Equipe éditoriale 2020-2021

Joséphine COLIC – Étant fascinée par la complexité et la beauté de la nature, j’ai toujours pensé depuis le lycée que les sciences de la vie étaient faites pour moi, ce qui m’a conduit à une licence de biologie. Cependant j’ai vite compris que je ne voulais pas pratiquer ou expérimenter la biologie mais la comprendre et étudier son histoire. D’où nous viennent ses instruments de laboratoire ? Qu’est-ce qui distingue la biologie d’une autre discipline ? Quel scientifique a fait cette découverte ? Comment cette découverte a été reçu par la société ? C’est pourquoi le master d’Epistémologie de Strasbourg a attisé ma curiosité, et m’a fait relever le défi de me confronter à des domaines scientifiques qui m’était resté inexplorés tels que la sociologie ou la philosophie des sciences. En en apprenant plus dans ces domaines j’ai découvert que je n’étais pas qu’une passionnée de biologie mais une amoureuse de sciences en générale, de ce qu’elles ont à m’apprendre sur le monde qui m’entoure, sur les autres mais aussi sur moi. Aujourd’hui je prends plus de recul sur les choses, je les remets dans leur contexte et j’essaye d’analyser tous les points de vues afin d’atteindre la meilleure compréhension possible. Je ne sais pas encore où ma soif de connaissance m’emmènera, tout ce que je sais c’est qu’elle me fait évoluer vers un horizon intellectuel infini.

Nicolas DA SILVA – Après avoir mis ma fascination pour les textes et la poésie à l’épreuve à l’issue d’un bac littéraire, je me suis tourné vers le choix qui me semblait le plus naturel : celui de rejoindre la faculté des lettres où je fît alors ma première année d’étude à l’université. Toutefois, quelque chose manquait à mon parcours. J’avais envie de mieux connaître mon monde et de me rendre capable m’adapter à plus de sujets de conversation et de débats. Je me suis alors tourné vers la faculté de philosophie où il m’a été possible d’exploiter en moi davantage encore de ressources. Une diversité alors trop explosive d’auteurs, de théories et de conceptions défilèrent devant moi. Si les lettres m’avaient permises de ressentir les textes alors la philosophie m’avait donné l’opportunité de mieux les explorer puis de les exploiter en engageant au maximum ma culture générale et me poussant même à la développer encore davantage que ce que j’avais espéré. Mon choix d’un master en épistémologie quant à lui tiens en grande partie du fait qu’il réside en moi une volonté encore grandissante de comprendre ce qu’est profondément l’intelligence et de savoir comment nos connaissances se sont érigées au fil des siècles. Je porte ainsi un grand intérêt à la question de l’avenir de l’intelligence : qu’était-elle hier ? Comment la définir aujourd’hui ? Comment la définira-t-on demain ?

Théo DE CLARA – 28 ans, randonneur et batteur de caisse claire ou de blanc en neige. Je suis friand d’essais, de romans, et de BD de préférence dans le domaine de la philosophie des sciences ou du fantastique, ou les deux. Auparavant étudiant en licence de biologie et physiologie à Strasbourg, je voulais interroger le monolithe qu’est la science. Je m’intéresse tout particulièrement à la légitimité des modes d’élaboration des connaissances en sciences, au rôle du hasard et à la créativité scientifique.

Nathan KRAEMER – Etudiant en master sciences et société à l’université de Strasbourg, mon passage en classes préparatoires au Lycée Kléber ainsi que l’obtention d’une licence de physique ont nourri mon attrait pour les sciences fondamentales. Cinéphile invétéré et musicien à mes heures perdues, je m’intéresse tout particulièrement aux apports réciproques entre arts et sciences, ainsi que leur influence sur la société.

Ludovic JOANNO – Étudiant de 26 ans en Master Science & Société. Mon premier rapport à la science s’est fait dans une colonie de vacance sur le thème de l’archéologie. Après ce premier émerveillement, je me suis ouvert, durant mon adolescence, à tous types de sciences ; sans qu’aucune d’elle ne me semble plus digne d’intérêt qu’une autre. De la géologie en passant par la biologie et l’astronomie, j’ai longtemps tâtonné avec des formations avortées qui m’ont faites comprendre que je n’aime pas « une » science en particulier, mais plutôt « les » sciences.

Alice LANDAIS – Ancienne étudiante en Etudes Théâtrales puis en Chimie Verte, l’envie de changement et d’une nouvelle approche des sciences m’a poussé vers le Master Science et Société. Les enseignements en histoire des sciences et les questionnements autour des études de genre sont pour moi source de curiosité et d’intérêt.

Maud LIEB – Après une Licence en Sciences de la Vie et de la Terre à l’Université de Strasbourg, j’ai intégré le Master Sciences et Société. Je suis enthousiasmée par l’étude des différentes composantes sociales qui entourent l’objet plein de subtilité qu’est la science. Je m’intéresse aussi particulièrement aux questions liées à la construction sociale du genre et des discriminations qui en découlent. La science étant plus que jamais au cœur du débat public, je suis convaincue de l’importance de la compréhension et du partage de ses enjeux.

Fanny MAHLER – Mon parcours universitaire a débuté par une licence de Psychologie avant d’intégrer le master Sciences et Société. La pluridisciplinarité du master est particulièrement enrichissante et permet d’engager une réflexion critique à bien des niveaux, notamment au travers des études de genre.

Je m’appelle Thomas MAUNIER, 22 années que je suis sur cette planète et je commence à peine à comprendre. J’ai étudié le fonctionnement du corps humain et ses troubles à toutes les échelles, puis la manière dont s’organise et évolue la faune comme la flore, dans le temps et l’espace, de leurs genèse jusqu’à nos jours. Désormais, je questionne tous ces apprentissages, à travers un regard plus humain, sur la façon dont ses savoirs se sont constitués. En parallèle, je cherche par moi-même à trouver mon propre regard, d’une part grâce à une multitude d’expériences, mais aussi grâce aux rencontres et aux relations, afin de poursuivre mon chemin de la meilleure façon possible, à travers les erreurs et les incertitudes. Bienvenue à toi dans ce flot incessant de pensées, de choix et de vie, je te souhaite une bonne lecture.

Birgit MULLER – Parcours d’études universitaires hétéroclite. Depuis toujours grand intérêt pour les sciences et les techniques sans jamais l’avoir transformé en projet professionnel. Métier exercé avant tout et pratiqué également à présent : ingénierie de formation. En Master Sciences et Société depuis 2019.

Alexandra VILOTTE – Ayant grandi dans une famille franco-mexicaine, j’ai vécu dans deux mondes complètement différents en même temps. Il me semble que c’est ça qui me pousse toujours à chercher un autre point de vue. Ainsi, après avoir fait des études en biologie, j’ai intégré le master sciences et société dans le but de questionner ce que j’ai appris et de voir la science sous une autre lumière. Passionnée par la botanique, je veux contribuer à rendre la science plus accessible et facile à comprendre.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search