Équipe éditoriale 2023-2024

Nawel Benahmed

Salut ! Moi c’est Nawel, j’ai 22 ans et j’adore les chocolats chauds. Voilà deux infos qui me résument entièrement mais, pour le bien de ce blog, je vais m’épancher un peu plus.
Alors oui, j’ai 22 ans ! 22 ans c’est cool et effrayant à la fois. On a un joli bagage de succès et d’échecs (ou de leçons, pour les plus optimistes) et de nombreuses autres expériences à vivre. En plein tourbillon d’ambitions et de peur, on se sent libres et dépassés. En bref, on est presque complètement paumés ! (en tout cas, pour ma part, c’est assez le cas). Tous les sujets toquent à la porte de notre curiosité. A qui doit-on répondre ?
Moi, j’ai décidé d’ouvrir la porte au master sciences et société. Entre la philosophie et l’histoire des sciences, en passant par la sociologie et l’art, le tourbillon ne ralentit pas. Mais j’ai bien envie de m’envoler un peu, d’explorer des thématiques différentes et d’ouvrir davantage de portes.
Alors, est-ce que ça vous tente de m’accompagner sur le chemin de ma 23ème année, en lisant les billets de blog de notre magnifique équipe éditoriale ( toujours accompagné d’un bon chocolat chaud bien sûr) ?! A bientôt, Nawel

 

Sophie Böttcher

Sophie’s choice : se dit d’une situation dans laquelle il est (presque) impossible de faire un choix.
Derrière cette expression, je peux aussi bien résumer ma vie (bolo ou carbo ?) que mes études supérieures: médecine, sport ou langues ?
Diplômée d’un bac S puis d’une licence en langues étrangères, je suis passée de dix heures de maths à dix heures de marketing et de traduction par semaine. Un changement drastique qui m’a marqué. Chaque mois pendant deux ans j’ai hésité à reprendre des études scientifiques pour devenir kiné ou psychomotricienne [Sophie’s choice]. Finalement, je suis partie en service civique à la Région Grand Est en tant qu’ambassadrice du cinéma, une passion qui me berce depuis bien longtemps aussi. Après ces dix mois magiques entre plateaux de tournage et festivals, j’aurai pu me lancer dans la vie active, devenir productrice et voler de mes propres ailes. Mais [Sophie’s choice] j’étais d’un autre côté encore attirée par les études et surtout les sciences. Je me suis retrouvée dans ce master fascinant après une série de décisions un peu biscornues mais j’aime revenir sur ce parcours incohérent et nuancé car il me définit assez bien.

 

Mauren Brenner

Transfuge tardive presque rescapée des domaines les plus lointains de l’abstrait et de l’artificiel, au point de ne plus savoir s’il reste encore quelque chose d’humain en moi. Ce que je découvre, c’est qu’il reste encore tout ce qui a toujours été là et qui n’a pas été détruit malgré tout. Après des années dans un coma intellectuel profond, ponctué par des rêves et des hallucinations scientifiques de la part de mon moi exilé, je reprends la vie.
Je m’intéresse par l’histoire de l’informatique (que je préfère appeler Computer Science) et des sciences cognitives, par la cybernétique et les sciences de la complexité. Dans mes moments de loisir je navigue sur les cours d’eau de Strasbourg en kayak ; j’apprécie le rock progressif et la musique minimaliste.

 

Lauryne Calascention

Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? La question qui fâche… ou plutôt qui fâchait, jusqu’à ce que j’entende parler de médiation scientifique il y a environ 1 an. C’était au cours de ma 3ème année de licence de biologie, j’avais décidé de prendre rendez-vous avec une conseillère d’orientation (pour la troisième fois depuis le début de l’année) quand le sujet est venu dans la conversation. J’ai compris qu’il était possible de combiner mon goût pour les sciences et mon envie de partager, expliquer et communiquer avec les autres. Pourquoi pas enseignante au lycée ou en études supérieures ? L’éventail de possibilités et la diversité des formes que peut prendre la médiation scientifique m’ont convaincus.
Qu’est-ce que je veux faire plus tard ? Je ne peux pas répondre à cette question avec précision mais une chose est sûre, je n’en ai plus peur comme avant.

 

Morgane Gourmelon

Je vais ici et là sans jamais trop à quoi m’attendre. En ce moment ce “là” est Strasbourg et ce Master Sciences et SociétéS dont je revendique activement le s. Et donc, j’erre à l’image de Dean Moriarty, toujours entourée de livres, de jazz et d’ami.es (et d’animaux non-humains si possible). Dans les épisodes précédents, j’ai passé mon collège et lycée à Riyad, en Arabie Saoudite, je me suis égarée en classe prépa éco, j’ai rattrapé les wagons de la dignité avec une licence de philosophie et de sociologie à Lille, j’ai étudié ces-dernières à Cluj-Napoca, en Roumanie (autrement dit, j’ai effectué un erasmus, c’est moins vagabondesque). Mon infatigable curiosité me conduit à des activités obsessionnelles de plus ou moins courte durée comme le tricot, en ce moment. Une dernière information et non des moindres, je fais partie du fan club de Bégaudeau.

 

Marcial Goury

Je m’appelle Marcial, un quart de siècle déjà que je vis sur cette planète (sans commentaires s’il-vous-plaît), et pourtant, bien que je croyais que mes études en écologie m’avaient permis d’avoir les clés pour comprendre les sciences, je me rends compte grâce au Master Sciences et sociétés que je commence à peine à comprendre les nombreuses relations entre sciences et sociétés et la manière dont les sciences se font. Très curieux de tout, passionné d’éthique, et faisant partie d’une génération désenchantée ayant le désir ardent d’un monde meilleur, j’aimerais par la suite devenir journaliste scientifique afin de contribuer à partager et rendre accessible les sciences, et que nous puissions ainsi ensemble nous nous les réapproprier et faire renaître l’espoir d’un autre monde possible.

 

Julie Holzritter

Moi c’est Julie, j’ai 26 ans. Un parcours de sept ans dans le soin et dans la kinésithérapie auquel s’ajoutent quelques années de sociologie (trois si vous voulez tout savoir) m’ont fait comprendre que je trouve mon équilibre dans le mouvement comme un funambule sur sa corde en hauteur. Waouh ça commence déjà à être perché…  Ce que je veux dire c’est que j’aime le rythme, avec la marche et la rando pour mon côté dynamique, et avec le chant pour mon côté ancré et posé. Vrai et un peu farfelu à nouveau… mais encore ? Que j’aime parler et vivre la vulnérabilité, le vide, le silence, le malaise, le vertige. Ouais on s’approche. Ah oui voilà ! Ce que je veux dire aussi, c’est que je trace mon chemin sur le fil fin et fragile des toiles que je tisse et qui me font vibrer, cela en prenant le risque de me perdre un peu. Et c’est toujours une grande joie d’y croiser et de rencontrer de nombreuses personnes lumineuses et inspirantes, puisqu’elles le sont toutes.
Ma curiosité transpire tous les jours et mon besoin d’apprendre, de comprendre et de m’émerveiller est, je dois le dire, bien satisfait dans le master Sciences et Société. Ce master me permet aussi de revenir au soin, dont l’étude m’anime toujours. Ma constellation favorite en ce moment est l’équilibre subtil entre le normal et le pathologique… En gros “la santé mentale” quoi, la psychiatrie ou le terme que vous préférez. C’est donc comme un funambule aujourd’hui que je vous propose une balade sur mes toiles.

 

Eloise Iafolla

J’aimerais me présenter en parlant de mes pratiques sportives préférées. La première est l’escalade ; le processus réalisé dans la maîtrise d’une voie difficile me fascine. C’est un challenge physique, mais surtout mental, qui demande un sérieux travail d’analyse. La seconde est la randonnée ; elle me permet à la fois d’explorer (en dépassant mes limites pour observer de nouveaux paysages) ou de vagabonder (en sortant des sentiers battus et laissant mon esprit s’éveiller au rythme de mes pas).
Ces deux pratiques reflètent ma relation au savoir : j’aime explorer de nouveaux sujets et vivre l’instabilité du changement, ce qui me pousse à toujours remettre en question mes connaissances. J’ai également une certaine fascination pour le croisement des différents savoirs, que j’aime analyser pour créer de nouveaux liens entre eux.

 

Corentin Liraud

Tu n’aimes pas les sciences ?
Tant mieux, moi non plus !
Quand le lycée t’as appris à détester les sciences de la nature, assénant des connaissances avec une certaine naïveté politique, et les sciences humaines qui ne peuvent pas y offrir une réelle compréhension de la société.
En réalité, j’ai adoré la connaissance, j’étais curieux en tant qu’enfant et je renoue progressivement avec cela, de façon très différente. Néanmoins, c’est pour cela que la thématique sur laquelle se concentre ces efforts est celle de l’éducation scientifique et de comment la mener autrement.

 

Mélanie Nivet

Moi, c’est Mélanie. J’ai un parcours scientifique mais qui a dérivé à un moment. J’ai une licence de sciences du langage en poche et une grande curiosité dans plein de domaines … peut-être trop diverses. Cette curiosité me permet d’apprendre toutes choses, surtout des savoirs anecdotiques (ce que je retiens le plus).
Par la suite, je veux me diriger vers la médiation, en partageant autour de la science et de la culture (notamment ces fameuses anecdotes).
Je n’ai pas de sujets de prédilections, je partage ce qui me suit au jour le jour.

 

Camille Pasquier

Je m’appelle Camille, j’aime les chats, voyager en train et dormir dans des dortoirs d’auberges de jeunesse (cela me semble être un bon aperçu de ma personne).
Anciennement adepte de la blouse, j’ai commencé ma vie universitaire en licence de biologie. Mais il me manquait quelque chose… Alors j’ai décidé de prendre une pause. Sûrement la meilleure décision de ma vie. J’ai fait un service civique au dans un mouvement citoyen pour le climat, ce qui m’a permis de découvrir l’écologie politique et les milieux militants remplis d’utopistes comme moi qui me donnent de l’espoir et le sentiment que tout est possible. J’ai ensuite commencé à travailler en tant que médiatrice scientifique dans une association qui prône l’éducation populaire. J’y ai découvert une nouvelle vision de la science, sans blouse, sans laboratoire, qui se pratique dans la rue avec toustes les curieux·ses qui passent par là !
Puis finalement j’ai candidaté dans le master sciences et sociétés. Et je pense que j’ai trouvé quelque chose qui me plaît ici. Alors si je devais résumer ce qui m’anime (dans les cours comme ailleurs), je pense que ce serait : les luttes sociales en réaction à la science, l’histoire de l’environnement, l’écoféminisme, l’antispécisme et les liens humains – non humains, l’éducation populaire ou encore la slow science.

 

Emma Pasquier

21 ans coincée dans le corps d’une personne de 80, si vous entendez un craquement c’est sûrement mes genoux. J’aime les chats (je crois que ça se voit à ma photo), la lecture, la musique de tous genres, aussi bien du métal allemand que de la musique folklorique irlandaise en passant par les openings d’anime japonais.
Grande indécise, même après une licence en psychologie, je ne sais toujours pas vraiment où je vais. Je suis intéressée par beaucoup de sujets notamment le cerveau et les neurosciences mais je suis incapable de prendre une direction et de m’y tenir. C’est de ce fait que je me suis retrouvée en master d’épistémologie car il offre une grande pluridisciplinarité qui me permets d’échapper encore un temps aux grands vilains méchants choix qui font peur à une anxieuse invétérée comme moi.
Si vous vous demandez quels seront le sujets que j’ai décidé de traiter … ne vous attendez pas à une réponse de suite, je suis surement partie en courant pour paniquer dans un coin, enfin si mes genoux me le permettent.

 

Ysaline Picard

Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que j’ai toujours cherché ce qui pourrait rassasier ma curiosité, ma soif de comprendre le monde autour de moi, sans le réduire en simplicité. Je commence par une référence à ce fameux monologue car si vous me croisez il ne faudra pas être fatigué, mon débit de parole peut atteindre la célérité, et mes idées se dispersent aussi vite qu’elles ne naissent.
Au lycée j’ai sérieusement songé devenir philosophe, mais on m’a dit que ça n’existait plus, alors je me suis tout naturellement dirigée vers une prépa scientifique… Mes notes me le permettaient, et ne voulant décevoir j’ai foncé. Puis, dans ce master j’ai découvert qu’il y avait encore des philosophes, et pourtant je ne veux plus le devenir. Mes intérêts convergent autour de l’histoire de la psychiatrie, du concept de « santé mentale » qui s’est solidement établi aujourd’hui. Quand je me laisse décrocher, c’est pour écrire des poèmes, marcher en forêt ou juste un moment partagé autour d’un café.
Ps : photo prise avant le drame, randonnée du Pied Moutet par Vénosc, je déconseille

 

Yi-Liana Tchen

Salut !
Je suis actuellement en Master de Science et Société, après avoir plongé dans les méandres des géosciences pendant ma licence. Les sciences de la Terre m’ont ouvert les yeux sur les enjeux environnementaux qui nous entourent, créant des liens tangibles entre l’humanité et notre planète.
Alors que mes études semblaient me guider vers les sciences appliquées, ma passion pour la diffusion des connaissances m’a détourné vers le partage d’informations scientifiques. Face à la dégradation de nos ressources naturelles – eau, air, sols – due à la pollution et à la surexploitation, je ressens un appel profond à m’engager pour la préservation de notre environnement.
Mon but est simple : combattre la désinformation en diffusant des informations scientifiques claires et accessibles. Je veux éveiller les consciences et mobiliser autour des enjeux environnementaux, jouant ainsi un rôle crucial dans la sauvegarde de notre planète.
Rejoignez-moi dans cette aventure où la science et la société se rencontrent pour bâtir un avenir durable et éclairé !

 

Marion Thomas

24 ans et toutes mes dents (ou presque), âme de littéraire un peu perdue et toujours déchirée entre mes multiples passions (le thé, la peinture, l’écriture, les plantes, les animaux et tant d’autres encore), j’ai entamé un parcours de vie assez particulier. Un bac littéraire en poche, deux ans dans une fac de LLCER chinois, une licence d’histoire plus tard, me voici dans le Master Science et Société. J’avais dans l’idée d’allier à la fois les sciences humaines et sociales que j’adore et me rapprocher des sciences qui m’ont toujours paru tellement inatteignables, humble petite littéraire que je suis. Très sincèrement, si quelqu’un m’avait dit au début de mon lycée que j’aurais fait un tel chemin, je lui aurais dit qu’il était un peu fou. Mais fous, ne le sommes-nous pas tous un peu ?
Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, mes centres d’intérêt tournent autour de la naturopathie et des médecines alternatives à l’air où certaines sciences peuvent paraître perdre un peu leur souffle, j’aimerai pouvoir étudier la place des médecines dites traditionnelles dans un monde occidentale où domine la chimie et les médicaments de synthèse, et je m’intéresse aussi beaucoup aux sciences occultes du XIXe siècle à nos jours.

 

Charlie Vidal

“Mais où est Charlie ?… Mais t’sais, le p’tit gars toujours avec son bonnet noir, son casque audio, la clope au bec… et surtout toujours en retard ! Faut pas lui en vouloir, c’est un philosophe de formation : on raconte qu’on l’a vu se perdre dans les rues de Strasbourg, à semer des points d’interrogation. Cette passion pour les questions, c’est un peu ce qui l’a conduit à errer en master Sciences et Société: il espérait questionner toujours plus en mélangeant de nouvelles langues comme la socio, l’histoire, la médiation… mais si tu veux mon avis, pour l’entendre parler de ce qui l’intéresse, lance le sur la question des savoirs situés, sur de la philo politique et sociale, sur les gender studies, l’épistémologie du care… ou sinon demande lui de te réciter le monologue du scribe dans le film Astérix et Obélix mission Cléopâtre ! Méfie toi cependant : il s’intéresse un peu à tout et d’une semaine sur l’autre, vous pourriez vous retrouver à discuter de choses très différentes…“

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search