Imaginer à travers les sciences

L’imaginaire se veut libre d’être irréel, la science veut, elle comprendre le réel. Les sciences, ayant à leur coté la vérité conforment-elles notre imaginaire ?

Les sciences et le possible

Les sciences nous offrent beaucoup de possibilités. Elles sont en effet définies comme un ensemble de connaissances. Autrement-dit, elles rendent possible la construction de connaissances, de théories, de savoirs. Par conséquent, elles participent au fondement de notre culture, de nos valeurs puisqu’elles induisent un certain nombre de normes, de règles sociales, d’informations dites vraies. Les sciences sont souvent associées au domaine de la logique, de la raison. Cette idée est notamment amplifiée suite à la philosophie des sciences issue du cercle de Vienne. Ainsi dit, en se référant à mon article précédent sur Derrida et l’éthique de l’im-possible, les sciences ressortiraient, elles, du domaine du possibles. Les sciences peuvent servir à définir les choses, à délimiter la nature des êtres entre eux. C’est ainsi qu’elles sont liées au possible.

L’imagination et l’impossible

L’imagination, quant à elle, est le prolongement des images formées par nos sens. C’est la prolongation de nos perceptions, la prolongation par la pensée des idées que nous recevons. Selon certains penseurs comme Platon, ce prolongement serait déformé par rapport à la réalité. L’imaginaire ressort de l’irréel voir selon certains penseurs, de la folie. Celui qui imagine est libre de sortir de la réalité. De cette définition, nous pouvons concevoir l’imaginaire comme un refuge puisque nos pensées nous sont propres. Notre imaginaire nous appartient, et est lié à notre volonté propre, nos désirs et nos rêves. En soit, d’après ce que je vous explique ici, notre imaginaire serait déterminé uniquement par notre propre volonté. Ainsi, en reprenant les idées de Derrida, nous pouvons penser que l’imaginaire ressort de l’impossible. L’imaginaire n’a pas de limite, pas de barrière. Mais est-ce réellement le cas ? Les sciences n’instaurent-elles pas des règles, des idées qui orientent notre imaginaire ?

Les sciences, le possible, l’impossible et l’imaginaire

Si nous relions les sciences à notre culture alors les sciences et l’imaginaire sont liés puisque l’imaginaire fait également partie de notre culture. Ainsi le possible de la science et l’impossible de l’imaginaire sont liés. Alors nous pouvons nous demander si le possible de la science restreint la liberté de l’imaginaire ? La science limite-elle notre liberté d’imaginer ? Si l’on en croit ce que l’on a expliqué dans les deux premiers paragraphes. La science et la raison s’oppose à l’imaginaire et sa folie. La science et son possible s’oppose à l’imaginaire et sont impossible. La science en effet construit des savoirs et des connaissances auxquelles il est difficile de s’y soustraire et de penser autrement. La science paraît alors utile grâce à ses constructions alors que l’imagination est souvent dévalorisée en étant vu de manière plus inutile que la science par notre société. Or Si l’on suit notre logique concernant l’article de Derrida, il est faux de penser de cette manière. L’imaginaire s’il est lié à l’impossible ouvre alors une multitude de portes que le possible et la science ferment. L’imaginaire est un tremplin vers le nouveau, il permet la créativité. Einstein aurait d’ailleurs dit que « L’imagination compte plus que le savoir ». En effet, ce scientifique voit l’imagination comme un outil permettant de découvrir des aspects scientifiques.

Ainsi la science est liée à notre imaginaire, et, via la culture, la conforme. Ce n’est pas pour autant que l’imaginaire doit disparaitre, il doit permettre d’aller vers l’im-possible.

Bande annonce VF du film « Charlie et la chocolaterie », issu du roman de Roald Dahl

La mise en relation de ce film avec notre article est intéressante puisqu’il illustre bien l’idée de l’article. La phrase clé de ce film pourrait être « rien est impossible ». En effet, pour Willy Wonka, chocolatier exceptionnel, rien ne le limite dans sa réalisation de ses chocolats extraordinaires. On peut y voir en lui un esprit libre et surtout enfantin qui n’est pas limité par des savoirs scientifiques. En se fiant à son imagination et non à la science, il crée des friandises hors du commun, et ordinairement impossibles. Même s’il s’agit d’une histoire de fiction, nous pouvons distinguer les limites de la science, cette science liée aux possibilités alors qu’il faudrait accepter « l’im-possibilité » en se fiant à notre imaginaire.

Références bibliographiques

Dortier, J.F., 2014, « L‘imagination scientifique, la science et la recherche », in Michel Wieviorka (dir.) La science en question(s), Auxerre, Editions Sciences Humaines, [en ligne] https://www.cairn.info/la-science-en-questions–9782361062118.htm , consulté le 01/05/20.

Goasdoué, M., 2020, Et si le possible se trouvait dans l’im-possible, [en ligne] https://mastersts.hypotheses.org/761

Raffoul, F., 2007, « Derrida et l’éthique de l’im-possible », Revue de métaphysique et de morale, Universitaires de France, 53, pp.73-88.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search