La neutralité des sciences à l’épreuve des épistémologies féministes

Par Mylène Jehl

Qu’est-ce que la science ? Pour Foucault, philosophe homosexuel, tout savoir est un pouvoir, qui dépend de celui qui l’énonce.  La philosophie marxiste en son temps avait déjà montré l’appartenance des scientifiques à la classe dominante – du point de vue économique. Les apports des perspectives critiques féministes en sciences ont quant à elles démontré les biais androcentrés (c’est-à-dire masculins) de la majeure partie des sciences, y compris des sciences dites « objectives » : des neurosciences à la robotique, en passant par la biologie et la médecine.

Ce billet est introductif et non exhaustif. Il vise à porter un modeste éclairage sur ces diverses contributions afin de montrer comment différents courants épistémologiques féministes déconstruisent l’idée commune de « neutralité des sciences ».

Approche androcentrée des sciences et connaissance située

Sandra Harding est l’une contributrices importantes de l’épistémologie féministe. Philosophe états-unienne, elle s’attache à montrer dès les années 80 la place des subjectivités dans la production d’une « objectivité scientifique ». Dénonçant l’exclusion des femmes dans la production des savoirs, ces derniers sont toujours produits par des individus socialement situés par leur genre (ou encore leur classe et leur ethnicité, qu’elle mentionne de manière moins centrale). Ces positionnements ont des effets sur la connaissance produite, notamment des biais androcentrés. Elle présage donc le concept « d’objectivité forte » consistant à expliciter les positions sociales des scientifiques plutôt que de les taire. Ce courant a été prolongé par de nombreuses contributrices (Hartscock, Haraway parmi les plus connues) en donnant lieu aux concepts de « connaissance située ». Le point de vue des scientifiques est toujours situé et partiel : il charrie un ensemble de biais reflétant leurs positions qui influencent la perception de leurs objets de recherche. Cet apport critique l’approche traditionnelle des sciences et dénonce les inégalités de genre dans la production scientifique.

L’essor de la méthodologie féministe dans des champs scientifiques variés

Cette méthode critique a connu des développements dans des champs scientifiques variés. La biologiste Ann Fausto Sterling interroge notamment l’a-priori de la binarité de genre (une division naturelle entre les femmes et les hommes) en neurosciences et en psychologie cognitive. Elle montre que les interprétations des recherches sur le fonctionnement du cerveau est influencé par des stéréotypes sur les différences entre les hommes et les femmes. En robotique, des chercheuses ont également montré que les prototypes virtuels sont majoritairement conçus par des hommes d’après un modèle standard présenté comme neutre et universel. Ce modèle est majoritairement un homme blanc valide de 70 kilos, ce qui a pour conséquence de renforcer une norme aveugle aux vécus d’autres minorités (les femmes, les personnes non blanches, grosses, non valides).

Une influence majeure dans les sciences humaines

Ces perspectives critiques issues de la pensée et des pratiques féministes ont émergé à divers endroits et champs disciplinaires. On pensera aux critiques féministes du droit, notamment la juriste Mac Kinnon, montrant que celui ci est pensé à destination des hommes et les défend majoritairement, par l’inadéquation des lois aux réalités des violences sexuelles. Mais également en sciences humaines, notamment par des conceptualisation de la division sexuelle du travail. La sociologue Christine Delphy a montré comment le travail domestique comme forme d’exploitation du travail gratuit des femmes est absent des recherches sur le travail et sur les mouvements sociaux, tel que ces recherches sont principalement effectuées par des hommes.

Les sciences du langages et la pensée straight

La linguiste Monique Wittig a quant à elle critiqué les approches phallocentriques (masculines, ou plus particulièrement obsessionnellement tournées vers le phallus, en référence à la psychanalyse lacanienne) du langage, notamment tel qu’il est élaboré par des linguistes, des psychanalystes, des anthropologues. Elle montre que ces approches récentes du langage sont en retard sur les critiques féministes de leur temps en présupposant toujours une différence sexuelle irréductible entre « l’homme » et « la » femme, c’est-à-dire en naturalisant les différences sociales entre hommes et femmes.Cet a priori constitue pour elle une idéologie de la différence des sexes, au sens marxiste d’idées qui servent à justifier une situation d’exploitation et qui ont basculé dans le sens commun. Wittig fait de cette idéologie l’un de ces concepts centraux, qu’elle nomme « la pensée straight ». La pensée straight utilise la différence sexuelle comme fondement pour naturaliser un rapport d’exploitation qui a lieu entre les hommes et les femmes au sein de « l’hétérosexualité obligatoire ».  C’est à partir de cette analyse que Monique Wittig articule une possibilité d’émancipation à travers le lesbianisme politique, une pratique consistant à se défaire de tous liens de dépendance aux hommes (économique, affectif, etc.).

Conclusion

Alors que l’androcentrisme des sciences dites neutres ou objectives a été critiqué par des chercheuses, la binarité de genre ou l’hétéronormativité (c’est-à-dire penser d’après une perspective hétérosexuelle) ont été déconstruites du point de vue des lesbiennes. Ces apports montrent que les productions scientifiques sont aussi normatives (c’est-à-dire véhiculent des valeurs et des conceptions du monde), notamment ici du point de vue des différences des sexes ou de l’hétérosexualité. Ces renouvellements méthodologiques sont donc également des renouvellements normatifs, visant à sortir d’une vision stéréotypée du monde vectrice d’inégalités sociales, et visant à réduire les inégalités de genre dans les postes de production scientifiques de tous domaines.

Ces contributions sont toutefois à situer dans des mouvements plus larges dénonçant la neutralité de la science, et ce d’après des perspectives multiples. La perspective postcoloniale (dénonçant des biais raciaux) est une des plus vastes, mais également des des perspectives queer (par-delà une distinction homo/hétéro et/ou homme/femme), trans (émanant de personnes non cisgenres, c’est-à-dire non conformes au genre H ou F qui leur a été assigné à la naissance). Ces nouvelles perspectives constituent autant de déstabilisation des savoirs traditionnels et d’inclusion de nouveaux sujets de savoir.

Bibliographie

HARDING, Sandra, 1991 Whose Science? Whose Knowledge? Thinking from Women’s Lives. Ithaca, Cornell University Press.

HARDING, Sandra, 1986 The Science Question in Feminism. Ithaca, Cornell University Press.

HARTSOCK, Nancy, 1983 « The Feminist Standpoint: Developing the Ground for a Specifically Feminist Historical Materialism », dans Sandra Harding et Merrill B.P. Hintikka (dir.), Discovering Reality. Norwell, Kluwer Press : 283-310.

REBREYEND Anne-Claire « Anne Fausto-Sterling, Corps en tous genres. La Dualité des sexes à l’épreuve de la science », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 37 | 2013, 37 | 2013, 251-254. consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/11110

COLLET Isabelle, L’informatique a-t-elle un sexe ? URL : https://blog.mondediplo.net/2007-05-29-L-informatique-a-t-elle-un-sexe

Londa SCHIEBINGER, « Innovations de genre en ingénierie » dans Les sciences et le genre: déjouer l’androcentrisme, Rennes, PUR, 2016, p. 258.

MC KINNON Catherine, – Feminism, Marxism and the state, toward a feminist jurisprudence, Signs, Vol 8, No 4, Summer 1983, p 635-658

DELPHY Christine, Pour une théorie générale de l’exploitation. Des différentes formes d’extorsion de travail aujourd’hui, Québéc/France, Editions Syllepse, 2015. Compte rendu : https://www.erudit.org/fr/revues/rf/2016-v29-n1-rf02540/1036682ar/

WITTIG Monique, “La pensée Straight”, Nouvelles Questions Féministes, No. 7 (Février 1980), pp. 45-53, URL : http://www.jstor.org/stable/40619186
https://www.franceculture.fr/emissions/une-vie-une-oeuvre/monique-wittig-ecrivain-et-lesbienne-revolutionnaire-1935-2003

Pour aller plus loin :

ESPINEIRA Karine : https://karineespineira.wordpress.com/2015/12/22/pour-une-epistemologie-trans-et-feministe-un-exemple-de-production-de-savoirs-situes-dans-la-revue-ccs/


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. LauB dit :

    Bonjour,
    Je suis tombée par hasard sur votre article et je ne comprends pas bien l’intérêt d’avoir spécifié que Foucault était homosexuel. Ce fait n’apporte rien à l’argumentaire (vu que vous l’utilisez juste afin de définir ce qu’est une science) et je pense qu’il est plutôt déplacé de le préciser. Ce n’est ni une tare, ni un avantage, c’est une sexualité.
    Si vous pouviez m’éclairer sur ce choix, je vous en serais reconnaissante.

  1. 01/07/2020

    […] M. Jehl fait un bilan des différentes visions féministes et leur impact sur les sciences : « La neutralité des sciences à l’épreuve des épistémologies féministes ». Il existe beaucoup de stratégies pour pouvoir faire avancer la recherche sans le carcan du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search