La crise du Covid 19 à la lumière de la théorie de l’acteur réseau

La crise du Covid 19 qui touche la planète semble échapper de par son ampleur à l’entendement. Néanmoins, nous proposons ici d’en faire une tentative de lecture à travers la théorie de l’acteur réseau.

Covid 19 un nouvel acteur dans le réseau

?

            La crise du coronavirus qui touche quasiment tous les pays de la planète depuis le début de l’année 2020 représente une crise majeure pour nos sociétés hyper-connectés et mondialisées. Si de nombreuses analyses de la crise ont été faites à travers les médias, nous proposons ici de l’interpréter à travers l’une des théories majeures dans le domaine des STS : la théorie de l’acteur réseau. En effet, on peut soutenir que le virus tel que nous le percevons et interagissons avec lui représente un nouvel agent dans le monde, et qu’il peut s’interpréter à travers la grille de lecture de la théorie de l’acteur réseau.

La théorie de l’acteur réseau 

            La théorie de l’acteur réseau (TAR) émerge au début des 1980 quand un groupe de chercheurs décident de se détourner du programme fort de sociologie des sciences et adoptent une nouvelle philosophie de recherche. Ils avancent que l’on peut concevoir tout système, comme un laboratoire, à l’image d’un réseau, où se trouve en interaction humains et non-humains, et que les qualités propres de ce réseau doivent se juger à l’aune de ces interactions et non en vertu de qualités intrinsèques ; une des corollaires de ce programme est le rejet de la distinction nature/culture, et la préférence pour les termes humains/non-humains. De la TAR nous allons retenir un certain nombre de concepts permettant d’interpréter la crise du coronavirus : le concept d’agent, qui représente une entité distincte à l’intérieur du réseau ; le concept de traduction qui désigne les opérations de mise en relation entre les divers agents ; le concept d’alliés et d’ennemis, qui définit à l’intérieur du réseau la nature des relations entre les différents agents qui s’affrontent autour de controverses ; et le concept de passage obligé qui représente un point par lequel un agent est obligé de passer et qui peut être commun à plusieurs agent.

Le Covid 19 comme nouvel agent

En ce sens le covid 19 est un nouvel agent. Son intrusion dans les différents réseaux de la société nous oblige à les repenser car le virus devient un point de passage obligé. Ce fait de « repenser » l’organisation des réseaux en fonction de l’intrusion d’un nouvel agent, point de passage obligé, représente une opération de traduction. Autour de lui ce nouvel agent va mobiliser des alliés et de ennemis, et c’est de la force de ses alliés et de ses ennemis que va dépendre l’heur et le malheur de l’agent Covid 19.  

File de client suivant les mesures de distanciation devant un magasin Best Buy. Wikimédia Creative Commons 2.0

Prenons le cas d’un réseau familier celui qui consiste dans l’opération d’aller chercher faire ses courses. Nous avons un réseau qui est constitué d’un nombre limité d’acteurs : le sujet– le transport – le magasin. Pour le virus le réseau peut se comprendre ainsi : sujet – conditions propices à la félicité ou à l’infélicité/présence d’un hôte capable de l’accueillir.  La conjonction entre les deux réseaux fait apparaître de nouveaux agents, de nouvelles opérations de traductions, et fait apparaître des alliés et des ennemis. Dans ce cadre, l’apparition des masques et des gants, représentent des alliés pour le réseau « course » et des ennemis pour le réseau « virus », le non-respect des gestes barrières un allié pour le réseau « virus » et un ennemi pour le réseau « course ».

Ouvrir la boite noire

Une des caractéristiques de la crise du Covid 19, quand on la lit à travers le prisme de la TAR, est de mettre en lumière la complexité des agents avec lesquels nous interagissons et que nous avions appris à voir de manière univoque. Reprenons l’exemple des courses. Un des maillons de la chaîne que nous avions grossièrement décrite est celui du transport. Avant la crise ce maillon semblait trivial, à présent le rapport au transport se trouve bouleversé, et on envisage les modes et habitudes de transport d’une nouvelle manière.  La possibilité même de se déplacer est devenue une question particulièrement sensible, et ceux qui l’ont fait sans une raison dûment motivée ont pu se retrouver sanctionnés et stigmatisés. En devenant un point de passage obligé, l’agent Covid 19 met en lumière l’importance du transport, mais aussi recompose le réseau qui entoure celui-ci. Le transport ne dépend plus simplement de ses simples conditions de possibilités, mais se retrouve en interaction avec des agents qui lui étaient étranger, et, ou, avec lesquels il n’avaient que peu d’interactions. Ainsi en s’imposant dans les réseaux structurants la vie en société, l’agent Covid 19 entraîne non seulement une modification de ceux-ci en fonction du point de passage obligé qu’il représente mais fait également apparaître de nouveaux agents et de nouvelles interactions, et modifie le réseau des interactions existantes. Il s’agit d’une restructuration des associations entre les acteurs du réseau, humains ou non-humains.

Covid 19 et catastrophe climatique

Il est très difficile de ne pas faire le parallèle entre la crise du Covid 19 et la crise climatique, et on a pu pointer, à raison, que dans les deux cas c’est l’action de l’homme qui est à l’origine de la crise.  On pourrait reprendre, comme certains le font, que la crise que le monde traverse à valeur de test pour la crise climatique qui déploie ses effets un peu plus chaque jour, comme le fait par exemple Bruno Latour avec son initiative de questionnaire. Mais il ne faudrait perdre de vu que là où les états nations sont structurellement adaptées à la lutte contre une pandémie, la lutte, ou plutôt la mitigation des effets de la catastrophe climatique elle nécessitera sans doute la mise en place d’une nouvelle société civile et une refondation du pacte social.

Bruno Latour répond aux questions des lecteurs de “l’Obs” à l’occasion d’une master class confinée. Source le Nouvel Obs; 16.05.2020

Ressources

Livres

Latour, B., & Woolgar, S. (2003). La vie de laboratoire. Paris: La découverte: https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Vie_de_laboratoire

Articles

Thinking of buying a bike? Get ready for a very long wait; The New York Times; 18 May 2020: https://www.nytimes.com/2020/05/18/nyregion/bike-shortage-coronavirus.html

‘We did it to ourselves’: scientist says intrusion into nature led to pandemic; The Guardian; 25 April 2020: https://www.theguardian.com/world/2020/apr/25/ourselves-scientist-says-human-intrusion-nature-pandemic-aoe?CMP=share_btn_link

Interview de Bruno Latour par Thibaud Sardier de Libération : Interview – Bruno Latour par Thibaut Sardier 13 mai 2020: http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/20-LIBE-COVID-SARDIER.pdf

Ressources web

Wikipédia théorie de l’acteur résea: https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l%27acteur-r%C3%A9seau

Ressources vidéos

Bruno Latour répond aux questions des lecteurs de l’Obs à l’occasion d’une master class : https://www.nouvelobs.com/videos/x7txkt0.DMT/bruno-latour-repond-aux-questions-des-lecteurs-de-l-obs-a-l-occasion-d-une-master-class-confinee.html

Ressources images

File devant un magasin best buy : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Best_Buy_Line_I_(49674924422).jpg#filelinks



Citer ce billet
valentinlis (2020, 4 juin). La crise du Covid 19 à la lumière de la théorie de l’acteur réseau. Contrepoints. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/radt

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search