Blogging scientifique et sciences ouvertes #3

Billet précédent > Science ouverte : quels objectifs ? #2

Une grande diversité de pratiques

Le développement des blogs et microblogs scientifiques s’inscrit pleinement dans la dynamique de transformation de la communication scientifique liée à l’adoption des nouvelles technologies de l’information et de la communication : « Le blogging scientifique correspond à un mode de production et de diffusion de la recherche spécifique à l’environnement numérique : il repose sur une présentation antéchronologique de notes brèves ouvertes aux commentaires dont le format influe directement sur les pratiques d’écriture, les contenus et les publics envisagés » (Ibid.). Les blogs scientifiques peuvent toutefois être de nature très variées. Traditionnellement, le blog scientifique est plutôt associé à la médiation et la vulgarisation des sciences. Le contenu qui y est proposé s’apparente alors plus à du journalisme scientifique qu’à de la recherche scientifique. Certains blogs ont connus un succès considérable dans ce domaine comme par exemple A Blog Around The Clock de Bora Zivkovic. Certaines plateformes sont entièrement destinées à ce type de blogs comme par exemple le réseau de blogs de Popular Science (popsci.com). L’activité de ces blogs consiste principalement à « traduire » des sujets scientifiques pour les rendre accessibles, intéressants et compréhensibles par un public large (Puschmann, 2014). Cependant, les pratiques de blogging se sont largement diversifiées et ne concernent plus du tout uniquement la vulgarisation. Ainsi, la plateforme Hypothèses permet la création de carnets de recherche en sciences humaines et sociales qui, s’ils ont vocation a être accessibles à un public plus large que celui des seuls scientifiques (voir la section À propos de hypothèses.org), ne sont pas pour autant des blogs de vulgarisation (bien que certains des blogs hébergés par la plateforme puissent être rangés dans cette catégorie). Le blogging scientifique peut être utilisé à destination principalement des pairs et des étudiants (même si rien n’empêche l’accès à un public plus large), avec pour objectif de présenter les résultats de la recherche de manière différente de celle permise par la publication des résultats sous forme d’articles de recherche, sans effort particulier pour vulgariser ces résultats. Les chercheurs peuvent ainsi utiliser leur blog pour réfléchir et échanger avec leurs pairs sur différentes questions soulevées par leurs recherches. Cette approche, qui n’exclue pas des échanges avec des non-spécialistes, est bien différente de la vulgarisation de sujets scientifiques et est bien plus ancrée dans la pratique de la recherche et contribue notamment, en ouvrant une fenêtre sur la pratique de la recherche, à « démythologiser » celle-ci auprès du public (Wilkins, 2008, p.411). À ces différents types de blogs, on peut également rajouter les pratiques de micro-blogging des chercheurs sur des plateformes comme Twitter. D’après Cornelius Puschmann, « les microblogs sont un moyen pour les scientifiques de rester au courant des travaux de leurs collègues tout en fournissant une fenêtre vers la recherche scientifique actuelle aux journalistes scientifiques et en facilitant les interactions entre les scientifique et le public général » (Puschmann, op cit., traduction personnelle). Remarquons que les microblogs, en dehors du simple fait de partager des articles de recherche et de faire la promotion de ses recherches, sont parfois utilisés par des chercheurs pour aborder une grande variété de sujets qui dépasse le cadre de la recherche scientifique et qui peuvent toucher à l’actualité, la politique, ou d’autres sujets. Les microblogs s’éloignent ainsi fortement du discours scientifique habituel.

Les enjeux du blogging scientifique

La pratique du blogging scientifique présente des intérêts évidents pour l’ouverture de la science par les échanges qu’elle permet entre les scientifiques et un public plus large. Indépendamment du contenu, la forme même du billet de blog, la manière de faire circuler l’information par des hyperliens, des partages sur les réseaux sociaux, est bien plus adaptée à toucher un public plus large que celui des seuls scientifiques que le format de l’article de recherche. Pour le chercheur, faire valoir sa recherche auprès d’un public plus large présente notamment un intérêt considérable pour la recherche de soutiens financiers. Or, faire valoir sa recherche auprès d’un public large n’est pas toujours aisé. Puschmann remarque ainsi : « Le public est de plus en plus critique et de moins en moins impressionné par l’autorité scientifique et la simple promesse d’un progrès scientifique permettant la croissance économique et le bien-être sociétal, et doit être à la fois conquis et inclus plutôt qu’éduqué avec condescendance. La société civile s’attend à être engagée dans un dialogue avec la science plutôt qu’on lui fasse la leçon. » (Puschmann, op cit., traduction personnelle). La situation actuelle de crise sanitaire due au Covid-19, et en particulier ce qu’on peut d’ores-et-déjà qualifier de controverse autour de l’hydroxychloroquine, semble confirmer les affirmations de Puschmann. En effet, les débats autour de l’hydroxychloroquine, qui ont fortement animé la communauté médicale et scientifique, ont également montré la volonté d’une bonne partie de la société civile d’être également entendue sur ces questions. On a par exemple pu voir apparaître sur les réseaux sociaux des pétitions pour faire accepter l’usage du médicament controversé, et nombre de non-spécialistes ont souhaité donner leur avis sur telle ou telle étude scientifique, la qualité du protocole utilisé, la fiabilité des résultats. Bien qu’il soit évident que l’urgence de la situation ait tendance à exacerber les réactions, cet exemple n’en souligne pas moins la volonté du public d’être impliqué dans les réflexions et les processus de production des connaissances des sciences, surtout quand les résultats sont susceptibles d’avoir un impact important sur lui. En considérant cela, les échanges autour de la recherche scientifique avec un public large permis par les pratiques de blogging sont un enjeu considérable pour une science plus ouverte bien qu’ils ne puissent constituer l’unique réponse au problème.

Au delà des enjeux d’ouverture de la science vers un public plus large, les blogs scientifiques présentent également un intérêt pour la pratique de la science elle-même et pour la formation des futurs chercheurs. Hebner et Maurer remarquent ainsi que la pratique du blogging chez leurs étudiants semblait les conduire à « être plus engagés, réflexifs et critiques » que les années précédentes où ils se contentaient de rédiger des articles scientifiques au format classique (Hebner et Maurer, 2008, p.768). Ces changements peuvent être expliqués en partie par les échanges permis par le blogging qui viennent alimenter les réflexions de l’auteur, mais également par la forme qui, du fait de la nature moins formelle d’un billet de blog par rapport à un article de recherche, laisse plus de place à la réflexion personnelle. Lorsque le blog est utilisé pour parler des résultats de la recherche, le blogging présente un intérêt de plus pour les sciences ouvertes en ce qu’il permet d’apporter un élément de réponse à un problème important du système traditionnel de la communication académique : « il existe aujourd’hui une énorme faille dans la communication de l’information scientifique : il n’est pratiquement jamais possible, pour les chercheurs, de se faire part des résultats d’expérience négatifs ni des échecs expérimentaux » (Rentier, op cit., p. 19). Le système traditionnel de publication ne s’intéresse en effet qu’aux résultats positifs. Pourtant partager les échecs présente également un intérêt en ce qu’ils peuvent susciter des réflexions, des propositions de solutions, et éviter à d’autres chercheurs de perdre du temps. Les blogs scientifiques peuvent être utilisés pour parler de cet aspect de la recherche qui est passé sous silence dans les publications plus académiques. Pour toutes ces raisons évoquées ici, que nous ne prétendons pas exclusives, le blogging et le micro-blogging sont des pratiques intéressantes pour développer une science plus ouverte.

Billet suivant > Blogs scientifiques et digital labor #4

Bibliographie > voir billet introductif

Photographie : trying to make orbs by Patrick Brosset, licence CC-BY-NC


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13/07/2020

    […] Billet précédent > Blogging scientifique et sciences ouvertes #3 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search