Les faits scientifiques seraient-ils construits, M. Latour ?

Entre 1975 et 1977, le sociologue Bruno Latour s’installe dans un laboratoire de neuroendocrinologie pour voir comment se fait la science au quotidien. Dans un livre coécrit avec Steve Woolgar, il montre comment les faits scientifiques sont construits, et pas simplement découverts.

Le sociologue et philosophe français Bruno Latour intègre, en 1975, le laboratoire de neuroendocrinologie de Roger Guillemin au Salk Institute, à San Diego en Californie. A la manière des anthropologues qui s’étaient rendus dans les villages Africains ou chez les Bororos d’Amazonie, il observe les us et coutumes de cette étrange tribu qui peuple le laboratoire, avec les outils de l’anthropologie auxquels il avait été formé quelques années plus tôt. Il suit, pendant deux ans, les pérégrinations d’une petite équipe de chercheurs et de techniciens qui tentent de percer les mystères du cerveau et du rôle régulateur de ses hormones sur l’activité physiologique du corps. Il entreprend ainsi une véritable étude ethnographique de laboratoire, au plus près de la science en train de se faire, avec pour objectif de comprendre comment se constitue une découverte, un fait, une connaissance scientifique.

En 1979, Latour s’associe au sociologue des sciences anglais Steve Woolgar et fait paraitre Laboratory Life: The Construction of Scientific Facts, où les deux auteurs livrent leurs analyses sociologiques à partir des informations que Latour a récolté pendant son séjour chez les neuroendocrinologues. Il commence par raconter ses premiers pas dans le laboratoire, et explique l’intérêt de son étude ethnographique, qui n’avait semble-t-il jamais été réalisée auparavant dans un tel lieu. Jamais en effet n’avait été scruté, en direct et jusque dans les moindre détails, le processus de production des connaissances dans les sciences modernes. Jusqu’aux années 1960, les historiens des sciences ne s’étaient que peu intéressés aux sciences de leur temps, leur préférant celles des 18ème et 19ème siècles, quelque part déjà bien établies. Quant aux philosophes des sciences, ils avaient bien tenté de caractériser les sciences modernes, la particularité de son raisonnement, la structure de son édifice théorique et la place de l’expérimentation, mais ils étaient surtout en quête d’un idéal, d’un archétype de méthode scientifique, s’appuyant essentiellement sur cette vieille histoire des sciences. Ils avaient omis, eux aussi, d’interroger la science actuelle dans le détail de ses pratiques.

Latour laisse alors la parole à un observateur fictif, qui jouera le rôle de narrateur dans la suite de l’ouvrage. D’abord parfaitement ignorant de la culture scientifique, cet observateur décrit les activités qui se déroulent sous ses yeux, en se basant uniquement sur ce qu’il voit et sans recourt aux explications des scientifiques. Il se retrouve plongé dans un univers absurde : des salles remplies de cages à rat ou de grosses machines, des bureaux recouverts de feuilles griffonnées de notes et de schémas, des imprimantes crachant des kilomètres de papiers pleins de chiffres, et, au milieu de toute cette confusion, des chercheurs s’affairent, échangent quelques mots. Il relève plusieurs conversations. On y parle de tests, de points sur des courbes, de molécules aux noms exotiques, des résultats d’un autre laboratoire parus récemment, de collaboration, d’argent, etc. Que diable ces gens sont-ils en train de faire ? De quoi parlent-t-ils ? A quoi servent ces animaux, et toutes ces machines ? Pour l’observateur profane, rien de tout ceci ne semble avoir de sens.

Pourtant, la science, avec ses réseaux de croyances, d’habitudes, de traditions orales et de savoir-faire, a tout l’air d’une culture comme une autre. Notre observateur, désormais un anthropologue un peu provocateur, ne se sent pas dépaysé. Alors, armé de ses concepts et de ses méthodes, il étudie les articles, retrace l’histoire mouvementée de la caractérisation d’une hormone importante par l’équipe de Guillemin, analyse les conversations, tente de saisir les rapports entre les chercheurs. Il met en évidence à travers ces conversations un enchevêtrement d’intérêts implicites, de stratégies et de considérations diverses (comme la crédibilité d’un résultat, la carrière d’un chercheur, la précision du matériel utilisé, etc) qui définissent les critères d’acceptabilité d’un résultat et conditionnent ainsi l’établissement d’un fait. Des événements particuliers, le contexte local et le rôle du choix au cours de négociations complexes sont des éléments déterminants dans la stabilisation d’un énoncé en fait, par exemple pour « décider » si un pic sur une courbe peut être considéré comme un signal ou comme un artefact, c’est-à-dire comme une preuve ou non.

On est loin de la méthode scientifique, chère aux philosophes, qui consistait à poser des hypothèses, à en déduire les conséquences logiques, et à mettre le système théorique ainsi formé à l’épreuve de l’expérimentation. Mais alors, pourquoi les scientifiques eux-mêmes décrivent-ils leurs pratiques comme tenant de cette méthode ? Pourquoi présentent-ils dans leurs articles une découverte comme conséquence logique de résultats précédents, alors que ce sont en fait des analogies entre des résultats ayant peu de rapports entre eux qui leur avaient suggéré les idées conduisant à la découverte ? Pourquoi oublient-ils la multitude d’événements qui les avaient amenés à formuler un énoncé, le contexte qui les avait poussés à prendre telle ou telle décision quant à la nature même des résultats qu’ils obtiennent ? Latour et Woolgar montrent que la croyance dans le caractère purement logique de la production d’un énoncé en sciences est le fruit d’un processus qui tend à faire disparaître l’ensemble des éléments locaux et contingents qui lui avait donné naissance. Ce processus de projection de l’énoncé sur une réalité extérieure, hors du contexte même de sa production, est ainsi la dernière étape de sa stabilisation en fait, en connaissance scientifique.

Cet ouvrage s’inscrit en plein dans la petite révolution que connaît la sociologie des sciences dans les années 1970, qui consacre la notion de construction sociale des savoirs scientifiques. Il se distingue toutefois des autres travaux de la sociologie des sciences par son approche anthropologique et son attention très resserrée sur la pratique de la recherche au jour le jour.

Bibliographie

Latour, Bruno et Woolgar, Steve (1996) [1988] La Vie de laboratoire. La Production des faits scientifiques, Paris, La Découverte


Adrien Partier

Après des études de physique fondamentale, j'ai intégré le master Sciences et Société. D'esprit curieux, passionné par les idées et leur histoire, j'aime apprendre et méditer sur de nombreux sujets. Un certain sentiment d'urgence face aux défis qui guettent notre monde me pousse aujourd'hui à consacrer une part croissante de mon temps et de mon énergie à réfléchir et à discuter sur les enjeux de société contemporains. C'est ces questions que je souhaite traiter ici.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.