Equipe éditoriale 2021-2022

Zoé Bourez

Formée aux Sciences de la Vie lors de mes trois années de Licence à l’Université de Strasbourg, et ne portant pas un grand intérêt à la pratique des sciences dans leur dimension expérimentale, le Master Sciences et Société m’est apparu comme une évidence. Dans une perspective d’histoire des sciences, je m’intéresse à l’occulte, à l’irrationnel et à l’attention que prêtent les sciences au mystère et à l’étrange. Plus globalement, j’aspire à enquêter sur des sujets qui éveillent ma curiosité et apporter mon regard et mes expériences aux thématiques sciences et société.

Emma Charbonnier

24 ans – Initialement, j’ai suivi des études de pharmacie puis de sciences de la vie et de la terre à des niveaux de licence. Ce parcours universitaire à la fois dans le domaine de la santé, de la biologie et de la géologie m’a permis d’acquérir des connaissances sur des sujets scientifiques diversifiés et c’est précisément ce qui m’a plu. Il m’est apparu, par la suite, l’envie d’explorer les sciences dans leur dimension sociétale. Les questions abordées dans le cadre de ce Master notamment autour de la construction du savoir, du discours scientifique et de la diffusion des sciences dans l’espace public nourrissent ma réflexion et me donne l’envie de m’impliquer dans ce lien entre science et société.

Sébastien Chiasson d’Herbomez

J’ai un master en écologie comportementale et conservation de la faune ,et je suis actuellement au master Sciences et Société de Strasbourg. Je m’intéresse à la théorie de l’évolution chez les animaux humains et non-humains, à la médiation scientifique, à la philosophie des sciences et à la politique notamment. Je souhaite faire mon mémoire en rapport avec l’évolution de l’homosexualité chez l’humain et l’impact de la biologie sur le discours homophobe.

Eliot Cordier

Diplômé d’une licence d’histoire et de philosophie, j’ai rejoint le master sciences et société car j’éprouve quelque intérêt pour l’épistémologie des sciences sociales et les questions d’actualité. Je ne suis pas un grand amateur de l’autobiographie.

Antoine Dabé

D’aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours intéressé aux sciences de la nature et au fonctionnement de notre monde, en partant de la plus petite particule théorique possible jusqu’à la taille hypothétique de l’univers réel. Au moment où j’écris ces lignes, je dois sûrement être à moins d’une seconde d’arc d’avoir fait le tour des principes, lois, questions ou même connaissances qui régissent notre monde. C’est la curiosité qui m’a motivé à entrer dans ce master Science et Société. Je suis initialement issu d’une licence en physique-chimie et j’avais pour ambition d’entrer dans le merveilleux monde de la recherche scientifique. Mais avec le temps, mes envies se sont précisées et j’ai découvert que ce qui me plaisait le plus dans les sciences, ce n’était pas le fait de les pratiquer, mais d’en parler, de les observer et surtout, de les vulgariser. C’est pour ces raisons que je suis aujourd’hui ici, et j’espère à l’aide de ce blog découvrir pleinement un nouveau format de médiation scientifique. En parallèle de mes études, je suis membre de deux associations. Je passe la majeure partie de mon temps libre à pratiquer du sport et aller au cinéma. Je m’intéresse tout particulièrement aux sciences physiques, à l’astronomie et aux nouvelles technologies.

Théo De Clara

– 29 ans, randonneur et batteur de caisse claire ou de blanc en neige. Je suis friand d’essais, de romans, et de BD, de préférence dans le domaine de la philosophie des sciences ou du fantastique, voire les deux. Auparavant étudiant en licence de biologie et physiologie à Strasbourg, je voulais interroger le monolithe qu’est la science. Je m’intéresse tout particulièrement à la légitimité des modes d’élaboration des connaissances en sciences, à l’anarchisme épistémologique, à la créativité scientifique, et au libre-arbitre en sciences cognitives.

Nora Durbecq

Après une licence en Biologie-Santé, j’ai souhaité m’orienter vers le Master Science et Société car j’étais intéressée par les questions et enjeux soulevés par les sciences. La pluridisciplinarité du Master m’a offert la possibilité de pouvoir traiter les sciences avec un nouveau regard, et me conforte aujourd’hui dans mon choix de m’orienter vers la communication scientifique. Je m’intéresse particulièrement aux thématiques en lien avec la santé ou l’écologie, bien que ma curiosité et mes centres d’intérêts soient illimités, que ce soit dans les études ou dans la vie de tous les jours !

Jef Eyquard

Marcher permet de penser, de contempler, de ressentir, d’avancer et c’est dans les pas du Petit Prince et de nos ancêtres que j’évolue.
Le soleil, le cinéma, la poésie et les combats viennent compléter le tableau de mes intérêts. Une licence de psychologie obtenue et les quelques attraitspour les sciences sociales me poussant, ce master qui mélange philosophie, histoire, sociologie et science, a su me séduire. Sciences, philosophie, politiques, civilisations, arts, hommes et femmes du passé et du présent sont nécessaires pour agir et répondre à la question : où va-t-on ?

Lucas Guerillot

Initialement en parcours de Philosophie, je me suis orienté en Master Sciences et Société afin de diversifier les approches possibles sur la question du patrimoine écrit, dans son rapport avec la science. Passionné avant tout d’histoire du livre, je m’intéresse particulièrement aux lieux de collection d’ouvrages et d’imprimés comme les archives, les librairies ou les bibliothèques. J’espère pouvoir travailler plus tard dans le milieu du livre pour au mieux aider et soutenir -s’il le faut en tant que humble et modeste marque page- la communauté scientifique dans leurs projets de lecture. Hormis tout ce côté très académique, j’éprouve un intérêt pour les trains dont j’accumule par ailleurs les tickets, pour les fictions aux thématiques d’enquête et de psychologie (par mon incapacité à déduire quoi que ce soit) ou plus étonnant encore, pour les vêtements trop larges. Trêve de plaisanterie, je vous souhaite une agréable lecture sur notre Blog collectif !

Jacqueline Jimenez

Ayant exploré plusieurs domaines en communication avant d’arriver dans ce master, c’était mon travail comme scénariste sur le sujet de l’environnement où j’ai connu un expérimenté vulgarisateur scientifique qui m’a inspiré. Je me suis intéressée à la culture scientifique, donc j’ai commencé à essayer de comprendre l’appareillage de la science avec la société (comment la science se fait ? Comment est-elle vulgarisée ? Quel rôle a l’intervention du gouvernement ?). Je suis passionnée d’apprendre constamment, j’aime l’art, la musique, et je fais de la photographie dans mon temps libre.

Nathan Kraemer

Je suis étudiant en M2 sciences et sociétés. Déjà membre de l’équipe de rédaction de l’an dernier, j’ai décidé de réitérer l’expérience cette année universitaire. L’exercice d’écriture web me paraît en effet constituer une manière à la fois plaisante et efficace de structurer, retravailler, reformuler ses travaux et de les confronter à une audience diversifiée. Mes intérêts sont assez éclectiques : mes deux années passées en classe préparatoire ont inscrit en moi une fascination pour les notions de temps, de méthode, de contrôle, et ont façonné mes projets de recherche actuels au sujet de la gestion politique des risques à travers les méthodes prospectives. J’entretiens également un rapport tout particulier à la pratique sportive et m’intéresse donc depuis un certain temps aux approches philosophiques et sociologiques du corps. Cette année, j’aimerais lier ces deux thématiques, mais également pouvoir explorer les relations entretenues par les sciences et mes deux grandes passions : le cinéma indépendant et la musique progressive.

Céline Murail

Passionnée d’astronomie depuis l’âge de 12 ans, j’ai étudié la physique fondamentale afin d’exercer le métier d’astrophysicienne. Pendant mon cursus, je me suis rendue compte que ma passion pour l’astronomie n’allait pas s’assouvir dans la recherche, mais plutôt dans la transmission de cette discipline. Savoir comment la science se construit et comment la transmettre m’intéressent davantage que de la pratiquer. Ainsi, j’ai commencé un parcours dans le master Sciences & Société, qui me permet d’étudier et de me questionner sur des sujets qui me tiennent particulièrement à cœur comme l’histoire des sciences et la présence de la science dans le cinéma.

Morgane Platon

J’ai suivi un parcours en sciences humaines et sociales à Toulouse, et mon attrait pour ce Master s’est formé à la suite de cours sur la place de la science dans la société. La diversité des enjeux que cette question soulève a éveillé ma curiosité et m’a donné envie d’en savoir plus. Je m’intéressais notamment aux effets produits par les discours scientifiques et les rapports de force à l’œuvre entre les sciences et leur société.
Aujourd’hui, je veux surtout comprendre comment les scientifiques travaillent sur les risques naturels. En dehors de tout ça, j’aime beaucoup le cinéma, la littérature et l’escalade!

Nolwenn Quiquemelle

Ne sachant toujours pas comment expliquer à mes proches sur quoi portent mes études de master, ils trouvaient tous que c’était bien plus simple quand je faisais “tout simplement de la biologie”. Mes choix (un peu) et des coïncidences (beaucoup) m’ont guidé vers le master Science et Société, parcourant notamment l’histoire des sciences et de la médecine, ou encore les relations entre santé, corps et société qui m’intéressent tout particulièrement.

Victoria Rodriguez

Suite à ma licence Sciences de la Vie et Humanités, je me suis rendue compte que le monde de la recherche scientifique et du laboratoire ne m’attirait pas du tout. Bien que passionnée de biologie, je ne me voyais pas vraiment continuer dans ce domaine. Néanmoins, la présence de cours en Humanités dans ma formation m’a donné l’envie d’approfondir l’aspect philosophique, historique et sociale des sciences naturelles. Me voilà donc en M1 d’Epistémologie m’intéressant notamment à la communication scientifique, et plus particulièrement à la bande dessinée scientifique.

Félix Thiriet

Étudiant en Master Sciences et Société à l’Université de Strasbourg. Je suis passé par deux années de licence de physique, puis par une licence de philosophie à Strasbourg. Précautionneux, je me plaît à questionner ce qui est présenté comme évident, et les rapports d’autorité. C’est par le hasard des conversations et des relations que je me suis proposé d’apprendre à construire ma position critique vis-à-vis des sciences en particulier. Je souhaite m’intéresser aux relations dans lesquelles s’engagent les différents acteurs qui investissent le champ médical.”

Benjamin Ulrich

Trouvant toute forme de connaissance intéressante en général, je fis une licence de philosophie. A partir du lycée je pus m’intéresser à l’astrophysique et fus mené à aimer la cosmologie. En m’intéressant à la théorie de la connaissance (épistémologie, philosophie critique), je cherchai à lier cosmologie et philosophie. C’est à partir de là que j’ai décidé de rejoindre le master Science & Société. En dehors de cela, j’écoute différents types de musique et j’aime explorer l’art pictural (j’aime notamment le courant impressionniste). Durant mon enfance j’étais passionné par les animaux et les fossiles.

Zoé Vessière

J’ai eu la chance en licence MIASHS (Mathématiques et Informatique Appliqués aux Sciences Humaines et Sociales) de découvrir l’histoire et la philosophie des sciences. De plus, venant d’une licence de mathématiques j’ai été confronté à l’aversion et l’incompréhension des gens face à cette matière. Je souhaitais donc à la fin de mes trois années, pouvoir participer à la démystification des sciences. J’ai donc décidé de me tourner vers ce Master afin d’en apprendre davantage sur les différentes approches des sciences. Cette formation m’a conforté dans l’idée de m’orienter professionnellement vers la médiation scientifique.