Pluto : Un voyage à travers les frontières de l’humanité et de la technologie

Pluto, manga écrit par Naoki Urasawa, explore de manière fascinante les frontières de l’humanité et de la technologie. L’auteur, fidèle à l’esprit d’Osamu Tezuka dont il s’est inspiré, nous présente un monde où la technologie robotique a atteint son apogée, suscitant de nombreux questionnements…

Cette série est une adaptation de Naoki Urasawa (l’auteur de 20th Century Boys ou encore Monster) dans un style policier/thriller d’un épisode d’Astro Boy – Le robot le plus fort du monde – d’Osamu Tezuka. Le manga a été prépublié de 2003 à 2009 dans la revue Big Comic Original de Shōgakukan et a été compilé en un total de huit volumes.

Pluto nous emmène dans le futur de notre société, où les robots sont dotés d’une intelligence artificielle avancée et sont devenus très semblables aux humains, que ce soit physiquement ou dans leur vie quotidienne. L’histoire se concentre sur Gesicht, un détective robot, qui est chargé d’enquêter sur une série de meurtres mystérieux, dont les victimes sont les robots les plus forts du monde…

Pluto, Tome 1, p.24. Gesicht.

N’ayant jamais lu « Astro Boy », je suis sans doute passée à côté de moult références-hommages durant ma lecture, ce qui ne m’a pas empêchée d’apprécier pleinement l’intrigue de l’histoire et ses personnages. C’était captivant, mais ce n’est pas sur le scénario en lui-même que je vais me pencher dans ce billet. Ce sont plutôt les questionnements et parallèles avec certaines problématiques sociétales actuelles que je vais aborder.

En effet, ce qui m’a tout de suite marquée dans l’univers de Pluto, ce sont les robots eux-mêmes : ils ont appris à ressentir des émotions complexes, telle que la tristesse ou la peur, et sont très semblables aux humains, jusque dans le concept même de la mort (leur corps physique sera toujours réparable mais leur conscience disparaît). Ce sont donc des êtres conscients et sensibles, autrement dit sentients et pourtant, ils sont marginalisés et discriminés en raison de leur nature non humaine. Il y a beaucoup de tensions, alimentées entre autres par les « lois de la robotique », interdisant aux robots de nuire aux humains.

Cette représentation m’a tout de suite fait penser aux inégalités et aux discriminations que nous pouvons observer dans notre société au quotidien, qu’elles soient basées sur la couleur de peau, le genre, l’orientation sexuelle ou d’autres différences… Mais aussi à la conception même de l’humanité et au fait que la conscience et les émotions ne sont pas réservées aux êtres humains : ce qui nous ramène aux débats concernant l’éthique animale et à la manière dont nous justifions les traitements que nous avons fait et faisons subir aux animaux. Ce sont eux aussi des êtres sentants et malgré tout, ils subissent notre maltraitance. Cela nous amène à nous demander comment nous réagirions face à une espèce non humaine pourtant semblable à la nôtre, mais aussi à remettre en question les violences que nous faisons subir à d’autres êtres vivants, que ce soit les animaux ou nos semblables.

Pluto, Tome 1, p.26. Nous y voyons Gesicht annoncer un décès.

Le manga explore aussi des dilemmes éthiques liés à la technologie. Les robots sont confrontés à des situations complexes où ils doivent prendre des décisions morales et faire face aux conséquences de leurs actes. Gesicht par exemple, en tant que détective robot, est confronté à des choix difficiles qui mettent en évidence les enjeux de la programmation et de la libre volonté. Cette réflexion nous renvoie à notre propre société où l’intelligence artificielle et les systèmes automatisés sont de plus en plus utilisés. Les voitures autonomes qui sont développées aujourd’hui, par exemple, doivent être programmées pour prendre des décisions en cas d’accidents inévitables. Cela soulève des questions fondamentales sur la responsabilité des créateurs et sur la manière dont nous concevons et utilisons la technologie mais aussi à la nécessité de mettre en place des régulations voire des lois, notamment autour des IA.

Pluto résonne donc profondément avec les problématiques actuelles de notre société, en mettant en lumière les enjeux liés à l’intégration de la technologie dans nos vies. Alors que nous faisons face à des avancées sans précédent dans des domaines tels que l’intelligence artificielle, la robotique et l’automatisation, le manga nous invite à réfléchir aux répercussions sociales, éthiques et économiques de ces avancées. Il met en évidence la tension entre la fascination et la méfiance que nous pouvons ressentir envers les technologies émergentes, tout en nous rappelant l’importance de garder à l’esprit les valeurs fondamentales de l’humanité dans ce contexte en constante évolution. Cette série nous pousse à nous interroger sur la manière dont nous souhaitons façonner notre avenir.



Citer ce billet
Marie Leroy (2023, 22 juin). Pluto : Un voyage à travers les frontières de l’humanité et de la technologie. Contrepoints. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rag3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search