’est par cela que les différentes significations apportées au matériel scientifique peuvent témoigner des différentes valeurs qui lui sont attribuées et nous éclairer sur les faits historiques connectés de la domination et du contacte.

Schaffer explore alors des régions au delà du cadre de l’histoire de la science et de l’économie pour étudier la confrontation entre des cultures différentes par la fonction médiatrice des instruments scientifiques.

Automates, télescopes et planétariums pour établir le commerce du thé

Si lors de la première délégation vers la Chine, entre 1792 et 1793, il y avait à bord des navires britanniques des artefacts astronomiques telles que des automates, des télescopes, des sphères célestes et des planétariums c’était pour donner lieu à des échanges.
C’est entre autres, parce que les britanniques avaient pris vivement goût au thé que les délégués de la Compagnie des Indes orientales avaient pour mission d’établir le commerce avec l’empereur Qiánlóng (乾隆) de la dynastie Qing. Les artefacts qui servirent comme don au Fils du Ciel, devaient faire l’objet d’un choix préalable minutieux, non seulement afin de convaincre les chinois de la supériorité des connaissances des anglais dans le domaine de l’astronomie mais aussi pour venir à l’encontre du goût de l’empereur. C’est ainsi que des efforts considérables furent mis en oeuvre afin de mettre toutes les chances du côté du diplomate aristocrate George Macartney pour que ces objets de savoirs fussent acceptés. Les expéditions précédentes avaient déjà dévoilé l’inclinaison de l’Empereur des Qing devant des objets manufacturés de nature merveilleuse et ingénieuses.

Voila
Cette tapisserie en soie représente l’arrivée de l’embassade de Maccartney en 1793. Y figure une sphère armillaire et un globe céleste. Ces objets ne correspondent pas aux dons faits par les britanniques mais furent construits par l’astronome jéssuite Ferdinand Verbiest à Beijing durant les années 1670. On peut traduire le poème de l’empereur Qiánlóng comme suit : « Peu importe à quel point leurs offres sont médiocres, nous les traitons avec générosité. »
National Maritime Museum, Greenwich

L’objet central de cette collection fut un planétarium construit par Philipp Hahn, l’artisan le plus reconnu de l’époque. Cette grandiose «machine-monde» fut alors soigneusement ornée de motifs orientaux prestigieux et son élaboration fut très onéreuse. Le réflecteur d’Herschel qui accompagnait ce don était sensé faire référence au prestige d’Isaac Newton, qui fut l’inventeur du premier télescope-réflecteur. De plus, ceci pu permettre à l’empereur chinois d’observer lui même le mouvement des corps célestes afin de se persuader de la précision de la construction. Cette valeur d’utilité fut renforcé par l’inventaire qui y fut joint. Celui-ci était sensé être traduit via le latin. Or la version orientale ne mentionne même pas le nom de Newton. Ce qui fut probablement un choix délibéré afin de ne pas accorder trop d’importance à un savant de l’Empire Britannique.

Une réception médiocre

Quand l’empereur Qiánlóng vit la Weltmaschine la première fois de ses propres yeux à l’Ancien Palais d’Été Yuánmíng Yuán (圆 明 园), il aurait dit : « ces choses sont destinées à amuser les enfants ». Les efforts des britanniques qui visaient à y incorporer les valeurs de l’échange libre et les principes de leurs cosmologie ne permirent pas de produire l’effet qu’il espéraient.

L’histoire des savoirs que retrace Schaffer nous éclaire sur la confrontation entre ces Empires de culture différent en articulant les significations apportées à ces instruments et aux inventaires. La matérialité du savoir nous renseigne ici sur bien plus de niveaux que seul sur celui de l’état de connaissances techniques et théoriques incorporés par les instruments d’une époque et d’un règne.

Bibliographie

Simon Schaffer, 2005, L’inventaire de l’astronome. Le commerce d’instruments scientifiques au XVIIIe siècle (Angleterre-Chine-Pacifique), Annales. Histoire, Sciences Sociales, n°4, pp. 791-815 https://www.cairn.info/revue-annales-2005-4-page-791.html consulté le 16/10/2019

Simon Schaffer, 2006, Instruments as Cargo in the China Trade, History of Science, n°44, pp. 217–246, https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/007327530604400204?journalCode=hosa#articleCitationDownloadContainer consulté le 06/01/2020


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search