Apprendre en sciences par le jeu

Et si nous parlions de la science en jouant ? A première vue, on se dit que ce n’est pas très sérieux et qu’il vaut mieux rester aux revues de recherche ou aux conférences dans les amphithéâtres. Mais des études et des actions tout aussi sérieuses montrent que la question est loin d’être idiote…

Quand j’étais petite, j’avais des cours hebdomadaires dans un club de gymnastique. Je n’étais pas la plus douée du groupe, mais j’adorais assister à ces séances. Aujourd’hui, avec le recul que m’offrent les années passées, je comprends que si je les appréciais tant, c’est en grande partie grâce à la manière dont notre professeure construisait son enseignement. Elle tournait tous les exercices monotones (d’échauffement, de musculation et d’étirement) en jeux amusants. Sans nous en rendre compte, nous développions nos compétences, renforcions nos lien entre élèves, apprenions à prendre des initiatives et à être créatives. Le jeu semble avoir ce pouvoir de nous enseigner des choses dans la joie et la bonne humeur, voire même sans que nous nous en rendions compte.

Si on change de contexte pour aller voir ce qu’il se passe sur les bancs d’école, on se rend compte que le jeu est relativement absent des enseignements. C’est ce qu’on peut observer dans le cas de la France ou de l’Espagne, où les jeunes doivent apprendre à respecter de nombreuses règles et l’autorité de l’enseignant. Dans le modèle de la Suède au contraire, l’enseignant et les enfants ont une relation plus horizontale, de la place est laissée au jeu, les jeunes ont plus de liberté d’initiative et leur bien-être est mis en avant (Alvarez, 2018).

Apprendre par le jeu, est-ce réellement une méthode pertinente ? Dans les faits, la question semble faire encore débat. Peut-être est-ce efficace avec les plus jeunes, mais est-ce que ça l’est toujours quand ils et elles deviennent plus âgé.e.s ? Et qu’en est-il des adultes ?

Je suis aujourd’hui plus âgée, et l’apprentissage par le jeu m’a toujours accompagné au fil des années. En tant que cheftaine dans l’association des Scouts et Guides de France*, je dois suivre une certaine méthode pédagogique en présence des enfants. Cette méthode est divisée en 8 points, dont parmi eux l’apprentissage par l’action, et notamment l’apprentissage par le jeu. On nous apprend que le jeu est le cadre naturel de l’apprentissage de l’enfant et du jeune, c’est ainsi que cette forme est au cœur de la méthode scoute depuis sa fondation en 1907. J’ai également pu remarquer que le jeu est aussi très utilisé dans les formations pour les adultes, même dans les cours d’apparence rebutantes, comme ceux sur la réglementation.

Par mes expériences, je peux déjà toucher du doigt certains intérêts à utiliser le jeu comme méthode d’apprentissage. Il permet de rendre une information plus attrayante, stimuler l’intérêt et la mémoire des apprenant.e.s, garder leur attention, ou encore les encourager à être plus actif.ve.s. Les connaissances en elles-mêmes ne changent pas, mais elles ont tout de même beaucoup moins de présence que dans un apprentissage sans jeu. Le temps passé à jouer semble se faire au détriment de la quantité, voire de la qualité des informations transmises.

Avec ces idées et questionnements en tête, je me suis remémorée une autre expérience, plus récente, où j’ai pu observer le jeu être utilisé dans l’apprentissage. J’ai eu l’opportunité de réaliser un stage de 10 jours à la Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris, pour suivre le quotidien de l’équipe de médiation scientifique du musée. Les médiateurs sont responsables de l’ensemble des animations scientifiques en contacte direct avec le public, depuis leur conception jusqu’à leur exécution. Leurs formes peuvent être très variées, mais l’objectif principal reste le même : intéresser le public sur un sujet scientifique, d’une manière ou d’une autre. Les médiateur.rice.s vont chercher à intriguer, poser des questions, surprendre, transmettre des connaissances, faire rire… et inviter à jouer. C’est ainsi que j’ai pu assister à des quizz, des jeux de mémorisation, des reproductions d’émissions de télévision etc… C’était une méthode également utilisée dans les expositions grand public, en particulier grâce à des écrans interactifs et un escape game.

En faisant des recherches sur « médiation scientifique » et « jeu », je suis tombée sur la notion de « serious games » ; « des jeux qui sont conçus pour tous marchés qui s’écartent du seul divertissement » (Alvarez, 2018). J’ai découvert alors que cette forme d’apprentissage était de plus en plus utilisée dans les médiations scientifiques touchant le grand public, comme dans des associations de sensibilisation ou bien dans les musées de sciences. « Les [escapes games], qui se multiplient dans les musées et centres de science, « permettent un degré d’engagement plus important du public », analyse Didier Michel. « Ils font peut-être passer moins de savoirs, mais ils permettent de faire venir les jeunes : c’est une première entrée vers la culture scientifique », suggère Didier Laval. » (Félix, 2020).

On utilise l’attrait du jeu pour rendre un apprentissage plus plaisant pour attirer un public plus large. Cette forme d’apprentissage informelle présente des intérêts pédagogique pour la médiation scientifique, mais des questionnements restent encore ouverts : le jeu permet-il de fournir un apprentissage de qualité ? Si oui, dans quelles circonstances ? Dans le cas de la médiation, le plaisir de jouer peut-il être transmis au plaisir d’apprendre une notion scientifique ? Peut-être de nouvelles expériences et recherches futures m’apporteront des réponses à ces questions.

* Association d’éducation des enfants de 6 à 18 ans. Les chefs et cheftaines sont les responsables organisant les activités et encadrant les jeunes scouts et guides.

Alvarez, Julien, « Les serious games », APÉMu (2018), 83-88.

Félix, Sophie, « À la recherche des musées de demain », CNRS Le journal (2020), URL : https://lejournal.cnrs.fr/articles/a-la-recherche-des-musees-de-demain

crédit photo : game=life juego=vida par egoten, licence CC BY-NC-ND



Citer ce billet
Éloïse Iafolla (2023, 2 octobre). Apprendre en sciences par le jeu. Contrepoints. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ragx

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. CALASCENTION dit :

    Bonjour,
    Je viens de lire votre billet de blog. Merci pour votre article. Je trouve que la méthode du jeu comme technique d’apprentissage est légitime. On a tous eu accès à cette apprentissage et les retours d’expérience sont toujours positifs ! Pour reprendre l’exemple des escape game, travaillant dans l’exposition de Toutankhamon de Strasbourg, les gens ont accès à un escape game durant la visite et ils retiennent beaucoup plus de chose. De plus ils s’amusent ! Je pense sincèrement qu’apprendre avec des jeux fournit un apprentissage de qualité au même titre que d’autres méthodes plus classique.
    Au plaisir de vous relire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search