Bourdieu comme vous ne l’avez jamais vu !

Vous connaissez Bourdieu le philosophe, Bourdieu le sociologue, voire même Bourdieu l’ethnologue mais connaissez Bourdieu le photographe ?

De 1957 à 1961, dans ce qu’on appelle sa «période algérienne», Pierre Bourdieu, passionné de photographie, adopte cette technique et prend les premiers clichés de sa carrière. Il se rend en effet en Algérie avec son premier «Leica» et commence à photographier ce pays qu’il découvre… Mais P.Bourdieu a gardé caché pendant des années l’ensemble de ses photos prises au début de sa carrière de sociologue. Comment est-ce possible ? Un auteur si reconnu a t-il vraiment pu dissimuler pendant plus de 40 ans toute une partie de son travail et de sa pensée ? Et bien oui ! Vous voulez découvrir cette face cachée de Bourdieu ? Alors laissez moi vous présenter les aspects clés de l’ouvrage :Images d’Algérie. Une affinité élective….

Un point de vue dévoilé : le scientifique à nu

*une volonté révélée

Le regard photographique que Bourdieu a eu sur la société algérienne a longtemps été enfoui. Persuadé pendant des décennies que ses photographies n’étaient pas assez légitimes pour figurer dans ses travaux publiés, il a soigneusement rangé tous ces clichés sans en exploiter le potentiel. Il associe d’ailleurs cette non exploration aux théories philosophiques et littéraires qu’il n’ose aborder à l’époque : « En fait, le souci d’être sérieux, scientifique, m’a porté à refouler la dimension littéraire : j’ai censuré beaucoup de choses » (p 42). Cet ouvrage est alors le lieu d’une véritable confession de la part de l’auteur.

*le regard photographique

En Algérie, l’appareil photo lui sert d’intermédiaire du regard. Pour lui, «c’était une façon d’intensifier mon regard» (p 23). Bourdieu insiste sur sa vision particulière de la société. La posture sociologique acquise par sa formation intellectuelle est inhérente à la façon dont il voit et photographie. Pour lui, même si un photographe et un sociologue ont la même scène devant les yeux, cela ne signifie pas qu’ils vont prendre la même photo. Le photographe n’a pas la même perspective en tête et ne remarque pas les mêmes éléments singuliers. La photographie est donc un outil du scientifique lui servant à transposer directement sa propre vision.

Le militantisme (scientifique) à travers la photographie

*La photographie pour ne pas oublier

Les centaines de photos prises par l’auteur sont un support de mémoire, un artefact cognitif. Cela lui permet d’être capable de se souvenir des décennies plus tard de l’endroit où a été prise chaque photo ainsi que l’évènement dont il était question. Comme il le rappelle à de nombreuses reprises, les clichés sont très utiles pour repérer les détails vus une première fois mais pas forcément remarqués. Le parti pris photographique correspond à ce besoin de tout analyser, de se souvenir méticuleusement. Elles peuvent également témoigner de l’époque. Globalement, « […] je faisais des photographies pour pouvoir me souvenir, pour faire des descriptions après, ou bien des objets que je ne pouvais pas emporter et que je photographiais; dans d’autres cas, c’était une façon de regarder» (p23).

*La photographie pour dénoncer

Son attachement aux populations locales et aux régions visitées a entraîné P.Bourdieu à vouloir défendre et montrer la situation de l’Algérie. Si garder en mémoire était une motivation, témoigner était un objectif: «Faire des photographies, c’était une façon de leur dire :  »Je m’intéresse à vous, je suis avec vous, j’écoute vos histoires, je vais témoigner de ce que vous vivez »» (p28). Il voulait rendre compte de l’état dans lequel se trouvait le pays, de la misère omniprésente. Aussi, Bourdieu se confie sur l’appui moral et émotionnel qu’a pu être son appareil et plus largement sur la distance que le regard photographique lui offrait : «[…] et la photo c’était ça, une façon d’essayer d’affronter le choc d’une réalité écrasante.» (p31).

Émotion et image pour mieux comprendre

*L’émotion, indicatrice d’une double perspective

La dimension émotionnelle soutient un double regard, une double approche à la fois empathique, nécessaire à une bonne compréhension des populations, et une approche distancée, scientifique : «C’est assez typique de mon expérience qui était quelque chose d’assez extraordinaire : j’étais à la fois très bouleversé, très sensible à la souffrance de tous ces gens, et en même temps il y avait aussi une distance de l’observateur, qui se manifestait dans le faire de prendre des photos.» (p29). Cette posture complexe sera le fil conducteur de sa sociologie algérienne.

*L’image, une nouvelle façon de lire Bourdieu

Enfin, tous ceux qui ont déjà lu Pierre Bourdieu savent à quel point son écriture est fastidieuse et parfois très complexe aussi bien à lire et qu’à assimiler. Cet ouvrage est une réelle aide à la compréhension de la pensée de cet auteur pour qui l’Algérie a été un moment clé de sa vie. Ici, sa sociologie, illustrée par de très beaux clichés, nous paraît plus «évidente», plus «instinctive» si j’ose dire. Les images n’obstruent pas les théories bourdieusiennes et ne les relèguent pas non plus au second plan. Image et explication s’entremêlent et se renforcent entre elles.

En bref, cet ouvrage est un hommage réussi à ce grand penseur. Commencé avec Pierre Bourdieu, ce travail sera achevé quelques mois après sa mort. La volonté et le travail collectif de l’équipe de rédaction est remarquable.

Bourdieusien-ne convaincu-e? Vous verrez autrement cette pensée phare du XXème siècle. Sociologue ou ethnologue? Vous découvrirez à travers cette lecture une nouvelle approche du terrain algérien.

Photographe amateur ou professionnel? Vous serez étonné de ce qu’un regard sociologique peut faire à la façon de prendre des photographies, à la manière de «sentir» ce qui nous entoure. Simple curieux-se? Vous trouverez aussi votre compte en vous initiant à la sociologie comme science plus humaine et profonde que jamais. Alors, convaincu-e ?

Constance Prigot

Référence :

BOURDIEU Pierre, 2003, Images d’Algérie. Une affinité élective, Paris, éd. Actes Sud, éd. Sinbad, éd. Camera Austria.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search