La crise des modèles climatiques

Depuis un an certains modèles climatiques produisent des données alarmantes. Ce brusque changement pose la question des conséquences de ces résultats en termes politique, mais aussi révèlent la place qu’occupent les modèles climatiques dans la représentation du changement climatique.

Des modèles divergeant

Depuis plus d’un demi-siècle des modèles informatiques sont produits pour simuler certains paramètres du système terre, comme les effets de la concentration de carbone dans l’atmosphère sur la variation des températures. Ces modèles, on compte plusieurs dizaines de modèles différents, ont jusqu’à présent donnés des résultats cohérents les uns avec autres. C’est sur la foi de ces données que se basent les travaux du GIEC, organisme chargé d’évaluer les risques liés au changement climatique. C’est donc également sur ces modèles que se basent les décisions politiques des différents acteurs vis-à-vis du réchauffement climatique. L’accord de Paris en est une bonne illustration car il s’appuie sur ces modèles et fixe la barre des 2° d’augmentation de la température du globe comme étant l’objectif à atteindre. Les modèles produit par ces simulations, et leur fiabilité, sont donc d’une importance cardinale pour la mise en place et la coordination de politiques affectant la plus grande partie de la population du globe.

Emissions de CO2 et estimation de l’évolution des températures

Pourtant depuis un an l’harmonie entre les différents modèles est brisée. En effet, 20% des modèles ont commencés à donner des résultats supérieurs de près de 33% par rapport aux précédents résultats. Ce bond de 33% fait que dans certains cas on franchit la barre des 5°C d’augmentation de la température pour un niveau de carbone deux fois supérieur à la période près industrielle ; un scénario cauchemardesque quand on prend conscience des changements qu’a engendré l’accroissement d’un degré de la température. Pourtant comme tous les autres modèles, les modèles divergeant réussissent le test de la modélisation du climat du XXe siècle, ce qui est normalement un critère de fiabilité. Pour l’instant les scientifiques en charge de ces modèles ne s’expliquent pas pourquoi de tels résultats apparaissent Certains redoutent qu’une boucle de rétroaction ne se soit mise en place, notamment avec la fonte du permafrost et le relâchement de méthane (gaz vingt fois plus producteur d’effet de serre que le dioxyde de carbone), quand d’autres préfères tabler sur une erreur logicielle. Si l’on prend ces modèles au sérieux alors les conséquences en terme politique sont désastreuses, puisque les objectifs de l’accord de Paris sont d’ores et déjà hors de portée, et que c’est vers les pires scénarios que nous nous acheminons.

Les modèles comme représentation et comme fétiches

Séance pleinière de la COP21 pour l’adoption de l’accord de Paris (Salle Seine – Le Bourget)

Pour l’instant rien ne permet de dire que le scénario du pire, qui est largement minoritaire se produira, mais cette crise dans les modèles climatiques permet de montrer la valeur et la place qu’ils ont prise dans le discours sur le réchauffement climatique. L’idée que je vais défendre ici est que les modèles climatiques sont devenus des fétiches, c’est-à-dire des objets auxquels ont confère certaines propriétés, et cela au-delà de toute rationalité. Parmi ces propriétés on peut citer celle du contrôle. Les modèles climatiques donnent l’impression d’avoir un contrôle sur les événements à venir en les réifiant à travers une simulation, et en même temps qu’ils provoquent l’angoisse par rapport à ce qu’ils annoncent, ils dissipent la peur de l’inconnu face à l’avenir. Ainsi, ils donnent l’illusion de contrôler le cours des événements, que ce qui arrive, arrive selon un ordre rationnel de cause à effet, même si cela est désolant. Ils représentent également un aspect de la mystique techno-scientifique à travers la recherche de l’accroissement de l’exactitude. Les premiers modèles climatiques, datant du début des 1970, donnaient déjà des résultats concordants avec les estimations faites aujourd’hui. L’effet pervers de la recherche de la plus grande exactitude possible, est aussi de donner l’impression que l’on agit, alors que les connaissances produites sont du même ordre que les informations précédentes. De plus qu’on songe à tout le temps perdu à débattre sur l’acuité des modèles et à les défendre contre les climato-sceptiques, pour mesurer l’ampleur du gâchis.  On pourrait dire que les modèles climatiques et l’arsenal scientifique qui les accompagne place aujourd’hui le citoyen dans la même position de vulnérabilité, d’hypostase, face à la science, que celle que Feuerbach décrivait dans l’essence du christianisme, c’est-à-dire celle d’un homme impuissant face à un Dieu qu’il a lui-même créé. Dans l’hypostase l’homme ne voit que Dieu, sa création, mais par une ruse de la raison c’est l’homme qui se retrouve soumis à sa création car il n’a pas conscience qu’il en est le créateur et il se retrouve soumis à la volonté de sa créature. Ainsi, en nous en remettant aux modèles pour toute décision nous oublions de questionner les causes de la catastrophe climatique, c’est-à-dire le dogme économique et politique qui prône la production de valeurs infinis dans un système aux ressources limités. S’en remettre aux modèles pour aborder cette question c’est l’aseptiser, c’est rejeter en-dehors de celle-ci les vraies racines du problème.

Remettre les modèles à leur place  

Il n’est pas ici question de remettre en cause le travail scientifique rigoureux dont les modèles climatiques sont le fruit, ni leur utilité en tant qu’outil, mais plutôt de questionner leur rôle dans la représentation de la catastrophe climatique et le rôle qu’ils jouent comme fétiches, représentant le contrôle et la rationalité, dans une situation qui est l’œuvre des passions humaines et par lesquels ils sont instrumentalisées. Le modèle climatique sert in-fine à légitimer, sous couvert de la rationalité scientifique, des postures politiques. A ce titre la réaction des scientifiques signataires d’un appel à la désobéissance civile laisse à penser qu’une prise de conscience est en train de se produire.

Références

Eric Roston; « Climate Models Are Running Red Hot, and Scientists Don’t Know Why »; Bloomberg Green; en ligne https://www.bloomberg.com/news/features/2020-02-03/climate-models-are-running-red-hot-and-scientists-don-t-know-why; consulté le 07/02/2020;

Site du GIEC ; en ligne https://www.ipcc.ch/; consulté le 07/02/2020

Eric Roston, Mira Rojanasakul, Paul Murray, Brittany Harris, Demetrios Pogkas and Andre Tartar; « Global temperature change »; Bloomberg Green; en ligne https://www.bloomberg.com/graphics/climate-change-data-green/temperature.html; consulté le 07/02/2020

« Accord de paris » United nation climate change; en ligne https://unfccc.int/sites/default/files/french_paris_agreement.pdf; consulté le 07/07/2020

Zeke Hausfather; Henri F. Drake; Tristan Abbott; Gavin A. Schmidt; « Evaluating the Performance of Past Climate Model Projections »; AGU 100 Advancing Earth and Space Science; en ligne https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1029/2019GL085378; consulté le 07/02/2020;

L’essence du christianisme / Ludwig Feuerbach ; traduit de l’allemand par Jean-Pierre Osier ; avec la collaboration de Jean-Pierre Grossein ; présentation de Jean-Pierre Osier Paris : Gallimard, DL 1992

Aykut Stefan C, Dahan Amy, « 3. La gouvernance du changement climatique. Anatomie d’un schisme de réalité », dans : Dominique Pestre éd., Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts depuis 1945. Paris, La Découverte, « Recherches », 2014, p. 97-132. URL : https://www.cairn.info/le-gouvernement-des-technosciences–9782707175045-page-97.htm

Tribune collective ; « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire » ; Le monde; 20/02/2020 ; https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/02/20/l-appel-de-1-000-scientifiques-face-a-la-crise-ecologique-la-rebellion-est-necessaire_6030145_3232.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search