Focus sur Muséocovid – Échafauder nos réflexions pour reconstruire l’univers muséal

Cela fait aujourd’hui 144 jours que la culture a été sacrifiée ; sans aucune statistique, étude ou témoignage prouvant l’existence de foyers épidémiques dans ces structures où résident le partage de connaissances et de savoirs.

Le calme avant la tempête, c’est sans doute l’expression qui s’applique le mieux à la situation dans laquelle nous sommes engagés depuis un an, malgré nous. Il est incontestable qu’un renversement inédit et irréversible émergera dans l’univers muséal, une perturbation qui métamorphosera les horizons du concept même de « musée ». Le changement impressionne et angoisse ; néanmoins le découragement s’éclipse progressivement. Une ambition impatiente superposée à une détermination innovante éclot dans le réseau muséal. Comment cultiver cette intense énergie de réflexion et d’introspection, afin de réintégrer rapidement la culture dans notre société, étouffée par l’anxiété et affaiblie par la rupture de lien social ?

Muséocovid, co-construire l’avenir du musée…

L’année 2020 se traduit, pour les métiers du musée, par une non-progression professionnelle sans précédent, due à une stérilité d’échange, de partage d’expérience ou de formation en présentiel. Muséocovid répond à cette situation par la création d’un espace de partage, composé de plusieurs ateliers virtuels où nous pouvons nous questionner et nous interroger quant au contrecoup de la crise sanitaire sur les musées et lieux d’expositions. C’est alors que les objectifs et réflexions se superposent, aspirant à moderniser et réinventer le musée, ainsi que son rapport au visiteur, à l’espace, à la médiation, à la culture. Deux rencontres ont déjà eu lieu : « Réinvestir l’espace du musée » le 19 mai 2020 et « Comment adapter nos médiations » le 25 juin 2020. Chacune de ses rencontres ont été résumées par un compte-rendu complet des problématiques évoquées. Si vous pensez y voir une solution concrète ainsi qu’une nouvelle définition de lieux de musée, vous pouvez rebrousser chemin. Ce n’est qu’une remise en question approfondie de l’institution muséale en son ensemble, sans barrière hiérarchique, par le partage d’analyses authentiques et passionnées d’individus souhaitant une stimulation intellectuelle par un échange avec leurs pairs.

… en utilisant le virtuel comme fondation…

Une difficulté d’adaptation se faisait ressentir par les professionnels durant la première rencontre, sans doute par manque de formation à l’utilisation du numérique. Des webinaires, coachings ou moocs ont été établis dans un but de formation au digital. Néanmoins durant la seconde rencontre, je discernais essentiellement de l’assurance ; aucun problème à signaler virtuellement. Le lien avec le public a été consolidé par les réseaux sociaux, et ont même permis de toucher des publics nouveaux. Les médiations virtuelles ont quant à elles explosées sous des formes très variées. En présentiel, Les institutions ont concentré leurs financements dans les audioguides, ainsi que dans des applications interactives disponibles sur les smartphones de chaque visiteur, afin de ne pas mettre de côté l’immersion et l’interaction.

La résultante de ce développement est la proximité du public, de l’internaute avec le musée. Seulement il est difficultueux de trouver le parfait équilibre entre le virtuel et la médiation physique. Une surcharge de travail est à pressentir. Cela nous amène à imaginer un tournant éventuel dans l’histoire du musée occasionnant la création de nouveaux postes. En effet, une insécurité de l’emploi dans les musées est largement mise en exergue. Certains postes se fragilisent (médiateur, guide vacataire, saisonnier, apprenti…) et d’autres se manifestent (spécialiste des réseaux sociaux ou métiers touchant au numérique). Cette transition plus ou moins longue permettra à long terme une stabilisation après avoir redéfini chaque rôle de chaque acteur dans l’espace muséal.

Le travail en réseaux, entre petits et grands musées, est loin d’être à négliger. Le partage d’expérience permettrait une progression exponentielle, en créant par exemple une banque de données collectives, et éviter ainsi des erreurs répétées dans différents musées. Les collaborations et les partenariats sont également primordiales, il s’agit d’avancer ensemble pour faire face à cette crise. Une rétrospection régulière et collective sera la clé.

… sans perdre la chaleur humaine et physique et l’interactivité.

L’expérience virtuelle ne pourra jamais se substituer radicalement à l’expérience physique de la médiation, et les acteurs de cette rencontre en ont pris conscience. En outre, l’habilité du virtuel n’est pas dotée à tout le monde et peuvent exclure certaines parties de la société comme nos ainés ou le public des plus jeunes.

Le plaisir d’apprendre, l’immersion et le sensoriel ont été les mots clés des musées du XXIème siècle. Malheureusement, les règles sanitaires effacent la chaleur de ces structures ainsi que les interactions entre public et médiateur, public et collection, public et culture. Il n’est envisageable pour personne de retourner à un lieu de savoir ne plaçant pas le visiteur en tant qu’acteur de sa visite. Le windowmuseum[1] et les médiations extérieures semblent être une alternative parfaitement adéquate, où les règles sanitaires ne sont pas aussi strictes et où la liberté transparaît. Ajouté à cela, des groupes réduits permettent une interaction plus riche malgré la contrainte de masques en plexiglas, leur demandant un effort supplémentaire de communication.

Le compte-rendu des rencontres est accessible par tous, afin que ces perspectives futuristes soient entendues, appropriées puis utilisées par chaque structure de transmission de savoir. La visée est la même pour tous : revenir à un musée, symbole de partage, de valorisation du patrimoine, et d’enjeux socio-culturel. En lisant ces idées, ce qui m’envahit est l’optimisme d’une réouverture progressive des musées physiques, et par conséquent, continuer l’expérimentation de multiples modes de médiation, malgré une inconstance de protocole s’avérant durable.

Une troisième rencontre se déroulera le 24 novembre 2021, et portera sur le thème suivant : « Repenser le temps des musées. Quelles temporalités pour demain ? « . J’attends avec impatience le retour de cette troisième rencontre, en espérant sensiblement que nous laisserons ces institutions muséales expérimenter leurs projets et ambitions.

Bibliographie :

Ressources :


[1] Dispositif permettant de regarder les œuvres et collections depuis la rue.


elisajoly

Titulaire de la licence de "Sciences de la Vie" à l'Université de Strasbourg, j'ai souhaité approfondir mon rapport à la science d'un point de vue épistémologique par le biais du Master Science et Société. Ayant toujours été passionnée par la transmission de savoirs scientifiques chez les plus jeunes, j'aspire à évoluer dans le domaine de la médiation scientifique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search