Santé ! On danse ?

Selon différentes études en sciences cognitives et en neurobiologie, la danse serait une activité qui amènerait bien plus qu’une simple détente ou un amusement temporaire. Les effets sur notre santé et notre cerveau s’avèrent bien plus bénéfiques que ce que l’on croirait…

Rejoindre la piste de danse peut nous apporter rapidement un sentiment de bien-être et améliore notre qualité de vie. Laisser son corps se mouvoir sur le rythme de la musique contribue à une bonne santé, comme d’autres activités physique elle permet de réduire entre autres le risque de cancer, d’accidents vasculaires cérébraux, d’obésité et de diabète. Mais la danse permet aussi de lutter contre des maladies dégénératives, elle a des effets psychologiques particuliers et joue un rôle important en ce qui concerne le contact social. Autant de raisons pour lesquelles la danse verra son avenir fleurir en thérapie ?

Choisissez votre partenaire !

Danse de salon, Tango, Salsa, Rock, … nombreux sont les styles de danse pratiqués tout autour du globe. Si différents styles de danse ont aussi différents effets sur notre santé, les études scientifiques sont pourtant unanimes pour nous inviter à danser et ceci à n’importe quel âge. Des études qui effectuées sur une multitude d’enquêtes (portant sur plus de 48 000 personnes âgées de plus de 40 ans) ont évalué une baisse du risque de mortalité cardiovasculaire à 46 % suite à l’activité régulière modérée de danse, ce qui présente une réduction plus significative que celle apportée par la marche, qui s’élèverait à 33 %. Bien plus qu’un simple exercice d’endurance cardiovasculaire, les mouvements peuvent aider à muscler le corps tout entier et lui offrir une meilleure stabilité. La fluidité et la grâce d’une danse nous assurent non seulement de garder nos articulations et tendons souples mais nous permettent aussi de maintenir l’équilibre physique et d’améliorer la coordination de nos mouvements dans l’espace. Cet aspect peut compléter des séances de réadaptation en physio- et ergothérapie et pourrait notamment aider à prévenir les risques liés aux chutes de personnes âgées. Pourquoi donc hésiter à inviter nos grands-parents à danser lors de la prochaine fête de famille. « Voulez-vous danser Grand-mère ? »

Le cerveau danse

Quand nous dansons, nous anticipons nos gestes, nous faisons varier la direction, la vitesse et l’amplitude de nos mouvements corporels. En sollicitant régulièrement notre système de coordination en synchronisation avec le rythme, nous renforçons l’interaction de nos différents sens ainsi que nos capacités cognitives et motrices. C’est pour ces raisons que la danse permet d’agir face à la démence et aux maladies neuromusculaires et neurodégénératives telle que la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson. Pour des personnes atteintes de ces dernières, des études ont montré que des mouvements corporels sont plus facile à effectuer quand il est possible d’être accompagné par de la musique de danse ! En effet, la musique que nous aimons agirait sur le cervelet qui est impliqué dans la coordination et la synchronisation de nos mouvements et qui remplit différentes fonctions cognitives.
Les effets bénéfiques de la danse sont renforcés quand nous pouvons être accompagné d’un partenaire ou effectuer une chorégraphie. La mémorisation de pas de danse et la réalisation de mouvements complexes et gracieux représentent des exercices remarquables pour le cerveau. La région cérébrale du vermis, qui coordonne les mouvements musculaires avec les signaux de la moelle épinière y est particulièrement active. Le précunéus situé dans le cortex temporal et la région du putamen qui régulerait, entre autres, les mouvements volontaires sont également actifs pendant le processus d’apprentissage et de rappel de mouvements chorégraphiques : nous ne dansons pas seulement avec nos jambes mais aussi avec notre cerveau !

Avoir des ailes

Les mouvements élégants ou rythmés que l’on effectue en dansant agissent aussi sur notre système de récompense et en particulier sur le cortex orbitofrontal et le strianum, ce qui libère entre autres des neurotransmetteurs tels que la dopamine et la sérotonine dans le corps. Cela augmente considérablement le niveau de satisfaction des danseurs et contribue à une meilleure qualité de vie. Comparée à d’autres activités physiques, la danse amène aussi une forte réduction de stress, ce qui pourrait également être renforcé par le caractère social de la danse en groupe. Les régions motrices du cerveau peuvent même s’activer quand d’autres personnes sont observées en train de danser. Les processus neurologiques deviennent plus complexes, mais aussi plus bénéfiques lorsque nous sommes réunis à plusieurs pour danser ensemble.


Les effets psychologiques de la danse peuvent s’avérer réguler les émotions et aider à mieux supporter des situations de dépressions. En psychiatrie, l’anxiété et la douleur peuvent être réduites par la thérapie de danse, individuelle ou en groupe. Les effets de l’expression libre par des mouvements de danse improvisés sont prometteurs d’un point de vue psychologique, en vue de thérapies qui pourront davantage avoir lieu dans des hôpitaux ou d’autres centres de soin.

Tout le monde sur le dancefloor !

Nous avons de bonnes raisons de soupçonner que la danse se présente comme l’une des activités sociales les plus anciennes. De nombreuses cérémonies dont font preuve des sources historiques évoquent des rituels de danse. Danser est une activité profondément humaine qui a un caractère fortement social. Danser ensemble permet de nouer des liens sociaux, d’établir un contact corporel avec d’autres personnes et de créer un sentiment d’appartenance à groupe. Ces aspects sociaux sont peut-être la raison de la forte assiduité avec laquelle les danseurs et danseuses participent aux programmes d’activité et de leur grande popularité.

La danse peut aussi se révéler comme outil de protestation dans un contexte socio-politique, comme l’ont montré des évènements comme la mobilisation suite aux répressions policières dans des clubs de danse de Tbilisi en Géorgie. Face à la politique traditionaliste du gouvernement des milliers de libéralistes se sont réunis de manière pacifique en tapant du pied devant le parlement en déclamant « Nous dansons ensemble, nous luttons ensemble ! ».

La danse s’avère être une véritable alliée dans la lutte contre diverses maladies et pour maintenir le bien-être et une meilleure qualité de vie, autant à un niveau individuel que collectif. Qu’attendons-nous ? Allons danser !

Sources bibliographiques


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search