« Merci maman » – Réfléchissons les remerciements académiques

Parent·es, amoureux·ses, animaux, peluches, ami·es.
Ce n’est pas évident, nous avons toutes et tous des piliers moraux qui nous font tenir dans les moments les plus difficiles. Et si ces piliers, à leur manière, étaient à l’origine des nos plus grandes productions scientifiques ?

Une soirée quelque part au milieu du mois de novembre, je me hâte pour achever un travail à rendre pour le lendemain. De brèves dernières recherches pour compléter mes éventuelles sources et réussir à trouver, enfin, une information qui irait dans le sens de ma pensée. J’épluche les articles, les thèses et les mémoires d’étudiant·es un peu machinalement et je passe en revue résumés après résumés pour obtenir l’information qui me manque.
Fatigué de mon activité, j’ère quelque peu sur les documents que je trouve et je prête attention à des éléments que je n’ai pas l’habitude de considérer. Introduction, matériels et méthodes, résultats… Les catégories de la structure IMRAD me sont plutôt familières et je les traite de façon automatique voire mécanique. Autour de celles-ci, gravitent des informations parfois moins formelles, au bon vouloir de l’étudiant·e qui produit sa recherche. Parmi elles se trouve la section dédiée aux remerciements.

Les remerciements académiques

Par ceux-ci, j’entends les remerciements formulés par les étudiant·es ou les jeunes chercheur·euses au sein de leurs travaux académiques de recherche, comme des mémoires ou des thèses. Ils peuvent prendre plusieurs formes et possèdent souvent leur place dédiée tout en amont du travail, en premières pages.
Comme le présente le doctorant Q. Verreycken dans son billet de blog sur ce qu’il nomme L’anatomie des remerciements de thèse, ces derniers arborent des structures parfois très originales et s’adressent souvent à différents publics. Directeur·rices de thèse, enseignant·es notoires, proches, super-proches et autres : il est possible d’écrire à qui l’on souhaite dans cette catégorie.
Pour le plaisir de l’exemple, on retrouve des remerciements de la sorte :

Il est difficile de rester de marbre face à ce type de propositions très personnelles. Vous pourriez en éprouver la spontanéité d’un sourire à l’attendrissement le plus total mais il est de fait que, en quête acharnée de connaissances, cela ne saurait que mieux vous faire ralentir quelque peu la pensée.  
C’est ce ralentissement qui m’intéresse ici et que j’ai envie de disséquer au travers de ce billet.

Ce que cela permet à celleux qui lisent

S’il est possible de voir en ce changement de cadence une perte de temps, une errance, moi j’y vois l’un des seuls voire unique moyen de me sentir proche de l’auteur·rice du papier que je lis.
Nombreux manuels à destination des étudiant·es qui rédigent des travaux de recherche conseillent de ne pas perde de temps sur cette section, de ne pas s’éparpiller. Il s’agit souvent de rester sobre et neutre, comme le préconise M. Beaud dans son Art de la thèse.
Ce mythe de l’objectivité des sciences encore une fois recherché ici, qui pousse à l’extrême la déshumanisation de l’humain·e qui produit sa recherche. Une mise en pratique tangible de ce que proposait B. Jurdant dans son chapitre sur l’escamotage de l’énonciation, où s’observe une distanciation de l’émotion de la tête et du corps pensant, au profit du déguisement de lae scientifique qui ne ressent rien que la soif de savoir.
Cette première page sensible se montrerait, en fait, comme une prise de risque. Elle ose emmener son lectorat vers le terrain qui d’apparence est le moins scientifique du travail mais qui, du point de vue de la pensée, se rapproche le plus de cellui qui produit la connaissance. Ne comprenons-nous donc pas mieux le fonctionnement d’un organisme par le biais de ce qui l’agit ?

Durant mes recherches, un article de la Revue de la BNF écrit par J.-F. Bert sur la matérialité des savoirs m’a grandement inspiré. L’auteur nous propose de penser la pensée au travers d’une histoire des savoirs par les marges qui accompagnent les productions savantes. Il entend ici de considérer brouillons, carnets de recherche, fiches, lettres échangées, notes dans les marges, bref : ce qui accompagne très discrètement la production finale des savant·es. De nouvelles réflexions émergent sur les pratiques de recherche, leurs fondements et leurs portées. Selon lui,

Il est désormais important d’essayer de comprendre ce que les savants font en pratiquant leur discipline, ce qu’ils manipulent tout au long de leur réflexion, mais également comment ils décrivent eux-mêmes leur vie ordinaire.

Cette « vie ordinaire » qui a longtemps cherché à s’effacer dans le but de conserver la légitimité de l’étoffe du chercheur pourrait ici se matérialiser le temps d’un très court instant par ces mots de remerciements. Il pourrait devenir de notre habitude de prêter attention à cette essence de pensée que lae chercheur·euse nous livre et de prendre le temps de ralentir avec ellui.

Ce que cela permet à celleux qui écrivent

Et si, par le plaisir des remerciements, les chercheur·euses réussissaient à s’adresser directement à nos affects, à nous faire tendre un œil vers une zone plus sensible qui n’a pas sa place réservée dans le champs de la connaissance ?

Au sein de sa thèse de doctorat, V. Kohner propose une lecture différente du rapport sciences-citoyen·nes au regard des problématiques écologiques actuelles. Pour elle, cette surdité dont nous faisons preuve face aux appels des scientifiques qui nous alertent des dangers pourraient être contournée en empruntant une voie alterne, celle de nos affects.
Brièvement, c’est au travers de romans comme Le Petit Prince que nous sommes invité·es à reconsidérer notre rapport à l’autre et à sa consommation. Cette image forte reste et prend racine sur des lieux de notre pensée qui sont distincts des voies empruntées habituellement par la production des savoirs.
En transposant cette démarche à ma modeste réflexion, ne serait-il pas possible de considérer ces mots de remerciements des chercheur·euses, à leurs manières, comme faisant appel à ces-dits affects ?
V. Kohner parle de sentir les mots que nous lisons à travers ces romans, et je pense qu’il serait possible de sentir cette science qui nous est proposée, en réfléchissant avec celleux qui l’écrivent et la produisent, et non distinctement ces dernier·ères. 

Conclusion

Dans une ère actuelle qui se veut réfléchir de façons inédites et annexes aux canaux de productions des connaissances, je pense qu’il existe matière intéressante autour de la prise de conscience de nos affects. À mon sens, il ne serait que plus qu’intéressant d’analyser la pensée des chercheur·euses au travers de ce qui accompagne le produit fini de leurs travaux. La « vie ordinaire », comme le dit J.-F. Bert, demeure un instrument parmi d’autres et à ce titre, il mérite d’être étudié et considéré, lui aussi, comme faiseur de sciences.

Références bibliographiques

Beaud M., 2006., L’art de la thèse. Comment préparer et rédiger un mémoire de master, une thèse de doctorat ou tout autre travail universitaire à l’ère du net, La Découverte, Repères. Paris.

Bert J.-F., 2019, « Rien n’est anodin, rien n’est secondaire, De la matérialité des savoirs », Revue de la BNF, n°58 (1), pp. 65‑72.

Jurdant B., 2006, « Parler la science ? » Alliage, no 59, pp. 57‑63.

Kohner V., 2018, « Récits et écologies : pratique de l’attention polyphonique », Université libre de Bruxelles.

Stengers I., 2013, Une autre science est possible  ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, La découverte, 200 p.

Verreycken Q., 2015, « Anatomie des remerciements de thèse », ParenThèses, https://parenthese.hypotheses.org/1127, Consulté le 05.05.2023


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julien Czarnecki (3 août 2023). « Merci maman » – Réfléchissons les remerciements académiques. Contrepoints. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ragg


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search