Anna Morandi (1714-74) – anatomiste, céroplasticienne

Portrait d’une savante oubliée

Alors que ses cires anatomiques furent admirées dans toute l’Europe, la renommée d’Anna Morandi n’a guère survécu à son siècle. L’effet Matilda1 a effacé ses empreintes d’une Histoire écrite au masculin. Pourtant, sa biographie a de quoi à étonner – comment une femme de cette époque a-t-elle su s’imposer dans un domaine scientifique si pointu et d’ordinaire réservé aux hommes? Serait-ce l’alchimie de quelques circonstances en particulier ?

Deux chapitres de l’ouvrage collectif Femmes de sciences de l’Antiquité au XIXe siècle*, livre qui se propose de suivre une quinzaine de personnalités (féminines) occidentales dans leur conquête des sciences, nous mettent sur ses traces…

Naître au bon endroit

Dans son université – la plus ancienne de l’Europe – Bologne ne dédaigna pas la soif de savoir de ses filles. Dès le XIIIe siècle, elles eurent le droit de s’y instruire et, pour certaines, d’acquérir un doctorat en droit, en philosophie ou en médecine (Accorsa, Bettisia Gozzadini2, Teodora Crisolora3). Nombreuses sont également les femmes peintres qui parvinrent à se faire un nom. Une paralittérature établie sur plusieurs siècles par des lettrés philogynes fait l’éloge de ces dames illustres. Cela dit, n’oublions pas que la société bolognaise demeura, dans son ensemble, pétrie de traditions phallocrates.

Épouser un homme du métier

Aussi, le destin de Morandi sembla-t-il être tracé d’avance : la vie d’une épouse et d’une mère dévouée contrainte à mettre en arrière-plan sa remarquable habilité en dessin et en art plastique. En 1740, elle se marie avec Giovanni Manzolini, sculpteur anatomiste sur cire qui, conscient du talent de son épouse, l’encourage à l’assister dans son activité. Ainsi, à l’instar de tant d’autres femmes remarquables de son époque, est-ce à la faveur d’un soutien masculin que Morandi réussira à se bâtir une carrière en autodidacte. Elle puise dans la bibliothèque domestique, se lance dans la dissection et, tout en gérant ses nombreuses grossesses, se met à modeler des organes et des membres du corps sur cire. Grâce au talent commercial de Giovanni, la production des sculptures va bon train. Mais il décède en 1755. Morandi perpétue alors le travail commencé à deux en se spécialisant dans le modelage des organes sensoriels et gynécologiques. Ses œuvres s’illustrent par leur esthétique et leur finesse. « On voit chez elle des tableaux en cire & en relief des parties du tout le corps humain, surtout des plus délicates, telles que celles de l’œil & de l’oreille, dans le plus grand détail & avec une précision lumineuse. Toutes les parties constitutives de l´organe de l’ouïe y sont détaillés ; » s’enthousiasma l´écrivain Gaetano Giordani**.

Autoportrait

Naître au bon moment

Si les femmes étaient admises depuis un certain temps comme spectatrices occasionnelles aux leçons d’anatomie publiques – aux dissections de corps féminins notamment -, c’est au milieu du XVIIIe siècle que quelques-unes ont su s’approprier la matière et accéder au rang de spécialistes réputées de la discipline (Laura Bassi4, Marie Marguérite Bihéron5). La céroplastie anatomique n’était pas un art nouveau au XVIIIe siècle, mais Morandi a largement contribué à l’orienter vers des usages innovants axés sur la construction de la connaissance. Ainsi, à l’instar d’un noyau de contemporaines – telles que la française Emilie de Châtelet6 – a-t-elle participé à la production de formes de savoir inédites, le milieu de siècle étant particulièrement favorable à l’accès des femmes au monde des sciences naturelles en général.

Sculptures réalisées par la plasticienne

Profiter du « web » de l´époque

C’est également à cette période que la mise en scène de spécimens et de phénomènes naturels devint une pratique courante. Morandi, mettant à profit ce goût pour la théâtralisation, n’hésite pas à ouvrir les portes de son atelier à un public curieux d’observer de tout près les parties du corps humain. Sa maison devient en peu de temps une attraction touristique incontournable pour les aristocrates et savants du Grand Tour7. La description de leurs visites dans des échanges épistolaires et récits de voyage, eux-mêmes relayés par les journaux savants, ne firent qu’accroître la notoriété de la plasticienne.

Se distinguer, puis tomber dans l´oubli

Reçue en 1756 à l´Académie des sciences de l’Institut de Bologne, elle obtient peu après la chaire d’anatomie à l’université. Elle est également distinguée par les académies des arts, la céroplastie étant en effet une pratique à la lisière entre art et science. Cependant, ni sa carrière exceptionnelle ni sa notoriété ne purent l’épargner de graves difficultés financières auxquelles s’ajoutèrent des ennuis de santé. Après son décès en 1776, ses œuvres ont pu entrer au musée, où, hélas, sommeillent son nom et sa renommée.       

Bibliographie

* Adeline Gargam (coordination), Femmes de sciences de l´Antiquité au XIXe siècle, Editions Universitaires de Dijon, 2014, Emilie Hamon-Lehours, « Féminité à l´encaustique. Anna Morandi (1714-1774) et l´anatomie dans la Bologne des dames », pp. 143-156 et Lucia Dacome « Une ‘dentelle très bien agencée et très précise’. Les femmes et l´anatomie dans l´Europe du XVIIIe siècle », pp. 157-176

** Gaetano Giordani, Articolo de biografia a lode dell´Anna Morandi Mazolini, celebre anatomica, Bologna, Tipografia E. COMP, 1835, p. 15, cité d´après ibid, p. 154

Liens

1 https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Matilda, consulté le 12/03/2021

2 https://histoireparlesfemmes.com/2018/01/04/bettisia-gozzadini-premiere-professeure/, consulté le 12/03/2021

3 http://danteonline.it/italiano/popup_schede.asp?tipo=ske&scheda=filelfo, consulté le 12/03/2021

4 https://histoireparlesfemmes.com/2020/04/08/laura-bassi-mathematicienne-physicienne/, consulté le 12/03/2021

5 https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_Catherine_Biheron, consulté le 12/03/2021

6 https://histoireparlesfemmes.com/2012/11/30/emilie-du-chatelet/, consulté le 12/03/2021

7 https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Tour, consulté le 12/03/2021, consulté le 12/03/2021

Images

Autoportrait : https://www.google.com/search?q=anna+morandi&tbm=isch&ved=2ahUKEwjdqJn1zo_vAhXUw4UKHcohA48Q2-cCegQIABAA#imgrc=zQgMJJVuu8buhM, consulté le 01/03/2021

Sculptures : https://www.google.com/search?q=anna+morandi&tbm=isch&ved=2ahUKEwjdqJn1zo_vAhXUw4UKHcohA48Q2-cCegQIABAA#imgrc=aJFu7BVusOyi_M, consulté le 01/03/2021

https://livre.fnac.com/a6813297/Adeline-Gargam-Femmes-de-sciences-de-l-antiquite-
Image d´accueil https://livre.fnac.com/a6813297/Adeline-Gargam-Femmes-de-sciences-de-l-antiquite

Birgit

Parcours d´études universitaires hétéroclite. Depuis toujours grand intérêt pour les sciences et les techniques sans jamais l´avoir transformé en projet professionnel. Métier exercé avant tout et pratiqué également à présent : ingénierie de formation. En Master Sciences et Société depuis 2019.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search