Le mécanisme des infox au XXIe siècle : un complot contre notre cerveau.

La vision de la connaissance à travers les lunettes de Google, Illustration aux feutres par Colic Joséphine, Strasbourg, 5/03/2021

Nous sommes tous de grands crédules, aussi intelligents que nous puissions être. Ceci n’est ni une provocation ni un blasphème car nous n’y pouvons rien. Par ses propres mécanismes, notre cerveau peut nous faire croire inconsciemment aux pires absurdités et ceci est amplifié par l’usage d’Internet.

  « La démocratie des Crédules »[1] de Gerald Bronner propose une lecture enrichissante sur le fonctionnement des infox au XXIe siècle. Mais plus j’ai avancé dans l’ouvrage plus il me faisait comprendre que j’étais naïve. Après des échecs consécutifs aux tests de crédulité je n’avais qu’une seule envie c’était de jeter ce livre à la poubelle. Ravalant mon égo j’ai continué la lecture et Bronner qui m’a ensuite susurré que ce n’était pas ma faute si je suis crédule mais que c’était les médias et surtout Internet qui me retournaient le cerveau, voilà ses arguments.

Nos failles cognitives au service de l’infox

Notre cerveau est gourmand…

Notre cerveau a toujours besoin d’être stimulé et même si certains d’entre nous ont une soif plus ou moins grande de connaissances, il n’empêche que la curiosité nous habite tous c’est l’ « avarice mentale »[1]. Celle-ci se confronte alors avec l’infinité d’informations et l’accès libre que le Web.2.0 propose. 50% de la population mondiale possède Internet, et 80% pour la population européenne [2] ! Internet offre la possibilité à n’importe qui de publier du contenu en effectuant peu de contrôles qualitatifs et n’ayant pas de limite de stockage. Internet propose donc une offre et un marché cognitif révolutionnaire par rapport aux autres formes de médias. Certes notre cerveau est repu avec autant d’informations à disposition, mais ne se soucie pas de l’intoxication intellectuelle.

…mais pas gourmet et en plus fainéant !

Certes il se goinfre sur Internet mais notre cerveau a du mal à faire le tri entre le vrai et le faux car il est modelé selon notre éducation, nos croyances et il a du mal à s’en détacher. Avec des expériences mentales l’auteur montre qu’on a tendance à se concentrer sur ce qui confirme nos croyances plutôt que ce qui les infirmes c’est le « biais de confirmation ». Google, grâce à nos historiques de recherches, oriente  les résultats d’une recherche vers ce qui correspond à nos opinions et va alors les pérenniser. La vérification sera plus laborieuse et notre cerveau est un grand fainéant.  Il y a aussi un « oligopole cognitif sur internet » instauré par les croyants[3] car c’est eux qui mettent le plus d’énergie à prouver leurs théories, monopolisant une place considérable sur le contenu autour d’une hypothèse car ceux qui voudrait la démonter se fatigueraient énormément et propose ainsi moins de contenus infirmatif. Le danger ici est que les personnes sans opinions peuvent vite être influencées par des fausses informations.

Notre cerveau est friand de romanesque

Une ribambelle d’arguments, une intrigue, une révélation spectaculaire et nous voilà séduit. Voilà les outils qu’Internet proposent aux infox. Avec la libre publication et le non-contrôle de mise en forme de contenu, nous pouvons emballer une théorie absurde d’un papier cadeau chatoyant. Même les journaux et d’autres formes de médias utilisent ces libertés d’éditions et d’expression pour diffuser des absurdités car avec l’augmentation des réseaux informationnels du XXIe siècle beaucoup ne sont pas certifiés et cherchent juste à faire du buzz grâce à un scoop non vérifié. Sauf qu’Internet, par ses logiciels, peut alimenter une théorie, de photos retouchées, de citations détournées ou de calculs truqués, plus facilement que d’autre formes de médias. Cette cumulation argumentative et de preuves peut s’avérer très convaincante et difficile à dissoudre.

Les sciences dans ce tourbillon d’infox du Web.2.0

Des sciences en perte de visibilité

La massification de l’information du XXIe siècle grâce à Internet impacte fortement la visibilité du contenu scientifique et de la connaissance véritable. Bronner explique qu’il y a deux grandes raisons à cela. La première étant de nouveau notre cerveau, car il est fainéant mais aussi rêveur. Il se retrouve facilement dans l’inconfort mental face à la connaissance scientifique, complexe et pas assez magique à son goût. Ce qui le déçoit et le décourage des sciences. La deuxième raison étant que les scientifiques prennent rarement le temps pour démentir des fake-news dans leurs domaines, ils ont d’autres priorités que de se confronter à des arguments qui leur paraissent absurdes. Ainsi le contenu scientifique se noie sous les infox.

Des sciences controversées.

Les fake-news sont vicieuses et volent aux sciences leur discours. En utilisant les mêmes méthodes d’argumentation, d’administration de la preuve mais en simplifiant l’ensemble pour le rendre plus accessible, une fausse théorie scientifique peut paraître convaincante et il devient compliqué pour le public de savoir qu’est ce qui est aujourd’hui du contenu scientifique certifié. Les publications scientifiques subissent aussi une certaine pression médiatique et financière ce qui presse les chercheurs à publier des résultats précipitamment et ceux-ci peuvent s’avérer inexacts par la suite,  entraînant ainsi une méfiance du public, décrédibilisant la légitimité scientifique.

Quelles solutions pour accéder à la connaissance véritable au XXIe siècle ?

Notre cerveau : ce chantier

Pour Bronner, il faut remodeler notre cerveau, s’exercer dès le plus jeune âge à le faire douter face à une information et l’encourager grâce à des méthodes de vérification concrètes qui doivent être mise en place dans le système éducatif. Bronner insiste donc pour une réforme de l’éducation dite scolaire cependant en étant de la génération Y et donc directement confronté aux infox des réseaux sociaux au quotidien je pense qu’il faudrait mettre en place des avertissement plus important concernant les réseaux dans la sphère familiale. Aujourd’hui des enfants de moins de 10 ans ont déjà un téléphone et un accès total à Internet. Personnellement je pense que plus on tombe tôt dans le piège de la toile plus notre cerveau aura du mal à en sortir et plus il aura de difficultés à reconnaître la bonne, la véritable connaissance.

Une science tendance

Mais ce n’est pas seulement à notre cerveau d’être remodelé, la communication scientifique doit aussi trouver des moyens de franchir nos failles intellectuelles. Elle doit se présenter de manière, plus simple afin de ne pas nous désintéresser. La diffusion de l’information scientifique doit se renouveler et utiliser le marketing cognitif d’Internet à son avantage. Mais il faudrait aussi instaurer des sanctions pour ceux qui promulguent et diffusent les fake-news pour une meilleure visibilité des sciences.

Une nouveau régime politique pour une diet des fake-news ?

Outre nos failles cognitives au service de l’infox, l’ouvrage insiste aussi sur le rôle de la mise en place de la démocratie comme déclencheur de la libéralisation et donc de la diffusion croissante des fakes news. Cependant étant plutôt optimiste pour essayer de remodeler nos cerveaux, je le suis moins pour un remodelage du système politique. Aujourd’hui la liberté d’expression est une valeur démocratique importante pour les citoyens, si on cherchait à la limiter après des siècles de combats pour faire entendre leurs voix, ils risquent de crier à la dictature. Un retour en arrière semble donc impossible sans risquer de froisser les individus, cependant si il n’y pas un minimum de contrôle sur les informations qui se propagent sur le net nous tendons vers une véritable « démocratie des crédules ». Mais il faut aussi nuancer le propos de Bronner car Internet et son ami Google peuvent aussi être des sources de connaissances enrichissantes ! Cependant il est intéressant de voir comment un régime politique peut impacter nos connaissance négativement alors qu’il nous laisse plus de liberté pour élargir nos horizons intellectuels.

Et vous, serez-vous assez crédules pour croire ces lignes ?


[1] Gerald Bronner, La démocratie des crédules, Paris, PUF, 2013

[2] https://fr.statista.com/infographie/17328/utilisateurs-internet-dans-le-monde/

[3] Bronner définit les croyants non dans le sens strictement religieux mais dans le sens de ceux qui défendent leurs croyances fausses ou non. C’est ceux qui ont un réel engagement dans leurs croyances et qui militent pour.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search