Mon amie-ennemie : la procrastination

Ne vous êtes-vous jamais dit : « Je le ferai demain » ? Comment expliquer notre incapacité à rédiger une phrase d’un devoir en deux semaines, et soudain être capable de rester debout toute la nuit, luttant contre le sommeil pour écrire l’intégralité dudit devoir ?

« Tout ce qui peut être fait un autre jour, le peut être aujourd’hui »

Michel de Montaigne – Les Essais, 1850

Être une procrastinatrice

Je suis l’étudiante typique qui remet tout à plus tard jusqu’à la dernière minute. Par exemple, pour ce billet, j’ai mis au moins trois semaines avant de pouvoir l’écrire. Ce n’est pas que je n’en avais pas envie, je n’arrivais tout simplement pas à commencer. J’ai passé des heures à faire des choses comme trouver un sujet, m’y intéresser (à la base je voulais faire un billet sur le dopage), faire des recherches, lire des articles, regarder des reportages, pour finalement ne pas choisir ce sujet et revenir au point de départ. Pendant ce temps, le temps, lui, ne m’attend pas.  Comme l’a cité Piers Steel dans sa méta-analyse en 2007 « 80 à 95 % des étudiants de l’enseignement supérieur procrastinent (Ellis et Knaus, 1977 ; O’Brien, 2002) » . Je suis donc, loin d’être la seule dérangée par ce problème. 

Je pourrais comparer mes années universitaires à un 200 mètres avec de longues périodes de récupération où je fais tout sauf des devoirs académiques. Après chaque période de travail intense due à ma procrastination, je me dis la même chose : « Ça en valait la peine. J’avais juste besoin d’être dans une situation de haute pression pour finir le travail.» Lorsque l’échéance paraît lointaine, il n’y a pas de pression, donc pas de travail. C’est un cercle vicieux auquel mon cerveau s’est très bien accommodé. D’autre part, lorsque je suis enthousiaste à l’idée de travailler, j’ai trop peur de commencer, car le résultat final risque de ne pas être à la hauteur de mes attentes. 

Depuis plusieurs années, il m’est arrivé de manquer certains cours parce que j’étais occupée à essayer de terminer des devoirs. Lorsque je recevais mes notes et que je réalisais que j’avais plus ou moins bien réussi en remettant les choses à plus tard. Je ne me sentais plus obligée d’essayer de changer cette habitude malgré les effets négatifs tels que le stress et la culpabilité.

Sans fin ?

Ce cycle s’est poursuivi parce que je suis motivée par les échéances. Le système est plus qu’instable, mais comme il « fonctionnait » pour moi, c’est tout ce qui comptait, je savais que cette habitude de faire les choses à la dernière minute n’était qu’une solution à court terme et qu’elle masquait en réalité mon manque de confiance en mes capacités. D’ailleurs, cette année (et les années précédentes si vous voulez tout savoir), j’ai obtenu quelques mauvaises notes pour cette raison. En effet, il est plus facile de se dire que l’on n’a pas réussi par manque de temps que parce qu’on est mauvais.

Récemment, j’ai réalisé, que si le fait de faire les choses à la dernière minute et d’avoir la fausse impression de travailler dur a plutôt bien fonctionné dans ma vie académique, cet état d’esprit me fait défaut pour ma confiance en moi. 

Voici les étapes que l’on pourrait identifier lorsqu’on procrastine :

  1. Remettre à plus tard jusqu’à la dernière minute.
  2. Commencer à m’inquiéter de ne pas avoir assez de temps pour terminer ce qui à été remis à plus tard.
  3. Réaliser que je n’ai pas le temps de stresser sur le fait que j’ai procrastiné.
  4. Terminer le travail, même si cela signifie que je manquerai de sommeil et que le travail pourrait être médiocre.
  5. Continuer à procrastiner sur mes autres travaux par la suite

Et la boucle recommence indéfiniment…

Le rôle de notre cerveau

Dans une étude publiée dans Nature Communications en 2022, ce phénomène serait lié à l’effort dans le temps. Plus l’échéance serait lointaine et moins l’effort serait important ainsi que la récompense gratifiante. Dans cette même étude, des tests réalisés par l’imagerie cérébrale ont permis d’identifier la région responsable de cette décision : le cortex cérébral antérieur. Cette partie du cerveau jouerait un rôle dans la prise de décision, le contrôle des émotions et l’anticipation de récompense (Bioulac et al., 2005). 

« Cette région à l’air de faire une sorte de calcul coût-bénéfice risque : elle prend en compte le coût de l’effort que représente la tâche»

Raphaël Le Bouc, La procrastination et ses mécanismes, 2022

Pour notre cerveau ça ne vaudrait donc pas le coût et la suite vous la connaissez…

Pour en savoir plus sur l’étude :

Conclusion

Mon expérience pourrait être celle de n’importe qui. Au fond, nous sommes tous un peu des procrastinateurs. Quand vous décidez de faire votre vaisselle plus tard, vous faites partie de l’équipe. Reconnaître ses habitudes et en prendre conscience, c’est probablement le début du changement. Peut-être qu’après l’écriture de ce billet, j’arrêterai de courir après le temps. Mais si vous avez bien compris, ça, je le ferai demain…


Bibliographie

Le Bouc Raphaël, Pessiglione Mathias, (2022), “A neuro-computational account of procrastination behavior”, Nature Communication 13(1)

Steel Piers, (2007), “The nature of procrastination : A meta-analytic and theoretical review of quintessential self-regulatory failure”. Psychological Bulletin, 133(1), 65–94. 

Bioulac Bernard, Michelet Thomas, Guehl Dominique, Aouizerate Bruno & Burbaud, Pierre, (2005), “Le cortex cingulaire antérieur dans la détection des erreurs et la gestion des conflits. Analyse de l’activité neuronale chez le singe”. Bulletin de l’Académie Nationale de Médecine, 189(7), 1529–1540.


Credit photographie : “Fighting Procrastination Concept” par Vic, [CC BY 2.0]



Citer ce billet
Laura Pluot (2023, 21 août). Mon amie-ennemie : la procrastination. Contrepoints. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ragl

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search