Illusion de la satisfaction : manifeste contre les ravages des réseaux sociaux sur notre santé mentale

Le carnet de recherche des étudiant.es du Master Sciences-Société accueille les manifestes des étudiant.es de Licence 2 en CPES Sciences-Société. Ces textes ont été rédigés dans un contexte de questionnement épistémologique et de problématisation du rapport entre les différents registres de savoirs, en lien avec la question des recherches participatives, inspirés notamment par le Manifeste DingDingDong, de l'Institut de coproduction de savoirs sur la maladie de Huntington. 
Merci aux étudiant.es du Master Science-Société qui ont effectué un travail de relecture et de conseil sur ces textes, publiés avec l'accord de leurs autrices et auteurs.

De nos jours, nous sommes confrontés à une croissance remarquable, voire exponentielle, du nombre de personnes souffrant d’une addiction ou d’une dépendance aux réseaux sociaux. Cette préoccupation grandissante suscite une réflexion profonde sur l’impact de ces plateformes sur notre bien-être psychologique et social. Alors que ces plateformes sont censées nous connecter et nous aider à communiquer, elles ont créé l’illusion de la satisfaction qui nous pousse à y passer des heures sans fin au détriment de notre bien- être mental et physique. Nous, en tant qu’utilisateur, avons perdu le contrôle sur notre consommation et nous tombons peu à peu dans l’addiction.

L’addiction aux réseaux sociaux peut se définir comme une habitude répétitive dont l’individu a du mal à se soustraire et qui accroît le risque de maladie, ou est associée à des problèmes psychiques, personnels ou sociaux (définition de Griffith, Kuss, Billieux & Pontes de 2016).

C’est pourquoi nous avons décidé de rédiger ce manifeste contre les ravages des réseaux sociaux sur notre santé mentale, afin de sensibiliser les utilisateurs aux dangers de cette pratique, et de les inciter à prendre des mesures pour préserver leur bien-être psychologique et social. Nous espérons que ce manifeste contribuera à ouvrir les yeux de tous quant à l’impact des réseaux sociaux sur notre vie quotidienne et poussera à un usage plus responsable et équilibré de ces plateformes. Nous aspirons également à susciter une prise de conscience politique et à contribuer à la mise en place de mesures de protection citoyenne face aux risques liés à l’utilisation de ceux-ci.

Les réseaux sociaux nous permettent d’accéder à un univers virtuel sans limite qui permet d’interagir avec n’importe qui, n’importe quand, pour partager n’importe quoi. Derrière ce portrait utopique, les réseaux sociaux sont en réalité moins bénéfiques qu’il n’y paraît. En effet, ces derniers peuvent être à l’origine de troubles psychologiques et physiologiques sévères pour certains individus, pouvant notamment se traduire par des dépendances.

Nous pouvons comparer cette addiction aux réseaux sociaux à des dépendances plus “traditionnelles”, telles que celles à l’alcool, à la cigarette ou aux substances psychoactives. Si nous procédons à ce parallèle, c’est bien parce que l’addiction aux réseaux sociaux est incontrôlée et compulsive : on ne parvient plus à s’en défaire.

Un des facteurs à prendre en compte est l’omniprésence des smartphones dans notre quotidien. Selon un sondage mené par la BVA, 70% des Français interrogés estiment utiliser leur smartphone toutes les 5 minutes. La tentation est à portée de main et disponible de manière illimitée. Nous observons alors une dépendance croissante des individus envers leur smartphone, qui va de pair avec l’émergence de troubles psychologiques inédits.

Certains auteurs ont ainsi pu constater l’apparition de nouveaux types de troubles tels que le FOMO : « Fear of missing out ». Il s’agit de la crainte que d’autres pourraient vivre des expériences enrichissantes sans nous. Cette crainte pousse l’utilisateur à être constamment connecté pour ne louper aucune information ou interaction. Ce trouble naît des deux principaux besoins sociaux des internautes : le besoin de popularité et le besoin de reconnaissance sociale.

En effet, au cours d’une étude menée en 2012 (Couderc, 2012), des chercheurs ont constaté que de toutes les motivations psychosociales conduisant à une forte activité sur les réseaux sociaux, c’est bien ce besoin de popularité qui apparaît comme dominant. Les individus avec une haute estime d’eux dans la vie courante s’investissent énormément sur les réseaux sociaux, pour se créer une page permettant d’étaler une vie falsifiée mais qui paraîtra comme idéale aux yeux des autres utilisateurs.

Ces mêmes auteurs ont également constaté que ces plateformes agissent comme un dispositif de compensation sociale. Puisque certains utilisateurs ont une faible reconnaissance sociale dans leur vie quotidienne, ils vont chercher à compenser à travers ces réseaux en maximisant le nombre d’interactions possibles (like, follow, commentaires, etc.)

Nous nous opposons à ce que les réseaux sociaux enferment ainsi les utilisateurs dans un monde virtuel illusoire qui ne répond pas à la réalité, au détriment de leur bien-être.

Nous dénonçons, au-delà des dérèglements psychologiques, les altérations physiologiques que peuvent créer les réseaux sociaux :

D’une part, même si ces réseaux offrent la possibilité d’être en constante interaction avec d’autres utilisateurs, ces derniers ont plutôt tendance à isoler les utilisateurs dépendants, qui s’enferment dans un monde fictif au dépend des interactions réelles. Une étude menée par des chercheurs de l’Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication établit un lien de causalité entre le développement de troubles anxieux et
dépressifs et le temps passé derrière un écran. Un déficit de sérotonine lié à un temps d’écran excessif pourrait être à l’origine de ces problèmes psychologiques.

D’autre part, les réseaux sociaux soulèvent une préoccupation sérieuse quant à leur impact sur la régulation de la dopamine dans notre cerveau. Cette hormone est celle de la récompense, et procure un sentiment de plaisir et de bien-être lorsqu’un individu effectue une action naturellement bénéfique (manger, dormir, procréer, …) Cependant, les réseaux sociaux viennent complètement dérégler le rapport à la dopamine, en y offrant un accès facile et illimité : c’est l’illusion de satisfaction. De ce fait, les individus dépendants ne voient plus de bénéfices à rechercher du plaisir dans d’autres activités, qui sollicitent bien plus d’efforts et d’investissement pour susciter une sensation de satisfaction similaire.

Nous constatons avec inquiétude, le désintérêt envers toutes autres activités, engendré par l’utilisation excessive des réseaux sociaux. Nous demandons, en conséquence, que les dangers inhérents aux réseaux sociaux s’affichent comme une question et un enjeu majeur à résoudre.

C’est pourquoi nous proposons différentes pistes pour y venir à bout.

Nous souhaitons une sensibilisation plus forte des utilisateurs :

L’instauration d’une politique de prévention est nécessaire. Il est essentiel que ceux qui ne sont pas encore utilisateurs de réseaux sociaux soient conscients des risques qu’ils encourent en rejoignant ces plateformes, tout comme il est crucial que les professionnels de santé soient présents pour aider les utilisateurs à faire face aux défis liés à ces technologies.

Si les futurs utilisateurs, en particulier les jeunes, doivent être alarmés à propos de ces dangers afin que leur consommation ultérieure soit plus saine, les utilisateurs actuels doivent également être mis en courant des risques qu’ils encourent pour pouvoir s’en rendre compte et ainsi raisonner leur utilisation.

Nous demandons une prise en charge rapide et un meilleur suivi des patients :

Il est impératif que les patients soient compris et accompagnés correctement pour lutter contre l’addiction. L’entourage du malade est lui aussi concerné et a besoin d’un soutien en raison de son désarroi face à la situation et à l’incertitude quant à la façon d’aider le malade.

Nous appelons à une prise de conscience du corps médical sur la situation qui s’accélère et s’aggrave de manière inopinée.

Nous sollicitons un suivi des patients qui ont déjà été atteints et diagnostiqués :

Car même après une guérison réussie, il est possible de faire face à des rechutes. Il est également primordial de donner la parole à ces personnes afin qu’elles puissent partager leur expérience notamment en sensibilisant sur les risques encourus en l’absence de vigilance sur les réseaux sociaux.

Bien que souvent négligée jusqu’à maintenant, l’addiction aux réseaux sociaux est un problème de santé publique. La santé mentale de la population devrait être une priorité et doit être prise en charge par les responsables politiques.

Nous proposons des solutions médicales pour des patients en plein déni par rapport à leur situation :

Le sevrage contrôlé connaît, selon le centre thérapeutique la Villa Flora à Sierre en Valais, de bons résultats auprès de ses patients notamment à travers l’administration de médicaments adaptés aux symptômes de la cyberdépendance tels que l’anxiété, la dépression, les troubles du sommeil, etc.

Ce sevrage passe également par la proposition d’activités de substitution aux réseaux sociaux, qui ont pour objectif l’abstinence et une amélioration de la qualité de vie.

Nous préconisons la mise en place dans chaque région de communautés thérapeutiques libres d’accès à tous, qui apportent un soutien moral, médical et également financier pour toute personne nécessitant un suivi psychologique.

Enfin, nous sollicitons l’intervention d’organismes afin de soutenir la réintégration sociale des individus qui ont souffert d’addiction et se sont isolés.

Aristote soulignait l’importance de la vie sociale pour l’épanouissement humain par sa citation : “l’Homme est un animal social”. Conscients de cette problématique, nous sommes attachés à un suivi personnalisé pour les accompagner dans leur processus de réinsertion sociale et professionnelle. En effet, la participation à la vie sociale s’est avérée être la meilleure cure trouvée jusqu’à présent contre les addictions. C’est pourquoi il est nécessaire de promouvoir des activités de substitutions aux réseaux sociaux, telles que les activités sportives, culturelles et autres.

Nous refusons de laisser les réseaux sociaux détériorer progressivement la santé mentale de leurs utilisateurs, qui se font de plus en plus nombreux et de plus en plus jeunes.

Nous appréhendons les effets délétères qu’aurait un trop grand laxisme vis-à -vis de l’encadrement des réseaux sociaux, notamment à propos de leurs effets sur l’estime, la sociabilité, l’anxiété, la dépression mais aussi la productivité et la concentration de leurs utilisateurs.

Nous dénonçons l’absence d’un régime spécial de responsabilité pour les entreprises de réseaux sociaux, en particulier en matière de protection de la santé mentale de leurs utilisateurs. Ce manque se traduisant notamment par une relative impunité des entreprises gérant ces plateformes.

Nous dénonçons de surcroît l’inégalité de considération entre la protection des données personnelles et la protection de la santé mentale des internautes.

Nous appelons à une réaction des dirigeants politiques nationaux et européens voire internationaux afin de protéger la part importante et croissante de citoyens concernés. Cela passe notamment par :

– La restriction du temps d’exposition et de l’accès aux réseaux sociaux selon l’âge ;

– Le développement d’algorithmes détectant les signes de détresse psychologique et les signes avant-coureur d’un problème de santé mentale chez les utilisateurs ainsi que d’une surveillance accrue des comportements à risque ;

– La stimulation de la recherche sur les effets des réseaux sociaux sur la santé mentale et la concentration, pour mieux comprendre les risques et les avantages potentiels de l’utilisation des réseaux sociaux ;

– La prise en charge de campagnes de sensibilisation pour encourager les utilisateurs à utiliser les réseaux sociaux de manière saine et responsable.

En résumé, nous exhortons les internautes, les professionnels de la santé et les décideurs politiques à prendre conscience des effets nocifs des réseaux sociaux sur la santé mentale.

Nous encourageons la recherche scientifique pour mieux comprendre les conséquences de leur utilisation et plaidons pour des mesures de prévention et d’accompagnement adaptées.

Enfin, nous préconisons l’accès pour tous à des communautés thérapeutiques offrant un soutien complet aux personnes nécessitant un suivi psychologique.

Bibliographie :

Étienne COUDERC, « Recherche d’une addiction aux réseaux sociaux et étude du profil
d’utilisateur concerné
», Thèse de doctorat en psychiatrie, sous la direction du docteur Éric
CHARLES, Limoges, Faculté de médecine, 2012.

Didier COURBET, Marie-Pierre FOURQUET-COURBET, Stéphane AMATO, « « Addictions » et
comportements problématiques liés à Internet et aux réseaux sociaux. Synthèse critique des
recherches et nouvelles perspectives
», ESSACHESS. Journal for Communication Studies, vol.
13, no 1(25), 2020, p. 209-235.

Ourari KACI, Madi AMAZIGH, « Réseaux sociaux et perception du corps chez les adolescents »,
Revue Santé Mentale et Neurosciences, Vol 4 (8), 2023, p. 10-20.

Houssem Edine Nasr, Kaouther Saied Ben Rached, « La Cyberdépendance : Cas de l’addiction
au réseau social Facebook
», La Revue Gestion et Organisation, Volume 7, 2015, p. 125 – 134.

Marie-Pierre Fourquet-Courbet et Didier Courbet, « Anxiété, dépression et addiction liées à la
communication numérique
», Revue française des sciences de l’information et de la
communication [En ligne], numéro 11, 2017.

Jim PITTET, « État des lieux sur l’addiction aux réseaux sociaux en Valais », Mémoire pour
l’obtention du diplôme ES de MSP, sous la direction de Régis VOLLUZ, Sion, HES-SO, 2013.



Citer ce billet
autrice (2023, 21 décembre). Illusion de la satisfaction : manifeste contre les ravages des réseaux sociaux sur notre santé mentale. Contrepoints. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf05

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search