Blogs scientifiques et digital labor #4

Billet précédent > Blogging scientifique et sciences ouvertes #3

Blogging et travail du chercheur

Tenir des blogs scientifiques présente de nombreux intérêts pour un chercheur, notamment en terme de développement de la science ouverte. Néanmoins, il existe également des freins à la pratique du blogging chez les scientifiques. Dans une enquête réalisée auprès de chercheurs en sciences de la nature, Anita Bader et ses collègues mettent en évidence une multitude de raisons qui découragent les chercheurs de « bloguer ». Parmi celles-ci ont peut trouver notamment l’absence de réelle protection de la propriété intellectuelle, le caractère éphémère des articles de blog ou encore le manque de modération dans les échanges avec les autres internautes, mais la raison qui revient le plus souvent est le manque de temps (Bader et al., 2012, p.79-80). Puschmann insiste lui aussi sur le temps considérable que peut prendre le blogging (Puschmann, op cit.). Les pratiques de blogging et microblogging, même si elles ne constituent pas le cœur de l’activité du chercheur, représentent un vrai travail, et certains chercheurs peuvent considérer que les efforts et le temps à consacrer sont trop importants par rapport aux bénéfices possibles (Fecher et Friesike, op cit.). Si la rédaction de billets de blogs d’une certaine longueur demande de toute évidence un certain travail, on pourrait en revanche avoir tendance à considérer que d’autres actions qui font partie du blogging, telles que le partage des articles sur les réseaux sociaux, les réactions et échanges générés par les articles, la publication de courtes réflexions sur les microblogs, font partie en quelque sorte du loisir du chercheur passionné par ses sujets de recherche, faisant ainsi des chercheurs-blogueurs des « individus animés par une envie de mettre en commun avec les autres, parfois de s’exprimer au sein de communautés dotées d’une certaine capacité créative » pour reprendre l’expression d’Antonio Casilli1 (Casilli, 2015, p.13). Les travaux en sciences sociales sur le concept de digital labor sont venu modérer cette manière de voir les choses avec « une vision où l’ethos du don complète dans un équilibre instable les éléments utilitaires ou d’intérêt économique » (Ibid., p.14). Sans parler de digital labor, Jérôme Denis, dans ses travaux sur le travail invisible des données, explique que le numérique et la facilité de consultation, de diffusion, de partage des informations qui l’accompagne, ont eu pour effet d’invisibiliser le travail lié à la production, à l’organisation et à la publication de données (Denis, 2018). Ainsi, le blogging scientifique s’accompagne d’une multitude de « petits travaux » très différents de l’activité habituelle du chercheur, souvent invisibilisés et peu valorisés, mais qui n’en constituent pas moins un travail qui vient s’ajouter aux activités plus classiques de recherche et d’enseignement déjà très prenantes des chercheurs. Ce travail non reconnu peut être un frein au développement de blogs scientifiques. Or, ce problème semble pouvoir être élargi à d’autres pratiques qui visent au développement de la science ouverte : dans une enquête sur les « pratiques de publication et d’accès ouvert des chercheurs français », le Consortium Couperin révèle que la plupart des chercheurs sont favorables à « la diffusion des résultats de la science de façon libre et gratuite » à condition que cela soit « réalisé sans effort » pour eux (Rousseau-Hans et Ollendorf, 2020, p.4). Cette même étude révèle que beaucoup de chercheurs estiment que la tâche de publication, par exemple dans des archives ouvertes, ne devrait pas leur revenir (Ibid, p.4). On est loin de l’image du chercheur qui publie sur Internet par pure passion et générosité. La reconnaissance et la valorisation du « travail » que constitue la publication, la diffusion, le partage d’informations en ligne, notamment dans le cas des blogs scientifiques, semble ainsi être un enjeu majeur pour le développement de la science ouverte.

Digital labor

Les travaux sur le digital labor, ont permis de mettre en lumière le travail que peuvent constituer des activités en ligne auparavant considérées comme anodines ou comme effectuées par pure envie d’échanger et de communiquer. Néanmoins, le point central sur lequel insistent les travaux autour du concept de digital labor, et que nous n’avons pas encore abordé, est la captation de la valeur créée par ce travail par les plateformes numériques. Cette problématique se retrouve dans le cas du blogging et microblogging scientifique. Cornelius Puschmann souligne ainsi que, même si ce n’est pas systématique, beaucoup de chercheurs dépendent pour leurs blogs de plateformes proposant de la publicité telles que WordPress.com ou Blogger.com (Puschmann, op cit.). Ces plateformes créent donc de la valeur à partir du contenu publié par les chercheurs, de manière non rémunérée puisque ceux-ci font des billets de blog en plus de leur travail de recherche, et de l’activité des internautes générée par ces contenus. Ce type de considérations a provoqué dès le début des années 2010 un débat sur la question de savoir s’il fallait rémunérer les blogueurs (notamment dans le cas du Huffington Post). Nous n’entrerons pas dans ce débat, mais remarquons néanmoins qu’il nous permet de nous interroger sur la manière dont devraient/pourraient être valorisées les pratiques de blogging scientifiques, et plus généralement les efforts fournis par les chercheurs pour rendre la science plus accessible à un public plus large que celui des seuls pairs. En l’état actuel du système de publication et de communication académique, un chercheur peut très bien faire carrière, en publiant dans de bonnes revues spécialisées, sans qu’un public plus large que les seuls spécialistes n’ait jamais connaissance de ses recherches, si ce n’est éventuellement par le prisme du journalisme scientifique. Tous les efforts que fait le chercheur dans ce sens sont donc des efforts supplémentaires par rapport à son travail de recherche. Si ces pratiques présentent des avantages en elles-même, comme nous l’avons vu dans le cas des blogs scientifiques, il n’est pas sûr que ces avantages suffisent à encourager le développement d’une recherche plus ouverte.

Conclusion

Au terme de la présente analyse, nous pouvons conclure que les blogs scientifiques sont des outils intéressants pour promouvoir des pratiques plus ouvertes de la recherche scientifique. Les blogs représentent en effet un outil à la disposition des scientifiques qui leurs permet à la fois de nourrir leurs propres réflexions sur leurs recherches, d’échanger entre eux, et de rendre leurs recherches accessibles par un plus large public en se nourrissant également des échanges avec ce dernier. Les pratiques de blogging scientifique contribuent ainsi par plusieurs aspects aux sciences ouvertes. Néanmoins, mobiliser le concept de digital labor permet de mettre en lumière, notamment dans le cas des pratiques de blogging, les incohérences qui existent entre, d’un côté une mise en avant très forte des sciences ouvertes dans le milieu académique comme dans les institutions européennes, et d’un autre côté le manque de reconnaissance et de valorisation de certaines pratiques, du travail et des efforts qu’elles demandent, pour créer une recherche scientifique plus ouverte. Remarquons que dans le contexte de la recherche scientifique, il y a d’autres moyens de valoriser un travail que par une rétribution financière, notamment par le moyen de l’impact scientifique et de la visibilité. Aujourd’hui, la reconnaissance qu’on donne au travail d’un scientifique est encore très liée aux revues dans lesquelles il publie, les revues les plus prestigieuses appartenant souvent à des maisons d’édition qui font payer très cher l’accès au revue. Ainsi, pour favoriser le développement d’une science plus ouverte, et ce notamment par des pratiques telles que le blogging scientifique, il est nécessaire d’avoir une réflexion globale sur les changements à apporter au système de publication, d’édition et de valorisation des résultats de la recherche, ce qui peut passer par exemple par des changements dans la manière de mesurer l’impact scientifique.

1 Antonio Casilli utilise cette expression de manière parodique pour critiquer les approches sociologiques qui ont mis l’accent exclusivement sur les comportements pro-sociaux du Web.

Bibliographie > voir billet introductif

Photographie : electric tunnel by Patrick Brosset, licence CC-BY-NC


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13/07/2020

    […] Billet suivant > Blogs scientifiques et digital labor #4 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search