Réflexions autour des xénogreffes

L’animal a toujours été un élément important de la recherche biomédicale, mais il est en passe de prendre une position toute particulière, celle de donneur d’organe. 

Une xénogreffe est une transplantation réalisée entre deux individus d’espèce distincte, c’est-à-dire que le greffon provient d’un donneur d’une espèce différente du receveur. Ici, on parlera de xénogreffe entre l’animal et l’Homme. Il s’agit d’un type de transplantation pour laquelle on retrouve des traces remontant au XVIème siècle, où il s’agissait alors de transfusions de sang. C’est au XXème siècle que la pratique devient plus populaire et où l’on commence à observer un certain nombre d’opérations utilisant des organes de porc ou encore de babouin. 

Une réponse à la pénurie d’organes ?

La raison pour laquelle cette possibilité attire tant est qu’elle permettrait de pallier à un problème actuel qui est celui de la pénurie d’organes. Il y a en effet une grosse différence entre le nombre de personnes en attente de don et le nombre d’organes disponibles. 

Au début de l’année 2023, il y avait en France, selon l’Agence de la biomédecine, 10 810 patient.es en liste d’attente (donc immédiatement éligibles à une greffe d’organe), tous organes confondus. Aux Etats Unis, en 2022, ils étaient 104 234 à attendre. Nous atteignons un point où des personnes décèdent chaque année car elles ne peuvent recevoir de greffon à temps. La logique est donc la suivante : si nous ne pouvons pas répondre à l’attente uniquement avec des donneurs “classiques”, pourquoi ne pas utiliser des organes provenant d’animaux ? Bien que nous ayons maintenant à disposition des organes artificiels, ils ne sont pas toujours adaptés aux besoins des patient.es, restent moins abordables et moins sûrs que des greffons organiques. Bien sûr, nous ne pouvons utiliser un organe d’animal tel quel. Il faut d’abord résoudre les problèmes de compatibilité pour empêcher le rejet, et limiter les risques de contamination et de transmission de maladies de l’animal à l’homme. Cependant, grâce à des outils tels que CRISPR-cas9 (les “ciseaux génétiques”) permettant d’éditer le génome, cette idée devient bien plus concrète. En effet, si nous pouvons par exemple modifier les gènes responsables de la réponse immunitaire contre le greffon, nous pouvons diminuer le risque de rejet (ce risque n’étant jamais de zéro, quelle que soit la situation ou le donneur). 

Un cœur de cochon 

En janvier dernier, l’Université de Maryland aux Etats-Unis a beaucoup fait parler d’elle après avoir réussi avec succès la greffe d’un cœur de porc sur un homme de 57 ans atteint d’une maladie cardiaque. S’agissant de la seule opération susceptible de sauver la vie du patient (qui n’était pas éligible à d’autres types de greffe et qui ne pouvait pas recevoir de traitement), la FDA (Food and Drug Administration) a exceptionnellement autorisé l’opération. Le cœur utilisé était un cœur génétiquement modifié provenant d’un cochon élevé en laboratoire spécifiquement pour ce genre d’opération par l’entreprise Revivicor. Bien que le patient soit décédé deux mois après l’opération, cela n’en reste pas moins très prometteur pour les médecins derrière l’opération, et la communauté scientifique en général. Des cas comme celui-ci restent rares à cause des risques d’une telle opération, mais ouvrent néanmoins la porte des possibilités à d’autres scientifiques.

Si vous souhaitez en savoir plus (et que vous êtes confortable avec l’anglais), l’Université a publié une série de vidéos sur le sujet. Attention, il y a des images en grand plan de sang et d’organes (je déconseille aux personnes sensibles) !

Êtes-vous prêt.e à recevoir un organe d’origine animale ?

Ce sujet m’intéresse beaucoup, de par les questionnements qu’il soulève. Notre relation aux autres animaux est déjà très particulière, ils sont notre nourriture, nos compagnons, une source de divertissement, … et bientôt il serait aussi nos donneurs. Au-delà des problèmes déjà mentionnés liés aux transplantations inter espèces, je m’interroge sur l’idée d’élevages dédiés à cela. Nous avons vu avec Revivicor que des entreprises ont déjà pris le parti d’investir dans des animaux élevés en laboratoire et génétiquement modifiés. Peut-on penser qu’il s’agit de quelque chose qui va se généraliser ? Quelles réglementations devrions nous mettre en place ? 

L’utilisation de l’animal dans la recherche n’a pas toujours fait l’unanimité, et encore aujourd’hui la question se pose quant à notre légitimité à réquisitionner la vie de l’animal pour nos avancées scientifiques. 

Alors que des courants de pensée tels que l’ontologie relationnelle1 se développe depuis plusieurs années et questionnent nos relations entre humain et non-humain, vivant et non-vivant, et les remettent sur un même pied d’égalité, peut-on encore mobiliser l’animal comme une simple source d’organes à récolter pour notre besoin ?

Au-delà de cela, le plus grand nombre sera-t-il prêt à accepter de recevoir ces organes ? Recevoir un organe d’une autre personne de sa propre famille est déjà une expérience particulière, et encore plus s’il s’agit d’un.e étranger.e. Qu’en est-il alors d’un individu d’une autre espèce ? Plaçons-nous dans le cas d’un greffon d’origine porcine, puis-je accepter cette greffe, et continuer à manger du porc par exemple ?

Seriez-vous prêt.e à recevoir un organe d’animal si le choix se présentait à vous ?


Bibliographie

Académie Nationale de médecine, « Xénogreffe : le cœur repart. Une avancée scientifique majeure… et médicalement décisive ? », Projet de communiqué de l’Académie nationale de médecine, 2022.

Agence de la biomédecine, « Chiffres 2022 de l’activité de prélèvement et de greffe d’organes et de tissus et baromètre 2023 sur la connaissance et la perception du don d’organes en France », 2023. https://presse.agence-biomedecine.fr/chiffres-2022-de-lactivite-de-prelevement-et-de-greffe-dorganes-et-de-tissus-et-baromete-2023-sur-la-connaissance-et-la-perception-du-don-dorganes-en-france/

Deschamps Jack-Yves, Roux Francoise A., Sai Pierre et Gouin Edouard, « History of xenotransplantation », Xenotransplantation, vol. 12, n°2,‎ 2005, p. 91–109

Galanopoulo Léa, « CRISPR-Cas9: des ciseaux génétiques pour le cerveau », CNRS Le Journal, 2020. https://lejournal.cnrs.fr/articles/crispr-cas9-des-ciseaux-genetiques-pour-le-cerveau

HRSA, « Organ Donation Statistics », 2023. https://www.organdonor.gov/learn/organ-donation-statistics#numbers

Kotz Deborah, « University of Maryland School of Medicine Faculty Scientists and Clinicians Perform Historic First Successful Transplant of Porcine Heart into Adult Human with End-Stage Heart Disease », University of Maryland School of Medecine, 2022. https://www.medschool.umaryland.edu/news/2022/University-of-Maryland-School-of-Medicine-Faculty-Scientists-and-Clinicians-Perform-Historic-First-Successful-Transplant-of-Porcine-Heart-into-Adult-Human-with-End-Stage-Heart-Disease.html

Revivicor, « Revivicor’s Vision », 2023. https://www.revivicor.com/

Crédit photographique : Scientifique Afro Américain Méconnaissable étudiant L’anatomie Avec Tablette par RF._.studio, licence CC0

 

  1. Dans une ontologie relationnelle, les relations passent premières devant les entités []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emma Borges (26 octobre 2023). Réflexions autour des xénogreffes. Contrepoints. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rah4


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Holzritter Julie, Picard Ysaline dit :

    A la lecture du billet, une question se pose rapidement : est-ce qu’il s’agirait de créer une nouvelle catégorie de laboratoire destiné à l’élevage et à la modification génétique de leurs organes ? Dans quelles conditions ses animaux seraient élevés pour avoir des organes sains tout en respectant l’animal. Cela en considérant qu’il est légitime d’exploiter pour une nouvelle raison l’animal.
    est ce qu’on aboutirait à des lignées “pures” d’animaux clonés comme c’est le cas des souris de labo?
    Ou faut il au contraire adapter chaque organe au receveur?
    Quand prélever l’organe sur l’animal?

  2. Nivet Mélanie dit :

    Super article ! Très intéressant et complet, il pose beaucoup de questionnements sur la recherche, l’éthique et l’utilisation animale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search