Pas de mots sur nos maux : manifeste contre la violence du manque d’informations et de données sur la santé féminine

Le carnet de recherche des étudiant.es du Master Sciences-Société accueille les manifestes des étudiant.es de Licence 2 en CPES Sciences-Société. Ces textes ont été rédigés dans un contexte de questionnement épistémologique et de problématisation du rapport entre les différents registres de savoirs, en lien avec la question des recherches participatives, inspirés notamment par le Manifeste DingDingDong, de l'Institut de coproduction de savoirs sur la maladie de Huntington. Merci aux étudiant.es du Master Science-Société qui ont effectué un travail de relecture et de conseil sur ces textes, publiés avec l'accord de leurs autrices et auteurs.

En tant que femmes, nous sommes fatiguées par cette situation où nos souffrances sont minimisées et où la science ne sait pas nous apporter de réponse, c’est pourquoi nous écrivons.

Les recherches médicales sur la santé féminine sont concentrées sur leur qualité de reproduction, délaissant les autres problèmes de santé des femmes. Nous manquons de données et par conséquent de solutions pour les femmes. Les femmes sont trop souvent réduites à leur capacité maternelle (1).

Les recherches et essais cliniques actuels portent en majeure partie sur des patients hommes, oubliant les femmes et le fonctionnement de leurs corps. Ceci implique des risques non seulement physiques mais aussi psychologiques pour celles-ci, les dénigrant et les minimisant.

Les problèmes de santé féminine sont minimisés et banalisés. Les femmes ne sont pas prises au sérieux, à propos de leur propre souffrance. Ce manque de considération crée des violences psychologiques mais aussi physique, aggravant ces problèmes de santé. Ce système crée de réelles menaces pour la vie. Délaissées et dénigrées, les femmes font l’objet de violences médicales et d’un manque d’écoute permanent (2).

Un manque d’informations et d’éducation à l’école aggrave la situation. Nous retrouvons des élèves mal informés avec des manuels scolaires pas à jour et pas représentatifs de la réalité (3).

Les enseignants, non-formés, se sentent dépassés face aux nouveaux questionnements des élèves depuis la levée du tabou concernant le corps des femmes.

Nous dénonçons le manque de représentation des femmes dans les essais et les études cliniques, nous refusons l’invisibilisation des douleurs féminines et l’errance médicale trop fréquente qui mène à l’isolement et nous récusons le manque de moyens éducatifs mis à disposition pour faire face à ce problème qu’est la violence du manque d’informations et de données sur la santé féminine.

Nous demandons à Madame Isabelle Lonvis-Rome, la ministre de l’Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Egalité des chances, ainsi qu’à Madame Elise Haffen, conseillère chargée de la santé des femmes et des solidarités, et enfin à Monsieur Français Braun, ministre de la Santé et de la Prévention, de travailler ensemble et de renforcer la loi de 2016, mise en œuvre par Madame Marisol Touraine, intitulée “Loi de Modernisation de notre système de Santé”. Il s’agit ici de compléter les points concernant la santé des femmes, notamment, une législation claire sur l’obligation de faire des essais cliniques à part égale sur les femmes et les hommes. Puisque les corps n’ont pas tous les mêmes caractéristiques physiques et biologiques, il est nécessaire que tout test effectué sur un homme soit également effectué sur une femme (lors des maladies présentes chez les 2 genres) afin que la science et la médecine comprennent comment traiter ce genre de pathologies chez les patientes. Il est impératif que toute femme soit considérée comme un être humain et non pas comme une machine à reproduire. C’est pourquoi il faut que toute maladie soit prévenue, détectée, traitée de la même manière chez les femmes et les hommes (4).

Nous demandons au conseil national des médecins, au collège national des gynécologues et obstétriciens français et à l’association nationale des internes en gynécologie de sensibiliser et de former leurs équipes médicales aux problèmes de santé féminine. Il serait pertinent d’organiser des colloques (5), des formations sur
l’importance de l’écoute des patientes. Trop souvent dénigrées, trop souvent minimisées, les souffrances féminines doivent être mises au cœur des préoccupations lors des consultations avec les patientes. Il ne faut plus limiter les femmes à leur utérus.

Nous demandons au ministre de l’Education Nationale et de la jeunesse, Monsieur Pap Ndiaye, ainsi qu’aux rédacteurs des manuels scolaires et aux éditeurs des manuels scolaires de repenser les programmes scolaires et l’organisation des cours d’éducation sexuelle (6).

Il est nécessaire de repenser les manuels à travers des colloques avec des experts de la santé et de la sexualité féminine, afin d’avoir des bases solides et des représentations réalistes du corps humain. Par ailleurs, il
faudrait aussi organiser des sessions de formation pour les enseignant.es afin de les sensibiliser aux questions de sexualité et de genre pour leur donner les clés nécessaires pour accompagner au mieux les jeunes dans leur quête de soi. Pour finir, concernant les cours d’éducation sexuelle, ceux-ci doivent être renforcés et réalisés de manière plus régulière sur les différentes années de scolarité afin de parler, chaque année, de sujets en adéquation avec le public visé (7).

Nous appelons à la mise en place d’une convention citoyenne sur les questionnements liés à la santé et la sexualité féminine, pour permettre à chacun d’apporter sa pierre à l’édifice d’une société plus égalitaire et plus
attentive à la condition des femmes.

Par des femmes, pour les femmes.

BIBLIOGRAPHIE

(1) et (4) https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2006-2-page-16.htm:
M. Membrado, Nouvelles questions féministes, 2006: “Les travaux scientifiques sur la santé des
femmes tournent essentiellement autour du corps reproducteur, des menstruations et de la
stérilité”. En dehors de ce sujet, d’autres pathologies comme l’alcoolisme par exemple sont
complètement niés comme pouvant être vécus par des femmes.

(2) https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=DELIB_013_0073: A. Evrard, Délibérée, 2021
: “Les droits les plus fondamentaux de la femme sont souvent baffoués par les médecins: le droit
à l’information en premier lieu”. La femme n’est pas prise au sérieux et son consentement n’est
plus alors recherché pour engager des actions médicales, ce qui donne lieu à des violences
médicales. De plus “la douleur exprimée par les femmes est minimisée ou niée”.

(3) https://www-cairn-info.scd-rproxy.u-strasbg.fr/revue-sante-publique-2008-6-page-527.htm: S.
E. Khrami, D. Berg, Santé Publique, 2008: “Description et déterminants des conceptions des
enseignants de 4 pays méditerranéens sur l’éducation à la sexualité”. Etude menée sur 19 pays
sur le niveau d’éducation sur la sexualité. L’étude montre des différences importantes en fonction
des pays, du à la culture et à la religion notamment, mais également en fonction du genre de
l’enseignant, et selon le niveau d’étude et l’exercice professionnel de celui-ci. De nombreux
facteurs influent la qualité et le contenu de l’éducation reçue par les enfants et adolescents en
matière de sexualité

(5) https://amades.hypotheses.org/6140: Journée d’études “SOIGNER : AIDER OU DOMINER”,
2017. Colloque sur la question des rapports de pouvoirs soignant/ soignés, modèle que l’on
devrait étendre pour continuer la réflexion.

(6) https://journals.openedition.org/clio/436#tocto1n1: Y. Knibiehler, “L’éducation sexuelle des
filles au XXe siècle”, 1996. Au 19e siècle, l’éducation des filles étaient très superficielles pour
protéger leur soit disant “innocence”. Ce n’est qu’au 20e siècle que les médecins ont manifesté la
nécessité de sortir de l’obscurantisme vis à vis de son propre fonctionnement. Ce n’est qu’en
1979 qu’une circulaire est publiés à l’attention aux chefs d’établissement pour amorcer un
semblant d’éducation sexuelle obligatoire à l’école.

(7) https://www.exemplaire.com.ulaval.ca/reportages/education-sexuelle-dans-les-ecoles-quelle-
formation-pour-les-professeurs/: J. Joly, mars 2018, “Éducation sexuelle dans les écoles : quelle
formation pour les professeurs?”. Au Québec, le projet Pilote propose d’adapter le contenu des
cours d’éducation sexuelle à l’age des élèves.



Citer ce billet
autrice (2023, 21 décembre). Pas de mots sur nos maux : manifeste contre la violence du manque d’informations et de données sur la santé féminine. Contrepoints. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf06

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search