Il n’y a pas si longtemps, dans une appli’ pas si lointaine…

Ce n’est un secret pour personne, notre monde numérique est régi par les algorithmes. Mais avez-vous remarqué à quel point notre environnement social peut avoir un impact sur ceux-ci ? 

Les algo’ des réseaux : rappels utiles 

Instagram, Tik Tok, Facebook, Twitter, YouTube… Tous les réseaux sociaux sont régis par ces fameux algorithmes. Nous n’allons pas ici entrer dans le détail de leur fonctionnement, d’autres font ça bien mieux que moi, mais nous avons tous.tes alimenté les nôtres avec les contenus que nous consommons en ligne. Le temps passé sur une publication, nos interactions avec celle-ci (like, partage, commentaire) apprennent nos goûts à ces mécanismes fondamentaux des réseaux sociaux. Ceux-ci auront alors tendance à nous proposer du contenu allant toujours dans le sens de ce avec quoi nous interagissons le plus, donc supposément ce qui nous attire le plus. Ces programmes sont très doués ; grâce aux intelligences artificielles et au méta-données qu’ils récoltent sur ce qui est posté, ils sont capables de regrouper les publications par thème et ainsi de nous proposer des vidéos, des posts, des tweets, des chansons toujours plus susceptibles de nous plaire. Ce fonctionnement pose d’ailleurs de nombreuses questions éthiques, notamment en alimentant en permanence notre biais de confirmation et en renforçant “l’effet bulle” : “tout le monde est d’accord avec moi, tout le monde pense comme moi, j’ai raison de penser ce que je pense, le monde me ressemble” et autres affirmations dans le genre. Si cet effet n’est pas très grave pour des opinions d’influence mineure (la critique d’un film, le soutien apporté à un club de sport…), il est en revanche bien plus dangereux sur des opinions à valeur politique forte (orientations politiques, discrimination, complotisme, enjeux de santé publique, fake news à tous les niveaux, et tout ce que vous pourrez imaginer). Nous évoluons dans les ontologies1 que nous avons créées, et il est important d’y faire exister des opinions différentes des nôtres. Si je ne peux que vous inviter à sortir de votre bulle en forçant vos algorithmes à vous proposer des contenus avec lesquels vous n’êtes pas d’accord, il faut bien avouer que cet usage est assez contre-intuitif et contraste avec la zone de confort que les plateformes nous proposent habituellement. 

Cependant, les algorithmes ne sont pas intégralement dévolus à satisfaire nos opinions, ils cherchent surtout à élargir le champ de ce qui peut nous être proposé, généralement afin d’augmenter les sources de revenus publicitaires des plateformes qu’ils servent. Pour que nous ne tournions pas en rond, ils nous soumettent régulièrement du contenu différent, mais toujours susceptible de nous plaire. Ainsi, si des gens qui consomment à peu près le même contenu que moi consomment également du contenu autour de tel ou tel sujet, l’algorithme tentera de me proposer ces nouveaux posts, pour tester l’interaction que je peux avoir avec. Si celle-ci est positive, les propositions de ce genre seront renouvelées jusqu’à faire partie intégrante de ma bulle algorithmique ; si en revanche l’algorithme détecte un feed back absent ou négatif de ma part, il cessera de me proposer ce type de contenu. C’est alors qu’intervient la seconde partie du terme “réseaux sociaux” : la force de nos interactions sociales.

Des réseaux sociaux

L’idée de ce billet m’est là encore venue d’une observation personnelle. Il y a quelques temps, mon meilleur ami s’est soudainement mis à m’envoyer sur Instagram des contenus en rapport avec la saga Star Wars (dont je suis une grande fan), sans pour autant qu’il n’ait jamais vu un des films jusqu’au bout. Les chances de feed back positif de sa part sur ce genre de contenu étaient donc minces. Un peu plus tard, je me rendais compte que mon propre algorithme me proposait des contenus bien plus susceptibles de lui plaire qu’à moi, et pour cause : quand ceux-ci apparaissaient dans mon feed Instagram, en suivant les mêmes mécaniques de suggestion, je lui envoyais avec plaisir. Une simple observation d’anthropologie numérique m’est alors apparue : j’ai modifié son feed Instagram autant qu’il a modifié le mien.

Nous l’avons vu, les algorithmes fonctionnent en se basant sur les interactions que nous avons avec le contenu, mais aussi sur ce que des gens qui nous ressemblent “algorithmiquement” consomment. C’est mon meilleur ami, nous avons des goûts en commun, et nos feed Instagram présentaient déjà des points de convergence. Il est alors apparu comme cohérent à l’algorithme de lui proposer du contenu relatif à la saga de George Lucas, puisque des gens avec des feed similaires (moi y compris) consomment ce genre de contenu. Me sachant fan, il m’a partagé ces posts, interagissant ainsi positivement avec le contenu et envoyant le signal à l’algorithme que ces propositions étaient appropriées. Au fil des réactions, il est devenu pertinent pour l’algorithme d’Instagram de lui adresser ce contenu, qui a modifié partiellement son feed dans ce sens. La partie “sociale” des réseaux avait alors pris tout son sens, pour notre plus grand plaisir. Quoi de mieux que de proposer à ses ami.es quelque chose qui va leur plaire ?

Think about it 

Ce billet a avant tout une vocation de partage d’observation. Au-delà des problèmes éthiques, maintes fois évoqués ailleurs, que présentent les algorithmes des réseaux sociaux, je ne cherche pas ici à apporter une énième opinion sur ces mécanismes omniprésents dans nos vies quotidiennes. Je cherche au contraire à vous inviter à réfléchir sur vos algorithmes, ce qu’ils vous proposent et sur l’impact que vos relations sociales (familiales, amicales, professionnelles) ont pu avoir sur les contenus qui vous sont suggérés. Dans une galaxie lointaine, très lointaine, où nous n’aurions pas été amis, son algorithme n’aurait sûrement pas retenu ce contenu comme étant une proposition pertinente ; mais la Force est puissante en moi, si puissante que l’algorithme de son feed Instagram n’a pas pu y résister.

Bibliographie



Citer ce billet
Caroline Conrad-Boisnier (2023, 9 octobre). Il n’y a pas si longtemps, dans une appli’ pas si lointaine…. Contrepoints. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ragz

  1. ici au sens de “ce que l’on fait exister dans son monde” []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search