Sciences ouvertes et digital labor : les pratiques de blogging chez les scientifiques #1

A partir d’un travail de Master 2 – dans le cadre du Master Sciences et société de l’Université de Strasbourg

Prochains billets :

Science ouverte : quels objectifs ? #2

Blogging scientifique et sciences ouvertes #3

Blogs scientifiques et digital labor #4

Introduction

Au cours des deux dernières décennies, les technologies numériques se sont massivement imposées dans le domaine de la recherche scientifique et ont contribué à changer de nombreux aspects de la pratique des sciences. L’une de ces transformations majeures a été dans le domaine de la communication scientifique, le terme étant ici utilisé dans un sens large qui inclut la publication académique, le partage de résultats et les échanges entre scientifiques, ainsi que la communication vers un public plus large. En effet, toutes ces activités passent de plus en plus par le numérique avec la consultation des ressources (livres, revues) en ligne, l’archivage, le stockage et le partage de données au format numérique, ou encore l’adoption par les scientifiques de moyens de communication et de diffusion numériques (blogs, réseaux sociaux, mailing lists). Guylaine Beaudry remarque ainsi dans son livre sur La communication scientifique et le numérique, qu’avec la révolution numérique « se côtoient pêle-mêle les idées d’une éventuelle disparition du livre, de la fin de la civilisation de l’imprimé, de la gratuité de l’accès à la connaissance, du contrôle des marchés éditoriaux, du morcellement de la lecture ou de la fragmentation de la pensée » (Beaudry, 2011, p.19).

Parmi les idées dont le développement est en grande partie lié aux évolutions des pratiques permises par les technologies numériques, le concept de science ouverte (Open Science) a attiré une attention croissante au sein de la communauté scientifique ces dernières années. La science ouverte est définie dans les écrits de la Commission Européenne comme « une nouvelle approche du développement scientifique, basée sur le travail coopératif et la distribution de l’information via des réseaux utilisant des technologies avancées et des outils collaboratifs. Elle vise à faciliter l’acquisition de connaissances collectives et à encourager l’émergence de solutions basées sur l’ouverture et sur le partage » (cité dans Rentier, 2018, p.27). Les approches mises en place pour atteindre ces objectifs peuvent être très diverses : données ouvertes (open data), accès ouvert (open access), sciences participatives (citizen science), entre autres. De même, les outils utilisés sont également nombreux : archives ouvertes (HAL, ArXiv), plateformes collaboratives (par exemple GitHub pour le code ouvert), blogs et microblogs, wikis, et d’autres encore.

Dans le présent travail, nous porterons notre attention spécifiquement sur les blogs et microblogs scientifiques. Les pratiques de blogging se sont beaucoup répandues parmi les chercheurs ces dernières années et font partie des transformations de la communication scientifique engendrées par le développement des usages numériques dans le milieu de la recherche. Par le temps et les efforts qu’elles nécessitent, ces nouvelles pratiques, même si elles ne constituent pas le cœur de l’activité d’un chercheur, peuvent avoir un impact considérable sur le travail des scientifiques.

De manière générale, c’est devenu un lieu commun de dire que les nouvelles technologies de l’information et de la communication, en particulier les technologies de l’Internet, contribuent à transformer notre rapport au travail. Ainsi, depuis une dizaine d’années, des chercheurs, principalement en sciences sociales, ont commencé à développer le concept de digital labor, pour désigner la manière dont les plateformes Internet mettent au travail leurs utilisateurs (qui n’en sont souvent même pas conscients) en exploitant leurs activités (non rémunérées) comme la création et le partage de contenu, l’usage de blogs, microblogs, réseaux sociaux et autres pour créer de la valeur auprès d’annonceurs publicitaires ou pour améliorer leurs propres services (Fuchs et Sevignani, 2013, p.237). Il s’agit là de premiers éléments de définition du concept de digital labor que nous approfondirons plus tard. Les chercheurs, lorsqu’ils s’engagent dans des pratiques de blogging ou de micro-blogging, sont évidemment concernés par le concept de digital labor.

L’objectif du présent travail est donc d’apporter une réflexion sur les liens qu’entretiennent les pratiques de blogging scientifique avec les concepts, à la mode mais souvent flous, de science ouverte et de digital labor :

De quelle manière les pratiques de blogging scientifique s’inscrivent-elles dans le développement de la science ouverte ?

Dans quelle mesure le concept de digital labor permet-il d’apporter un éclairage original à ces pratiques et quels problèmes sont alors soulevés ?

Pour répondre à ces questions, nous nous appuierons sur la littérature déjà existante sur les concepts de science ouverte, de digital labor et sur le blogging scientifique. Il existe déjà de nombreux travaux qui s’intéressent à ces différentes notions, sans toutefois les traiter ensemble, ce que nous nous proposons ici de faire. Nous tenterons d’abord de clarifier le concept de science ouverte et de déterminer les différents objectifs qui peuvent être poursuivis par ses promoteurs. Nous étudierons ensuite la manière dont les blogs scientifiques peuvent servir la poursuite de certains de ces objectifs. Enfin, nous utiliserons le concept de digital labor pour apporter un regard critique sur les pratiques de blogging des scientifiques et faire apparaître quelques pistes de réflexions concernant le futur de ces pratiques.

Billet suivant > Science ouverte : quels objectifs ? #2

Bibliographie

Bader, Anita, Gerd Fritz, Thomas Gloning, and Jurgita Baranauskaite, Digitale Wissenschaftskommunikation 2010-2011: eine Online-Befragung, 2012. En ligne : http://geb.uni-giessen.de/geb/volltexte/2012/8539/pdf/BaderDigitale_Wissenschaftskommunikation.pdf. Consulté le 10 juillet 2020.

Beaudry, Guylaine, La communication scientifique et le numérique, Lavoisier, Paris, 2011.

Casilli, Antonio, “Digital Labor: travail, technologies et conflictualités”, in Qu’est-ce que le Digital Labor, 2015, pp. 10-42. En ligne : https://larevuedesmedias.ina.fr/quest-ce-que-le-digital-labor. Consulté le 10 juillet 2020.

Dacos, Marin, “Préface à l’édition Française”, in Qu’est-Ce Que l’accès Ouvert ?, by Peter Suber, Encyclopédie Numérique, Marseille: OpenEdition Press, 2016, pp. 7–18. En ligne : http://books.openedition.org/oep/1686. Consulté le 10 juillet 2020.

Denis, Jérôme, Le travail invisible des données. Eléments pour une sociologie des infrastructures scripturales, Paris : Presses des Mines, 2018, 206 p.

Ebner, Martin, and Hermann Maurer, ‘”Can Weblogs and Microblogs Change Traditional Scientific Writing?”’, Future Internet, 1.1, 2009, pp.47–58. En ligne : https://www.mdpi.com/1999-5903/1/1/47. Consulté le 10 juillet 2020.

Fecher, Benedikt, and Sascha Friesike, “Open Science: One Term, Five Schools of Thought”, in Opening Science, ed. by Sönke Bartling and Sascha Friesike (Cham: Springer International Publishing, 2014), pp. 17–47. En ligne : https://link.springer.com/chapter/10.1007%2F978-3-319-00026-8_2. Consulté le 10 juillet 2020.

Fuchs, Christian, and Sebastian Sevignani, “What Is Digital Labour? What Is Digital Work? What’s Their Difference? And Why Do These Questions Matter for Understanding Social Media?”, TripleC: Communication, Capitalism & Critique. Open Access Journal for a Global Sustainable Information Society, 11.2 (2013), pp. 237–93. En ligne : https://www.triple-c.at/index.php/tripleC/article/view/461. Consulté le 10 juillet 2020.

Mayeur, Ingrid, “La communication scientifique directe vers un public élargi. L’actualité sociale traitée par des chercheurs dans les carnets de recherche Hypothèses”, Revue française des sciences de l’information et de la communication, 11, 2017. En ligne : https://journals.openedition.org/rfsic/3224. Consulté le 10 juillet 2020.

Puschmann, Cornelius, “(Micro)Blogging Science ? Notes on Potentials and Constraints of New Forms of Scholarly Communication”, in Opening Science, ed. by Sönke Bartling and Sascha Friesike, Cham: Springer International Publishing, 2014. En ligne : https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-319-00026-8_6. Consulté le 10 juillet 2020.

Rentier, Bernard, Science ouverte, le défi de la transparence, L’Académie en poche, volume 114, Bruxelles, Belgique: Académie Royale de Belgique, 2018.

Rousseau-Hans, Françoise, and Christine Ollendorff, “Synthèse de l’enquête Couperin 2019 – janvier 2020”, 2020, 4. En ligne : https://gcaf.hypotheses.org/files/2020/01/20.01.24-Synth%C3%A8seCouperinN1-2020-V22-01-2020.pdf. Consulté le 10 juillet 2020.

Suber, Peter, “How Should We Define “Open Access”?” SPARC Open Access, Newsletter, issue #64, August 4, 2003. En ligne : https://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/4736589/suber_oadefine.htm?sequence=1&isAllowed=y. Consulté le 10 juillet 2020.

Suber, Peter, Open Access, Cambridge, Mass. : MIT Press, 2012. En ligne : https://archive.org/details/9780262517638OpenAccess. Consulté le 10 juillet 2020.

Wilkins, John S., “The Roles, Reasons and Restrictions of Science Blogs”, Trends in Ecology & Evolution, 23.8, 2008, pp. 411–13. En ligne : https://www.cell.com/trends/ecology-evolution/fulltext/S0169-5347(08)00200-0?_returnURL=https%3A%2F%2Flinkinghub.elsevier.com%2Fretrieve%2Fpii%2FS0169534708002000%3Fshowall%3Dtrue. Consulté le 10 juillet 2020.

Photographie : wrapped by Patrick Brosset, licence CC-BY-NC


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 10/07/2020

    […] précédent > Sciences ouvertes et digital labor : les pratiques de blogging chez les scientifiques #1 […]

  2. 12/07/2020

    […] Bibliographie > voir billet introductif […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search