Une vision monolithique de la femme à l’université ?

Avec l’arrivée de la Covid-19 et ses conséquences sociétales, la question de l’alliance entre la vie de famille et la vie professionnelle pour les mères universitaires s’est rapidement imposée. Mais qu’en est-il des femmes n’appartenant pas à cette catégorie ?

Une inégalité des profils considérés

Il existe en Europe une grande disparité entre les femmes et les hommes dans le domaine de la recherche universitaire. Dans son article, Ea Høg Utoft (2020) indique notamment que seuls 22% des professeurs au Danemark sont des femmes. Une raison souvent invoquée est le fait que les chercheuses se retirent de la recherche après le doctorat, puisque ce serait la période où celles-ci ont des enfants et fondent une famille. Mais en réalité, de nombreuses études montrent que les opinions sexistes des scientifiques chargés d’évaluer les doctorants sont davantage à blâmer (Skewes, Skewes and Ryan, 2019). Nous pouvons aussi mettre en cause le système méritocratique qui gouverne l’université. L’universitaire idéal doit être libre de tout engagement en dehors du travail, notamment des responsabilités liées au care. Dans ce sens, celui-ci a la possibilité d’abattre un grand travail de publication d’articles. Mais la littérature spécialisée sur les expériences féminines dans le milieu universitaire est, selon notre autrice, concentrée sur un profil particulier et unique de femmes : les mères. L’organisation de la famille est en effet à la charge des femmes et cela est d’autant plus vrai durant le confinement. Nous avons pu constater l’apparition d’un grand nombre de témoignages de mères universitaires (Iwelunmor-Ezepue, 2020). Elles partagent notamment leurs difficultés à allier leur vie de famille et leur vie professionnelle, durant la crise sanitaire. Mais qu’en est-il des autres « profils » de femmes ?

Une mise à l’écart de certaines catégories d’universitaires

Malgré cette réalité entourant l’organisation familiale, il ne faut pas percevoir la femme célibataire comme l’universitaire idéal. Dans son témoignage, l’autrice de notre article nous partage les difficultés qu’elle a pu ressentir, en raison des conditions particulières liées à la Covid-19. Comme pour beaucoup d’entre nous, un sentiment de solitude s’est développé et amplifié, jusqu’à rendre le travail à la maison presque impossible. Il est vrai que de n’avoir, apparemment, personne à charge peut sembler être un avantage durant cette période. Mais devoir gérer toutes les nouvelles sources de stress inhérentes à celle-ci seul, est loin d’être simple. Se sentir utile est, plus que jamais, compliqué quand on se retrouve seule face à soi, seule face à son travail, seule face à ses propres incertitudes. Pour ce profil de chercheuse, les attentes professionnelles n’ont en rien été revues à la baisse, alors même que les conditions de travail sont plus que perturbées. Notre autrice souhaite nous partager la conclusion suivante : il n’existe en fait pas de profil idéal d’universitaire pour surmonter les complications liées à la Covid-19. Les difficultés sont différentes, mais présentes pour tous. Il est plus important que jamais de s’entraider et de s’écouter, pour surmonter cette situation inédite.

Femmes : une multitude de profils

Dans son article « ‘All the single ladies’ as the ideal academic during times of COVID‐19? », Ea Høg Utoft (2020) nous offre un nouveau souffle quant à la vision de la femme universitaire. Elle rappelle avec habilité que ce ne sont pas seulement les mères qui sont confrontées aux conséquences sociales du care. On attend de toutes les femmes, qu’importe leur situation familiale, de prendre soin de ceux qui les entourent : famille, amis, collègues et étudiant.es, dans le cas des universitaires. Les difficultés inhérentes à la pandémie que nous subissons touchent toutes les figures féminines. La catégorie « femme » n’est pas un monolithe et n’est pas définie que par la maternité et l’hétérosexualité. Il est nécessaire de prendre cela davantage en compte pour comprendre que la femme ne doit pas être perçue à travers ce que celle-ci doit aux autres. Il n’existe pas qu’un seul type de femme, il n’y a pas de profil unique représentatif du genre féminin et cela même au sein de l’université.

Références bibliographiques

Juliet Iwelunmor-Ezepue, « On Parenting, a Pandemic, and Academic Productivity », Medium, 2020. En ligne : https://medium.com/@jiwez/on-parenting-a-pandemic-and-academic-productivity-158e1734129. Consulté le 26/10/2020.

Lea Skewes, Joshua Skewes, Michelle Ryan, « Attitudes to sexism and gender equity at a Danish university », Kvinder, Køn & Forskning, 28, 2019, 71-85. En ligne : https://tidsskrift.dk/KKF/article/view/116118. Consulté le 16/04/2021.

Fernanda Staniscuaski et al, « Impact of COVID‐19 on academic mother », Science, 368, 2020, 724-725. En ligne : https://science.sciencemag.org/content/368/6492/724.1/tab-pdf. Consulté le 05/11/2020.

Ea Høg Utoft, « ‘All the single ladies’ as the ideal academic during times of COVID‐19? », Gender, Work & Organization, 27, 2020, 778-787. En ligne : https://doi.org/10.1111/gwao.12478. Consulté le 09/12/2020.

Crédit photographique

Business District Architecture par sswj, licence CC BY-NC-ND 2.0.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search