ASMer : le chuchotement au cœur d’un phénomène social

Chhhhut… Orgasme cérébral en cours.
Êtes-vous prêt·es à tenter de socialiser le phénomène audiovisuel particulier qui gagne à être connu de nos jours sous l’acronyme ASMR ?

Je regarde personnellement des vidéos de relaxation qui emploient des moyens « ASMR » depuis maintenant de nombreuses années. Phénomène plutôt curieux lorsqu’il s’est présenté à moi il y a de cela quelques dizaines d’années, il m’est tout à fait routinier que de consommer à présent mon ASMR favori plusieurs soirs par semaine, lorsque le besoin s’en fait ressentir.
Je parle volontairement de « consommation » pour parler de l’ASMR, car je pense qu’il s’inscrit de nos jours dans des dynamiques bien distinctes de celles pour lesquelles il fut pensé au départ. Davantage présent dans une toile économique dictée par l’offre et la demande, j’aimerais partager mon point de vue selon lequel, bien étudié maintenant par les neurosciences, je pense qu’il s’agit de s’y intéresser en acquiesçant désormais son intégrité humaine et sociale.

ASMR : Quésaco ?

Il est possible de présenter ce phénomène par des portes d’entrée différentes. « ASMR » est l’acronyme de Autonomous Sensory Meridian Response que l’on pourrait traduire par « Réponse Autonome des Méridiens Sensoriels ». Ce phénomène sensible décrit la sensation de frisson ou de petits picotements ressentis à l’arrière du crâne qui se propagent à l’ensemble du corps. Ce qu’il est intéressant de noter, c’est que peu importe notre prétendue réceptivité (ou non) à l’ASMR, nous possédons tous·tes la capacité physiologique de ressentir ce même phénomène (Courtois, 2022).

Le terme est apparu pour la première fois dans la fin des années 2000, proposé par une spécialiste de la cybersécurité américaine nommée Jennifer Allen, qui aurait ressenti le phénomène exposé en regardant des vidéos de l’espace. C’est du partage de sa réaction sur des forums en ligne que serait apparue la première communauté ASMR. Un premier groupe d’internautes fut formé en 2010, où iels s’échangeaient différentes vidéos de provenances diverses qui leurs permettaient de ressentir ce fameux frisson cérébral.

Plage de Trouville-Sur-Mer, 2023, France

Une terminologie riche accompagne le phénomène d’ASMR. Dans la communauté, on parle de ‘déclencheurs ‘ ou de triggers en anglais, pour référer aux différents sons, objets ou pratiques qui sont capables de procurer la sensation recherchée. Tingles, tapping, scratching, brushing Dans l’industrie de la relaxation, il y en a pour tous les goûts. La nécessité d’invention de nouveaux termes par les utilisateur·rices se faisant ressentir, il existe même des termes pour définir les producteur·rices de vidéos ASMR, qu’on appelle des « ASMR’tistes » contraction de ‘ASMR’ et ’artistes’ ; d’anciens termes ou expressions comme des Roleplays trouvent également ici des emplois complètement repensés. De fait, de nos jours, le terme ASMR s’accompagne d’une assez forte charge sémantique. J’ai fait le test pour vous : affirmez au milieu de collègues ou camarades que vous écoutez régulièrement des vidéos ASMR pour vous détendre, les réactions ‘neutres’ trouveront difficilement leur place.

Il est ainsi intéressant, à mon sens, de penser le phénomène comme transpirant par-delà les frontières biologiques qui en définissent le processus. Seulement verbalisé autour des années 2010, il en constitue un phénomène social qui croise plusieurs millions de personnes aujourd’hui, seulement une dizaine d’années plus tard (Mahady, Takac, 2023).

De la biologie aux humanités sociales

Le processus physiologique déclenché sous le terme ASMR a bien été étudié par de nombreuses études dans le domaines des sciences ‘naturelles’, comme se propose d’en faire état cette revue de littérature. Bien connu dans le domaine physiologique voire médical, on attribue par exemple à l’ASMR des effets de contrôle sur l’émission de certaines fréquences d’ondes cérébrales. Une étude menée dans la revue Cortex en 2022 montrait ainsi son pouvoir amplificateur sur les ondes de basses fréquences, et inversement pour les ondes de hautes fréquences.

Or, comme le montre l’étudiant Georges Courtois – qui d’ailleurs, est lui-même ASMR’tiste en parallèle de ses études – dans son mémoire de recherche en sciences sociales, il convient d’apporter une nouvelle lecture à ce phénomène biophysique particulier. Je pense, de fait, que l’ASMR s’inscrit dans une dynamique économique, si bien qu’elle engage un marché particulier avec des acteur·rices membres d’une chaîne particulière de production, dont les effets ne sont pas neutres.

Des travaux à son sujet ont été réalisés en sciences humaines et sociales, comme dans l’article de Rob Gallagher de la revue Audimat, au sein duquel sont réinterrogées le rapport de nos sociétés modernes aux effets thérapeutiques de la musique et de l’audiovisuel, par le moyen de l’ASMR. D’autres recherches dans le domaine sont menées, comme celles de Alice Lenay dans un article de la revue Multitudes, où l’intérêt est plutôt porté vers une sociologie des publics et le pouvoir que possèdent ces derniers, au regard d’un contenu de plus en plus consommé. Nous pourrions presque en observer une forme de participativité dans la production de ces vidéos, tant l’approche à contre-courant de cette forme audiovisuelle particulière se fait de façon ascendante.

Ouverture

L’idée au travers de ces quelques lignes était pour moi d’interroger un phénomène sensitif que j’ai l’habitude d’expérimenter depuis de nombreuses années, avec des outils et une mince expérience de recherche qu’il m’a été donné d’acquérir au cours de mes formations.

L’ASMR occupe les plateformes dans divers aspects, et bien qu’il soit étudié dans sa dimension expérimentales et neuroscientifiques, je propose d’ouvrir le champ de réflexion autour de nos rapports à celui-ci de façon différente et surtout, humainement et socialement intégrée.

Références bibliographiques

Courtois G., 2022, « L’ASMR sous les feux de la morale », [Mémoire de recherche en sciences sociales], dir. Marchal H., UBFC.

Gallagher R., « Générer l’euphorie en ligne : l’esthétique de la culture ASMR », Audimat, n°9 (1), pp.85-113.

Lenay A., 2020, « Le public des vidéos « ASMR » », Multitudes, n°79 (2), pp.93-99.

Mahady A., Takac M., 2023, “What is autonomous sensory meridian response (ASMR)? A narrative review and comparative analysis of related phenomena”, Consciousness and Cognition, n°109.

Richard C., 2016, “History of ASMR: Interview (Part 2) with Jennifer Allen, the woman who coined the term “ASMR””, ASMR University, URL : https://asmruniversity.com/2016/11/20/history-of-asmr-interview-part-2-with-jennifer-allen-the-woman-who-coined-the-term-asmr-podcast-episode-9/#more-6279, consulté le 30/05/2023.

Swart R. T., 2022, “ASMR amplifies low frequency and reduces high frequency oscillations”, Cortex, n°149, pp.85-100.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julien Czarnecki (28 septembre 2023). ASMer : le chuchotement au cœur d’un phénomène social. Contrepoints. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ragw


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search