Épistémologie postcoloniale et violences policières sous épidémie

Par Mylène Jehl

Les études postcoloniales constituent un vaste corpus peu diffusé en France. Pourtant, ce sont des outils d’interprétation majeurs des faits sociaux actuels : à savoir le nombre de victimes de violences policières parmi lesquelles les personnes noires et arabes sont sur-représentées. Comment les apports des épistémologies postcoloniales permettent d’exprimer le traitement racialisé de la population française durant l’épidémie du Covid en France ?

Fanon et la psychiatrie

L’apport de Frantz Fanon, psychiatre martiniquais, n’est pas forcément compté dans le corpus post-colonial mais son influence est considérable. Il montre en quoi la pratique de la psychiatrie est racialisée, prenant pour standard un homme blanc, et inadaptée aux traumas et aux vécus des colonisés ou ex-colonisés. Ce traitement racialisé se voit notamment dans le traitement des patients algériens et la constitution par les experts blancs du syndrome méditerranéen. Elaboré en période coloniale, il consiste à essentialiser la douleur chez les patients nord-africains, sans prendre en compte les traumas sociaux liés à la colonisation et au racisme.

Le sociologie W E D Dubois et la ligne de partage des couleurs

Ce traitement différencié est étudié par Fanon dans son livre Peau Noire, Masque Blanc, montrant en quoi la perception de Fanon en France métropolitaine le ramène toujours à la couleur de sa peau. Il est toujours perçu comme “noir” avant d’être perçu comme homme, comme médecin. Son analyse sur la psychiatrie et son expérience vécue en tant que noir s’inscrivent dans des phénomènes étudiés par les études postcoloniales. Le premier sociologue noir aux Etats-Unis, W.E.D Dubois utilise le concept de la ligne de partage des couleurs pour parler de ce processus racial d’altérisation (être toujours construit comme autre, comme différent) qui caractérise la perception des sujets ex-esclavagisés ou ex-colonisés par “ce regard blanc qui vous calcine” dans les pays impérialistes.

Edward Saïd et l’Orientalisme

Les études postcoloniales ont montré à quel point les discours scientifiques et littéraires contribuent à la production de ce phénomène d’altérisation. L’universitaire états-unien d’origine palestinienne Edward Saïd écrit l’Orientalisme, l’Orient créé par l’Occident, afin de montrer comment les productions intellectuelles occidentales projettent une image fantasmée de l’Orient afin de s’en différencier. En représentant l’Orient comme barbare, irrationnel, traditionaliste, l’Occident se présente comme civilisée, éclairée, rationnelle et démocrate. Ces discours ont pour but de légitimer l’occupation et l’exploitation des corps et des ressources par l’Occident.

Corps violentés et violentables

Des scientifiques et personnalités publiques en France ont pu montrer comment un prisme colonial persistait dans les traitements racialisés des sujets malgré les décolonisations. Ainsi le chercheur Eric Fassin montre comment les émeutes des banlieues sont toujours perçues comme des actes délinquants, un débordement des marges, une menace à un ordre national établi. La répression par les violences policières à l’encontre de jeunes noirs et arabes de banlieue n’est pas une exception mais une norme. Ces violences sont constitutive d’une justice et d’une police marquées par des prismes raciaux.

Rapports de colonialité et confinement

Pour Hourya Bentouhami, philosophe toulousaine, ce traitement est symptomatique de la perception des non-blancs en France comme des corps exogènes à la Nation, des étrangers de l’intérieur. Elle montre comment ce rejet se traduit de façon économique en parlant “d’ethnicisation de la précarité et de précarisation de l’ethnicité“. Or ce décalage a été accrue lors de l’épidémie récente et de l’injonction au confinement. Des articles sur le quartier de Seine St Denis en France montre que la classe pauvre, laborieuse et descendante d’immigration y est sur-représentée. D’une part l’injonction au confinement est irréaliste des conditions de logement et de ressources des groupes sociaux les plus précaires ou les plus discriminés. Il y a une absence “de prise en compte de ces formes de vie marginales”. De l’autre, les conditions de confinement visant à “assainir” le corps national en le purgeant de la maladie a été au contraire mortifère pour les habitants de ce quartier, subissant une sur-exposition aux risques de COVID.

En plus d’un nombre majeur de décès liés au COVID de personnes non blanches sur-exposées à l’épidémie, les violences policières ont sévi en grand nombre durant le confinement. Si ces dernières ont toujours visées en plus grand nombre des personnes non blanches et / ou issues des banlieues,  plus d’une dizaine de personnes non-blanches et/ou issues de banlieue sont décédées durant le COVID à la suite des violences policières.

Abdou Diallo et l’injustice épistémique

La plupart du temps, les violences policières restent impunies, puisque les voix des victimes ou de leur famille fait toujours l’objet d’un déficit de crédibilité. Issus des travaux sur la connaissance située, des travaux d’épistémologie féministes ont théorisé le concept d’injustice épistémique : la production de connaissance de certaines minorités qui sont rendues inaudibles à la majorité. Il en est ainsi des savoirs produits sur le traitement racialisé des violences policières. Dans un article, une universitaire afro-américaine Kristie Dotson, prend l’exemple du jugement à tort d’un afro-américain par un tribunal blanc, en montrant que malgré le savoir accumulé par la victime, la couleur de sa peau a déterminé sa culpabilité. Son témoignage n’a eu aucun poids au vu des préjugés raciaux des juges et du fondement raciste de la justice américaine. Les témoignages de l’expérience raciste, fussent-ils présentés dans une simple conversation, sont touchés par des processus de silenciation et d’invalidation constituant des violences épistémiques.

Ainsi Abdou Diallo, un jeune homme noir issu de banlieue strasbourgeoise, s’est vu récemment comparaître devant un tribunal suite à la plainte de policiers qu’il aurait agressé. Son témoignage n’a pas suffi à démentir. En revanche, les extraits vidéos de son arrestation présentés aux juges par son avocate ont montré l’agression d’Abdou Diallo par les policiers. Les juges, choqués, ont alors déclaré un non-lieu et placé les policiers en jugement. Cette décision rendue survient quelques jours après une vague de soutien et d’indignation suite au meurtre filmé de l’afro-américain Georges Floyd par un policier blanc. Elle montre l’ampleur internationale nécessaire à rendre légitimes les voix des sujets violentés légitimes, et la nécessité de filmer les agressions. Les images des agressions sont alors la seule perspective objective du réel dans des jugements et des discours saturés par des biais raciaux dénoncés par les études postcoloniales et les expériences maintenues minoritaires.

De l’épistémologie postcoloniale à l’épistémologie décoloniale

Restituer les expériences réèlles des minorités : un objectif au cœur de l’approche postcoloniale, qui vise, comme le dit Hourya Bentouhami, à « interroger la production du savoir, en revenant sur leur méthode constitutive : qu’est-ce que la méthode, que dit-elle sur la dignité des objets du savoirs, sur la position de celui qui distribue, classifie, arrange le réèl. »

C’est cette perspective visant à comprendre et dépasser les rapports contemporains qu’Hourya Bentouhami définit comme « décoloniale », comme apportant des « modèles de résistance par une autre description des mondes vécus » et analyse ce qui fait l’objet d’un « déni de contemporanéité ». Autrement dit, il s’agit d’ancrer la critique dans le présent historique afin d’analyser l’actualité des formes de violence à même les expériences vécues.

Bibliographie

BENTOUHAMI Hourya « L’emprise du corps. Fanon à l’aune de la phénoménologie de Merleau-Ponty », Cahiers philosophiques 2014/3 (n° 138)
BENTOUHAMI Hourya, Race, cultures, identités : une approche féministe et postcoloniale, Paris : PUF, 2015
DORLIN Elsa, La matrice de la race : généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française. Paris : la Découverte, 2009.
DOTSON, Kristie, « Tracking Epistemic Violence, Tracking Practices of Silencing », Hypatia, 2011, p 236-257.
FANON Frantz, Peau noire, masques blancs, Paris, Éd. du Seuil, 1982.
FASSIN Eric, Les frontières de la violence sexuelle, Actuel Marx (2009) Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination. Paris : Presses universitaires de France.
POHLHAUS, Gaile, « Relational Knowing and Epistemic Injustice: Toward a Theory of Willful Hermeneutical Ignorance », Hypatia, 2011, p 715-735.
SAID Edward, Orientalisme, l’Orient créé par l’Occident, Editions du Seuil, 1980.

Pour aller plus loin

Les décolonisations en trois épisodes par Arte
La présentation radiophonique du livre Race, cultures, identités d’Hourya Bentouhami
Une tribune sur Médiapart de Fatima Ouassak contre les violences policières
Un podcast ARTE sur le racisme dans la police


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search