Ma première expérience de médiatrice scientifique

C’était un vendredi en début de soirée. Je marchais d’un pas à la fois assuré et pressé vers ma destination : un petit bar dans une rue menant à la gare de Strasbourg. L’air printanier était encore frais, les rues bondées, mais je gardais mon regard fixé sur mon téléphone. Sur l’écran, les passants curieux pouvaient peut-être apercevoir de loin ce que je lisais : un diaporama coloré et rempli de notes, une présentation que j’avais eu plusieurs semaines auparavant lors d’une formation. Je sentais que je maîtrisais les bases essentielles, mais je tenais à relire les points clés jusqu’au dernier moment. Après tout, cette soirée serait marquante pour moi : j’allais animer, pour la première fois, un atelier de la Fresque du Climat.

Pour la petite présentation, la Fresque du Climat est une association de médiation scientifique créée en 2019, dont l’objectif principal est de sensibiliser un maximum de personnes sur la question du dérèglement climatique, avec comme idée motrice « pour agir, il faut comprendre ». La sensibilisation se fait par un jeu collaboratif où les participant.e.s construisent ensemble une fresque résumant les mécanismes du changement climatique en s’appuyant sur les derniers rapports du GIEC. L’association a un mode d’opération décentralisé, ses membres sont tous des animateur.rice.s formé.e.s qui peuvent facilement prendre des initiatives à leur échelle.

J’étais devenue, moi aussi, l’une de ces membres.

J’arrivai à destination avec 20 min d’avance. Je rentrai dans le bar sans hésiter, je l’avais déjà visité auparavant. Je me dirigeai directement vers la pièce où j’allais passer les quatre prochaines heures, et je repérai rapidement la personne qui allait m’accompagner durant ce moment. C’était une femme d’une cinquantaine d’années, le visage jovial et ouvert, elle se prénommait Charlotte. Nous nous rencontrions pour la première fois, mais nos interactions étaient déjà confortables. Nous étions présentes avec un même objectif en tête, et nos esprits étaient déjà concentrés dessus. Nous commençâmes alors à discuter du déroulement de la soirée. Charlotte était plus expérimentée, c’était principalement elle qui prendrait la parole, elle me proposa donc ces idées et me demandait si elles me convenaient. Je savais qu’elle serait mon évaluatrice pour ma première fois, mais je me sentais à l’aise. Je n’étais pas en terrain inconnu : j’avais étudié pendant de nombreuses heures, effectué des répétitions toute seule, et assisté deux fois à des événements similaires en tant que spectatrice.

Nous attendions une quinzaine de personnes, les premières commencèrent alors à arriver. Tout en lançant quelques « Bonsoir ! » et indication pour les invité.e.s, je répétais encore dans ma tête le déroulé de la soirée. J’avais confiance en mes connaissances scientifiques, c’est la partie que je maîtrisais le mieux. Je craignais cependant de totalement rater une étape ou de mal formuler une explication. Les erreurs seraient inévitables, mais je comptais tout de même faire de mon mieux.

L’atelier commença enfin. Après une courte introduction menée par Charlotte, le groupe se répartit en deux équipes de joueur.se.s autour de deux tables. Charlotte et moi guiderions chacune une des équipes indépendamment. C’était le moment où je passais véritablement à l’action !

Je portais toute mon attention sur les premiers mots que j’allais adresser à mon équipe. Je voulais paraître rassurante et encourageante, mais aussi confiante, sérieuse et légitime, rien que ça ! Je finis par tendre à mon équipe un premier paquet de cartes qu’ils et elles devraient utiliser pour construire la fresque. Une fois les règles répétées et quelques derniers mots d’encouragement lancés, je m’écartai franchement de la table et laissai mon équipe commencer à débattre tranquillement. Charlotte m’avait conseillé d’agir ainsi pour bien faire comprendre aux participant.e.s qu’ils et elles sont les acteur.rice.s de la soirée, et pour mieux stimuler leur intelligence collective. Je me contentais donc de les écouter de loin, avant de revenir vers la table pour faire un retour sur le placement des cartes et poser quelques questions sur les points techniques. Une fois cette partie bien expliquée, je passai un nouveau paquet de cartes, et l’exercice recommençait à nouveau…

Voici l’équipe que j’accompagnais pour la réalisation de leur fresque. Chaque carte représente une notion par une image, accompagnée d’un texte explicatif au dos. Chaque carte est placée puis reliée aux autres par des liens de cause à effet. Les participant.e.s peuvent ainsi découvrir petit à petit ces mécanismes complexes, notamment les boucles de rétroaction.

Je continuais sur ce va et vient pendant toute la réalisation de la fresque. Mon rôle d’animatrice était plutôt effacé, pour laisser la place et la parole aux joueur.se.s, mais je remarquais déjà que cette expérience était pour moi enrichissante. J’observais avec une légère fascination la confiance qui s’installait petit à petit dans les échanges, les idées sur le placement des cartes qui se confrontaient et qui, au bout d’un moment, arrivaient à se mettre d’accord sur un résultat commun. Je dus plusieurs fois me retenir d’intervenir trop tôt pour apporter des commentaires ou des précisions techniques. C’est apparemment un réflexe répandu chez les débutant.e.s, mais je me forçais à me maîtriser. Si je m’imposais trop, ce serait au détriment du temps d’échange des participant.e.s. Avec la pratique, je réalisai rapidement la complexité de l’exercice. Chacune de mes actions avait un sens et pouvait être travaillée : l’accueil des participant.e.s, ma posture, le ton de ma voix, les mots que je choisissais à chaque instant, les explications que je développais, les questions que je posais, la place que je laissais à mes silences etc… Je notais chacune de mes erreurs ou points à améliorer. Il y en avait beaucoup plus que ce que j’espérais, mais je ne laissais rien paraître à mon entourage. Ces écarts restaient minimes, et je ne voulais surtout pas gêner l’expérience des joueur.se.s.

« Priorité à l’humain », je me répétais cette phrase comme un mantra tout au long de la soirée. Cela me permettait de me concentrer sur les joueur.se.s, leurs réponses, leurs réactions, leurs ressentis etc…mais aussi de me souvenir pourquoi nous faisions cet atelier, pourquoi l’action de cette association est importante.

L’atelier touchait à sa fin. Je me sentais épuisée mais profondément satisfaite de l’exercice accompli. La dernière partie de l’atelier est plutôt riche en émotions pour les participant.e.s, positives comme négatives. C’était un moment que j’appréciais, car je le trouvais très inspirant. Avec Charlotte, nous sentions que quelque chose avait changé en eux et en elles au cours de ces trois heures : que ce soit en bien ou en mal, la Fresque du Climat ne les avaient pas laissé.e.s indifférent.e.s. Je n’étais pas non plus en reste ; je pensais déjà aux révisions que j’allais faire, aux répétitions que je devrais encore travailler, et bien sûr aux prochaines fresques que j’animerais. Une fois les invité.e.s parti.e.s et notre salle rangée, je discutais une dernière fois avec Charlotte. Elle semblait elle aussi satisfaite de la soirée, et me rassura en m’annonçant que j’avais réalisé une belle animation.

Je ne savais pas encore si la médiation scientifique deviendrait ma vocation à l’avenir, mais pour cette soirée là, je pus rentrer chez moi fière de ce que j’avais réalisé.



Citer ce billet
Éloïse Iafolla (2023, 11 septembre). Ma première expérience de médiatrice scientifique. Contrepoints. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ragr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search