Cultural Studies et Hollywood, le passé remanié

A travers l’étude de la réception de films historiques, David Da Silva cherche à évaluer l’impact des Cultural Studies sur la production cinématographique Hollywoodienne. Avec leur popularité grandissante, ces études seraient-elles devenues un despote pour le septième art ?

Hollywood, bastion démocrate acquis à la cause des Cultural Studies 

Lors des élections présidentielles américaines de 2016, une grande majorité du monde Hollywoodien s’est uni à l’encontre de la candidature de Donald Trump. Pourtant, malgré l’influence supposée que les stars exercent sur l’opinion publique, cela n’a pas suffi à faire barrage à l’élection de l’homme d’affaire à la tête des États-Unis. C’est de ce constat que part David Da Silva pour justifier son étude : l’historien du cinéma postule que l’émergence des Cultural Studies au détriment de leurs ainées, les American Studies (AS), a amplifié les divergences dans l’interprétation et la réception des œuvres cinématographiques entre la population et les élites universitaires exerçant  désormais une emprise sur la production audiovisuelle. Depuis les années 1980, la vision hégémonique prônée par les AS aurait progressivement laissé sa place à une « dictature des minorités » en conflit les unes avec les autres. D’après l’auteur, ce changement se serait accompagné d’une censure du « politiquement incorrect », de sorte à ne heurter aucune sensibilité.

Si la thèse de David Da Silva concernant le rejet des conceptions démocrates par le peuple américain jugeant ces derniers comme déconnectés de la réalité semble cohérente, il me semble nécessaire de remettre en question ses propos dans l’ensemble de son étude, notamment en termes de méthodologie adoptée.

En premier lieu, l’auteur critique ce qu’il juge être une surinterprétation des œuvres cinématographiques de la part de la presse. Dans sa défense du film 300  (Zack Snyder, 2006), il exhibe des avis d’internautes appuyant sur la primauté de la notion de divertissement dans le jugement d’un film. Or, bien que soumise à des mécanismes de décodage propres à chaque spectateur, toute œuvre est symptomatique du point de vue de son auteur et propage donc une perception nécessairement subjective de la réalité. L’utilisation de la fiction est de plus un moyen particulièrement efficace pour propager des idées en exploitant à l’extrême le mécanisme de la métaphore.

Un culte de l’historicité

Dans sa forme, le livre aborde successivement des productions hollywoodiennes de manière thématique. Cette méthode est louable, mais elle laisse transparaître une forme de maladresse dans la structure des analyses : chaque étude présente une articulation systématiquement identique aux précédentes (résumé du film, historicité, puis polémiques engendrées). De fait, David Da Silva recycle invariablement les mêmes arguments. Il s’attache notamment à dénoncer les anachronismes et contresens historiques présents dans les films réalisés sous l’égide des Cultural Studies. Or, ces « conflits d’historiens » ne sont pas spécifiques à cette approche du cinéma, et l’on peut tout autant reprocher leur anhistoricité aux productions dominantes de l’âge d’or hollywoodien que l’auteur semble porter sur un piédestal. En réalité, on peut penser que cette stratégie fait office d’homme de paille à l’encontre des Cultural Studies et de leur volonté de mettre en avant les points de vue occultés. De fait, on peut y objecter une justification similaire aux propos déjà tenus par l’historien du cinéma précédemment : l’œuvre cinématographique est avant tout un moyen de divertissement narratif, non un documentaire ; les contresens historiques sont donc utiles d’un point de vue scénaristique [1], et s’il est vrai que les films peuvent inculquer des idées erronées dans l’inconscient collectif, Cristiane Freitas Gutfreund souligne que « la reproduction de l’histoire n’est pas nécessairement, bien au contraire, un appauvrissement ; elle constitue plutôt une sorte de récapitulation » [2].

Des minorités aux revendications antagonistes

L’auteur s’attache ensuite aux conflits induits par la représentation des minorités au cinéma. Il critique notamment l’incohérence des discours dénonçant une attitude prétendument irrespectueuse de films cherchant à sensibiliser à la condition d’une communauté. De même, il insiste sur les conflits engendrés entre minorités différentes (à l’instar de la sous-représentation de la communauté juive dans Selma, Ava Du Vernay, 2014). Cependant, ces contradictions apparentes proviennent de la manière dont David Da Silva envisage ces groupes : comme une seule entité opposée à la vision WASP [3]. Or, il semble clair que chacun d’entre eux possède une identité propre, avec des codes et des susceptibilités spécifiques. Toutefois, l’étude du film Detroit (Kathryn Bigelow, 2017) soulève un point intéressant : à sa sortie, le film, très violent, avait suscité de vives critiques de la part de la communauté afro-américaine qui avaient plus précisément dénoncé le fait que la réalisatrice ait été une femme blanche. Certes, il semble qu’une personne appartenant à la communauté noire américaine ait été mieux à même de comprendre et de retranscrire la situation ressentie par le groupe, mais on peut légitimement se demander dans quelle mesure ces critiques auraient persisté si le métrage avait été réalisé par une personne noire. Dans la même veine, les paragraphes consacrés à Exodus : Gods and Kings (Ridley Scott, 2014) et à Argo (Ben Affleck, 2012) éveillent l’attention sur l’invisibilisation des minorités au sein des castings. Alors qu’Exodus est basé sur le récit biblique de l’exode dont l’action se déroule en Egypte pendant l’antiquité, la majorité des têtes d’affiche est composée d’acteurs blancs. Dans Argo, qui revendiquait un certain réalisme, c’est Ben Affleck lui-même qui interprète le personnage principal supposé être d’origine mexicaine. Outre les incohérences provoquées, cette pratique de whitewashing [4] est symptomatique de la sous-représentation des ethnies non-caucasiennes ainsi que des minorités en général dans le cinéma américain. La justification généralement adoptée par les studios consiste à affirmer que la présence de stars blanches au casting permet à la fois un plus grand succès du film au box-office ainsi qu’une facilité de financements. Si une évolution des pratiques dans une démarche plus inclusive semble nécessaire et assumée par les grandes instances de l’industrie cinématographique, je doute personnellement que les actions contraignantes comme les nouveaux règlements des Oscars [5] fussent une réelle solution au problème.

Une dictature du politiquement correct ?

David Da Silva oppose une dernière objection à l’implication des Cultural Studies dans le domaine du cinéma : selon lui, ces dernières auraient mené à une « dictature du  politiquement correct », de sorte à ne pas heurter les sensibilités de chaque communauté. Cet argument me parait pourtant relever d’une forme de mauvaise foi de la part de l’auteur : en effet, si les exemples cités dans le livre s’accordent avec ses propos, il semble volontairement omettre tout un pan de la production cinématographique actuelle. Alors que l’historien du cinéma fustige les propos de Spike Lee (dont les films défendant la cause des noirs américains laissent peu de place au politiquement correct) tout au long de son ouvrage, il ne daigne parler de l’œuvre du réalisateur que pour la juger comme « peu subtile ». De même, si on élargit l’étude en dehors du prisme des films historiques, les productions récentes des studios Blumhouse à l’instar des travaux de Jordan Peele (Get Out, 2017 ; Us, 2019) démontrent bien l’invalidité de ces propos.

En somme, David Da Silva défend une vision du cinéma plus unifiée autour de valeurs communes et hégémoniques, laissant place aux héros plutôt qu’aux victimes. En cela, il semble s’accrocher à une vision internaliste de l’histoire au cinéma, et nier la pertinence de points de vue alternatifs à la vision dominante. En outre, l’auteur affirme que les inégalités de la société américaine sont dues à des facteurs économiques plus qu’à des tensions communautaires. Néanmoins, les études montrent la sous-représentation des ethnies non-caucasiennes dans le cinéma américain [6]. Comment une telle différenciation pourrait-elle être uniquement due à des causes économiques ? En conclusion de son ouvrage, David Da Silva appelle à un cinéma plus inclusif, mais sans toutefois risquer de provoquer des conflits de minorités. Une aspiration étrange au politiquement correct…


Ouvrage de référence: Da Silva, David, et Hervé Préfacier Dumont. 2020. « Cultural Studies » et Hollywood: le passé remanié. La Madeleine, France: LettMotif.

[1] Le Temps. 2020. « Un film historique doit-il être réaliste? », 17 décembre 2020. https://www.letemps.ch/video/culture/un-film-historique-doitil-realiste.

[2] Gutfreind, Cristiane Freitas. 2009. « Les approches phénoménologiques entre cinéma et histoire ». Sociétés n° 103 (1): 21‑31.

[3] White Anglo-Saxon Protestant, Archétype caricatural de la classe dominante aux USA, descendante d’immigrés européens protestants conservateurs.

[4] « Cinéma : qu’est-ce que le “whitewashing” ? » 2017. Franceinfo. 12 mai 2017. https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/cinema-debut-de-mobilisation-contre-le-whitewashing_2187601.html.

[5] « How Oscars’ New Inclusion Requirements Compare With BAFTAs’ ». 2020. The Hollywood Reporter. 16 septembre 2020. https://www.hollywoodreporter.com/news/how-oscars-new-inclusion-requirements-compare-with-baftas.

[6] Pieper, Katerine. 2014. « Race Ethnicity in 600 Popular Films », USC Annenberg . https://annenberg.usc.edu/sites/default/files/MDSCI_Race_Ethnicity_in_600_Popular_Films.pdf.

Crédits Photographiques: « Spike Lee Recieves Wexner Prize » par Wexner Center licence CC


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search